Nous suivre Industrie Techno

abonné

[Reportage] Comment Genvia industrialise à grande vitesse sa techno d'électrolyse haute température pour l'hydrogène

Aline Nippert

Sujets relatifs :

,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

[Reportage] Comment Genvia industrialise à grande vitesse sa techno d'électrolyse haute température pour l'hydrogène

L’usine pilote de Genvia à Béziers prépare le terrain pour sa gigafactory.

© Genvia

L'Etat soutiendra à hauteur de 200 millions d'euros les projets de Genvia a annoncé le président Emmanuel Macron lors d'une visite le 16 novembre de l'usine de cette co-entreprise CEA-Schlumberger. Industrie & Technologies était dans cette usine une dizaine de jours plus tôt pour découvrir l'industrialisation d'une prometteuse technologie de production d'hydrogène par électrolyse haute température. Reportage.

Un pavé anthracite orné de trois bandes striées trône sur une table, au centre de l’atelier pilote de Genvia à Béziers (Hérault) implanté sur le site de l’équipementier pétrolier Cameron (Schlumberger). À l’aide de gros boulons, deux larges plaques enserrent le bloc gris, légèrement plus petit qu’un millefeuille acheté en pâtisserie. La formule « H2O » est inscrite sur quatre petites pancartes, qui pendent sous l’objet monté sur pied. Casque de chantier sous un bras, le directeur des opérations de Genvia, Pierre Capelle, pointe l’index de son autre main vers le pavé. « Il s’agit d’une maquette en impression 3D de notre stack de puissance (échelle deux tiers)… en plastique ! »

La société française Genvia réunit le CEA et la multinationale d’équipements pétroliers Schlumberger (ainsi que des partenaires industriels et institutionnels) dans le but d’industrialiser une technologie de rupture dans la production d’hydrogène : l’électrolyseur haute température. Né fin mars 2021, le jeune industriel – quoique doté d’une techno en cours de maturation – affiche une feuille de route très ambitieuse : « Notre future méga-usine de Béziers aura atteint le gigawatt par an d’ici à 2030, tandis que nos premiers prototypes de systèmes sortiront de l’usine pilote dès 2023, assure Florence Lambert, PDG de Genvia et ancienne directrice du CEA-Liten. Tout va très vite ! Nous menons ainsi de front la montée en maturité de la technologie et le développement de l’outil industriel. » Et l’Etat de soutenir la démarche : 200 millions d’euros de soutien public seront accordés à Genvia par le biais d’un Projet important d’intérêt commun (IPCEI), a-t-on appris lors de la visite du Président Emmanuel Macron sur le site de l’usine mardi 16 novembre.

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Parler d'implémentation industrielle de production de carburants solaires est prématuré », avertit Antoine Fécant, lauréat du prix Espoir de l’IMT-Académie des sciences

« Parler d'implémentation industrielle de production de carburants solaires est prématuré », avertit Antoine Fécant, lauréat du prix Espoir de l’IMT-Académie des sciences

Le chercheur à l'Ifpen Antoine Fécant a reçu, jeudi 25 novembre, le prix Espoirs de l’Académie des sciences et[…]

Rapport CFE : la moitié de la future consommation européenne d'hydrogène pourrait être importée

Rapport CFE : la moitié de la future consommation européenne d'hydrogène pourrait être importée

Electronique de puissance : la filière automobile invite les acteurs académiques à renforcer leurs synergies

Electronique de puissance : la filière automobile invite les acteurs académiques à renforcer leurs synergies

« Grâce aux micro-aimants, nous réduirons le néodyme présent dans les aimants haute performance », avance la médaillée de l’innovation Nora Dempsey

« Grâce aux micro-aimants, nous réduirons le néodyme présent dans les aimants haute performance », avance la médaillée de l’innovation Nora Dempsey

Plus d'articles