Nous suivre Industrie Techno

La fabrique de l'innovation

Global Risks 2015 : technologie sans esprit n’est que ruine de l’homme...

Thibaut De Jaegher

Mis à jour le 20/01/2015 à 10h23

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Global Risks 2015 : technologie sans esprit n’est que ruine de l’homme...

Alors que le World Economic Forum qui se tient à Davos en Suisse bat son plein, les organisateurs de cet événement viennent de publier leur rapport Global Risks 2015. Cet exercice -un rendez-vous depuis bientôt 10 ans- permet d'évaluer les risques qui pèsent sur les entreprises et de jauger surtout leurs conséquences. Instructif.

Sociétal, environnemental, économique, géopolitique et technologique. Voilà les cinq grandes familles de risques identifiées par la nouvelle édition du rapport "Global Risks 2015" que vient de publier le World Economic Forum, qui se tient à Davos en Suisse depuis le 19 janvier. La crise de l’eau, la faillite des États, les changements climatiques, le chômage de masse… Le document liste une dizaine de menaces majeures qui pourraient venir perturber les États, les entreprises ou toutes autres organisations. Dans le domaine technologique, quatre risques sont pointés du doigt comme particulièrement sensibles :

  • les cyberattaques
  • les vols ou les fraudes à la donnée
  • les défaillances d’infrastructure informatique
  • le mauvais usage de la technologie.

Si les trois premiers points sont assez attendus dans nos environnements hyperconnectés, le dernier est plus étonnant. Les organisateurs du forum de Davos s’inquiètent ouvertement du manque de gouvernance, de contrôle ou de limite d’un certain nombre de nouvelles technologies émergentes. La biologie de synthèse, les manipulations génétiques, l’intelligence artificielle, les recherches autour de l’homme augmenté font peser des risques inédits sur notre futur. Le rapport prend bien soin de préciser toutes les opportunités que présentent ces ruptures, mais il s’inquiète aussi de leurs effets collatéraux. Notamment parce qu’ils sont difficiles, pour ne pas dire impossibles, à anticiper, assurent les auteurs du rapport.

Apprentis sorciers autour de l'humain augmenté ?

Autrement dit : leur crainte (en filigrane) est que certains esprits jouent les «apprentis sorciers», sans se fixer ni limite ni borne. Sans se poser surtout la question de ce qui est acceptable voire souhaitable pour l’homme et la planète. Sans s’interroger non plus sur les impacts de leurs découvertes. Science sans conscience n’est que ruine de l’âme, écrivait Rabelais il y a cinq siècles. Technologie sans esprit n’est que ruine de l’homme, reformulent à leur manière les auteurs de ce document, non sans inquiétude.

Face à ce constat, que faire ? Faut-il brider le développement des technologies, à la manière de ce qui se fait en France avec le principe de précaution ? Pas forcément, répond le rapport, car cela risque de briser un élan. Faut-il laisser faire et corriger le tir ? Pas plus : on risque d’être dépassé par les événements trop rapidement. Faut-il encadrer au niveau local ? Ce ne serait pas suffisant. Légiférer au niveau international alors ? Ce ne serait pas suffisamment efficace. Comme souvent, la voie à emprunter doit être médiane. La gouvernance des technologies doit mixer approches nationale et internationale, marier précaution sans phagocyter l’innovation, encadrer sans brider. C’est en tout cas ce que prône le rapport de Davos. En le refermant, on s’interroge : mais quelle institution pourrait s’emparer de ce sujet de gouvernement mondial de l’innovation ? Sans réponse…

Thibaut De Jaegher

The Global Risks report 2015

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles