Nous suivre Industrie Techno

Geneviève Fioraso rapproche recherche et innovation

Geneviève Fioraso rapproche recherche et innovation

© Thomas GOGNY

Qu'ils soient plutôt agitateurs d'idées ou orchestrateurs de talent, passionnés de technique ou fins analystes de ses usages, les cinquante pesonnalités dont nous vous proposons de découvrir le portrait jouent un rôle majeur dans l'innovation en France. C'est évidemment le cas de la secfrétaire d'état chargée de l'enseignement supérieur et de la recherche, Geneviève Fioraso.

Geneviève Fioraso, secrétaire d’état chargée de l’Enseignement supérieur et de la Recherche dans le gouvernement Valls, après avoir été ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche du gouvernement Ayrault, joue une place prépondérante sur le front de l'innovation en France. Sa marque de fabrique ? Toujours privilégier le décloisonnement entre recherche fondamentale et recherche appliquée. Avant d’entrer au gouvernement, Geneviève Fioraso a longtemps pris des responsabilités dans la région grenobloise. Elle a pu y toucher du doigt l’innovation à l’œuvre. Elle a notamment été de 2003 à mai 2012 présidente directice générale de SEM Minatec Entreprises, plateforme de valorisation industrielle du campus d’innovation Minatec, consacré aux micro et nanotechnologies.

La secretaire d'état  n’est pourtant pas à l’origine une scientifique. Elle a commencé sa carrière comme enseignante d’anglais et  d’économie. Elle abandonnera rapidement l’enseignement. A l'occasion de son déménagement à Grenoble, elle entre au cabinet du maire. Puis prend un tournant, en participant à l’équipe de direction d’une start-up du CEA, Corys, et en fondant et dirigeant l’Agence nationale du numérique, mise en place en Rhône-Alpes. Elle entre aussi à mi-temps à France Télécom pendant quatre ans, où elle est chargée des marchés français émergent dans le secteur « Social et santé. »

En 2007, Genviève Fioraso est élue députée en Isère. A l’assemblée, elle est entre autres membre de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques, où elle publie deux rapports : en 2008 sur la « Valorisation de la recherche » ; en 2011 sur la « Biologie de synthèse : enjeux et propositions ». En 2009, 2010, et 2011, elle est rapporteur pour avis des budgets « industrie », « recherche » et « développement durable ».

En 2013, elle présente devant le Parlement la loi d'orientation pour l'enseignement supérieur et la recherche, première loi commune à ces deux sujets. Promulguée le 22 juillet 2013, elle prévoit notamment le regroupement des établissements d'enseignement supérieur en Communauté d'universités et d'établissements, la simplification et le décloisonnement du paysage de la recherche, la mise en place d'une spécialisation progressive en licence dans le cadre du programme Bac-3/Bac+3. Cette loi vise également à améliorer l'orientation des étudiants, en permettant un accès privilégié aux IUT pour les bacheliers technologiques, et aux STS pour les bacheliers professionnels.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Jacques Lewiner "La microfluidique est par essence pluridisciplinaire"

Jacques Lewiner "La microfluidique est par essence pluridisciplinaire"

A l'occasion de la seconde édition du rendez-vous Summer School : Microfluidic for health, organisé du 26 au 30 août, par[…]

29/08/2019 | RechercheMédical
"La France fait partie des premiers pays d’Europe pour le soutien aux jeunes pousses issues de la recherche fondamentale"

"La France fait partie des premiers pays d’Europe pour le soutien aux jeunes pousses issues de la recherche fondamentale"

Académiques et industriels lancent à Grenoble l’institut 3IA dédié à l’intelligence artificielle

Académiques et industriels lancent à Grenoble l’institut 3IA dédié à l’intelligence artificielle

L’IA française se dope au  calcul intensif

L’IA française se dope au calcul intensif

Plus d'articles