Nous suivre Industrie Techno

[Global Industrie 2021] Universal Robots étend sa palette d’applications de cobotique industrielle

Alexandre Couto

Sujets relatifs :

,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

[Global Industrie 2021] Universal Robots étend sa palette d’applications de cobotique industrielle

Les cobots d'Universal Robots montent en capacité de charge pour répondre aux besoins industriels

© Universal Robots

A l’occasion du salon Global Industrie 2021 qui vient d’ouvrir ses portes à Lyon, le spécialiste des cobots Universal Robots dévoile sur son stand de nouvelles applications dédiées à l’industrie. Des démonstrations qui font la part belles à la polyvalence des robots et à leur synergie avec des briques technologies apportées par des partenaires.

 

Flexibilité et facilité d’utilisation. Les cobots séduisent de plus en plus les industriels en quête d’un outil de production polyvalent. A l’occasion du salon Global Industrie 2021, qui vient d’ouvrir ses portes jusqu’au 9 septembre à Lyon, le spécialiste danois de la technologie, Universal Robots (UR), a mis les petits plats dans les grands pour convaincre les industriels qui seraient encore réticents à s’équiper.

Six applications industrielles en démonstration

Pour démontrer la pertinence de ses solutions, et surtout leur polyvalence, le coboticien a choisi de présenter six applications. De la palettisation de charges lourdes, à l’assemblage de composants électroniques, en passant par le chargement d’unités d’usinage ou le vissage de pièces sur moteur, les robots collaboratifs d’UR montrent leurs aptitudes à de nombreuses tâches dans l’usine.

« Avec une dizaine de robots sur notre stand, tous réalisant une tâche différente, nous voulons faire la démonstration que cobotique est synonyme de flexibilité pour les industriels »,  explique Jocelyn Peynet, directeur France d’UR. « Dans un contexte encore impacté par la crise sanitaire, où de nombreuses entreprises réfléchissent à relocaliser rapidement leur production, nous voulons apporter des solutions clé en main. »

Une progression de la charge utile des cobots

Pour répondre aux besoins des industriels, UR table sur une montée progressive de la charge utile de ses bras robotisés. Le Danois présente sur son stand son tout dernier modèle UR10e, une version étendue de l’UR10 qui passe ainsi d’une charge utile de 10 à 12,5 kg. « Nous avons développé cette version pour répondre à des demandes d’industriels qui voulaient une augmentation de 25% de la capacité de charge, notamment pour de la palettisation », met en avant Jocelyn Peynet.

Universal Robot mise également sur le développement d’un écosystème de partenaires, tant au niveau de la partie « hardware » (préhenseurs, capteurs, caméras de reconnaissance…) que du software (système de contrôle). « Au-delà de nos robots, c’est une véritable plateforme technologique que nous proposons aux usines, appuie Jocelyn Peynet. L’industriel, même non spécialiste de la robotique, peut rapidement trouver les briques technologiques qui lui permettent de répondre à ses besoins ».

S’appuyer sur des partenaires technologiques

Le coboticien s’appuie sur des synergies crées au sein de sa maison-mère, l’américain Teradyne, qui a également fait l’acquisition du constructeur de robots mobiles MIR et des sociétés spécialisées dans le développement de logiciels, comme la société Energid, spécialiste du contrôle de trajectoire acquis en 2018.

Ces synergies sont mises en valeur sur le salon Global Industrie, notamment au travers d’une application inédite combinant un cobot UR10e et un robot mobile MIR200. Le robot collaboratif peut ainsi se déplacer librement au sein de l’espace de travail pour apporter une aide sur différents postes de travail.

Le logiciel d’Energid baptisé Actin est présenté pour la première fois en France à l’occasion de Global Industrie. Il est utilisé dans une application de machine d’usinage couplée avec un système de dévracage utilisant un dispositif de vision.

Faciliter le déploiement dans les usines

« Actin est un système qui permet de simplifier grandement l’installation et la programmation des cobots, explique Jocelyn Peynet. Il suffit à l’opérateur d’indiquer au cobot comment prendre une pièce et comment la déposer. Actin se charge de calculer la trajectoire optimale tout en évitant les collision sur la trajectoire ». Une solution sans programmation complexe, qui permet d’ouvrir les TPE et PME à la robotique pour accroitre leur compétitivité.

« Avec l’ensemble de ces briques, une société peut aisément déployer un robot dans son usine ou son atelier et le reconfigurer plus tard, si ses besoins évoluent. La force du cobot est de pouvoir être déployé et totalement opérationnel sur un site en moins d’un mois », conclut Jocelyn Peynet.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Que sont les robots Skypod qui ont permis à Exotec de devenir la 25ème licorne française ?

Que sont les robots Skypod qui ont permis à Exotec de devenir la 25ème licorne française ?

Après une levée de fonds de 335 millions de dollars, la société Exotec spécialisée dans la robotique[…]

17/01/2022 | Robots
[Cahier Technique] Vers la bio-impression de tissus humains fonctionnels

Avis d'expert

[Cahier Technique] Vers la bio-impression de tissus humains fonctionnels

Impression 3D : le rêve plus si lointain de l'usine distribuée

Exclusif

Impression 3D : le rêve plus si lointain de l'usine distribuée

[Diaporama] A Annecy, le roboticien Omron présente sa vision de l’usine du futur

[Diaporama] A Annecy, le roboticien Omron présente sa vision de l’usine du futur

Plus d'articles