Nous suivre Industrie Techno

Google à l’assaut des objets connectés avec Nest Labs

Google à l’assaut des objets connectés avec Nest Labs

Piloter la température de sa maison ou la surveiller depuis son smartphone

© DR

Google, le géant de la recherche d’informations en ligne fait l’acquisition de Nest Labs, une start-up proposant des thermomètres et alarmes connectés à l’Internet. Il conforte ainsi une stratégie de plus en plus orientée vers le matériel et la récupération des données personnelles des consommateurs.

Si l’on en croit les multiples annonces et présentation faites au CES 2014 la semaine dernière à Las Vegas, les objets connectés sont la nouvelle coqueluche de l’informatique. Faut-il dans ces conditions s’étonner que Google se lance aussi dans l’aventure ?

En effet, le géant de la recherche en ligne vient d’annoncer l’acquisition de Nest Labs, une start-up californienne spécialisée dans les objets ‘‘intelligents’’, pour 2,3 milliards d’euros, soit pratiquement le même montant que pour DoubleClick en 2008, une société spécialisée de la publicité en ligne, et qui était donc plus proche de son cœur de métier. Car Nest Labs est une start-up, créée en 2010 par Matt Rogers et Tony Fadell, un ancien d'Apple, qui propose des alarmes incendie et des thermostats connectés à Internet, coûtant quand même la bagatelle de 250 dollars.

Même si les dirigeants de Google se félicitent de cette acquisition, qui va donner de la visibilité et une couverture mondiale à un fabricant jusque-là peu connu d’objets connectés, il y a fort à parier que la start-up a dans les cartons des choses autrement plus intéressantes, mais qui demandent des budgets de développement considérables. « Avec l'aide de Google, Nest Labs sera encore mieux positionné pour concevoir des produits simples, intelligents, qui rendent la vie plus facile à la maison et qui ont un impact sur le monde », a d’ailleurs admis Tony Fadell lors de l’annonce de l’acquisition.

Une stratégie ‘‘matérialiste’’

Une acquisition qui conforte un peu plus la stratégie ‘‘matérialiste’’ de Google. Rappelons que le géant a acheté les téléphones de Motorola en 2012 (pour 12,5 milliards de dollars), et s’est lancé dans les terminaux connectés avec ses Google Glass, puis ses propres tablettes et plus récemment des wearable devices, autrement dit, des terminaux connectés que l’on porte sur soi. Alors pourquoi pas des équipements pour la maison, puisque le marché semble démarrer ?

De toute façon, Google va y acquérir une connaissance des besoins des utilisateurs et se confronter à leur réaction face à ses nouveaux équipements. De plus, il va aussi avoir ainsi accès à de plus en plus de données personnelles sur ses clients ce qui lui permettra de leurs proposer d’autres produits promis au succès. Et cela n’a pas de prix !

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.google.fr/intl/fr/about/ & https://nest.com/

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Les puces électroniques bio-inspirées pourraient disrupter le marché dans la décennie », prédit Pierre Cambou, analyste chez Yole Développement

« Les puces électroniques bio-inspirées pourraient disrupter le marché dans la décennie », prédit Pierre Cambou, analyste chez Yole Développement

L'électronique neuromorphique, inspirée du cerveau, a le potentiel de disrupter le marché dans la prochaine décennie.[…]

Comment l'implant cérébral de Clinatec permet de commander un exosquelette par la pensée

Comment l'implant cérébral de Clinatec permet de commander un exosquelette par la pensée

EuraTechnologies renforce son incubateur dédié à l'industrie

EuraTechnologies renforce son incubateur dédié à l'industrie

Cyberattaque Triton, puce quantique Sycamore et Starship… les meilleures innovations de la semaine

Cyberattaque Triton, puce quantique Sycamore et Starship… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles