Nous suivre Industrie Techno

Genève 2015 : avec son moteur R240, Renault fait des étincelles

Genève 2015 : avec son moteur R240, Renault fait des étincelles

Un moteur 10 % moins encombrant à iso-puissance que la génération précédente

© DR

Renault présente son premier moteur électrique. Fruit de 2 ans de recherche et de l’expérience acquise en Formula E, le R 240 est 10 % moins encombrant que la génération précédente et augmente l’autonomie de la Zoe de 30 km.

Renault, qui jusqu’à maintenant faisait appel à des partenaires pour développer les moteurs électriques propulsant les véhicules de sa gamme ZE, a présenté au Salon international de l’automobile de Genève un moteur électrique de sa propre conception.

Le R 240, qui est destiné à équiper la Zoe, a été développé conjointement depuis deux ans par les ingénieurs du TechnoCentre et ceux de l’usine de Cléon, où il sera fabriqué. C’est un moteur synchrone à rotor bobiné de 65 kW avec un couple de 220 Nm, refroidi par air, que le constructeur nous dit être innovant dans sa conception et son architecture, sans toutefois donner de détails, mais en précisant qu’il bénéficie de 95 brevets spécifiques issus de l’expérience électrique acquise par le groupe. Ce moteur bénéficie aussi de l’engagement de Renault dans le championnat de voitures électriques Formula E, qui lui permet de développer de nouvelles approches et de les tester en conditions extrêmes, à la fois en terme de performances et d’autonomie.

               
                       Les constituants d'un moteur pour véhicule électrique

Tout cela a permis à la fois d’améliorer le rendement de la machine électrique et d’optimiser son électronique de commande et d’interconnexion avec la batterie, pour améliorer l’autonomie théorique de la voiture, qui passe ainsi de 210 à 240 km. Le système de recharge de la batterie, Camélon, a aussi été amélioré pour réduire de 10 % le temps de connexion nécessaire sur les bornes domestiques (3 et 11 kW), tout en conservant la possibilité de recharge accélérée sur les bornes 22 kW.

Miniaturiser l’électronique

Une bonne part des travaux a porté sur l’intégration et la miniaturisation de la partie électronique du moteur. L’empilage de modules d’interconnexion entre les différentes éléments (moteur, batterie, secteur), de contrôle de la puissance du moteur et de la charge de la batterie, fait place à un module unique. Les câbles d’alimentation externes intermodulés ont ainsi été supprimés.

                               
                                           Le Power Electronic Controller

Le volume de cet ensemble, le Power Electronic Controller, a ainsi pu être réduit de 25 %, bien qu’il ait fallu en conserver le refroidissement par eau. Ainsi l’ensemble moteur R 240 est 10 % plus petit que la génération précédente.

Renault réaffirme ainsi son engagement dans la voiture électrique et sa volonté de développer un savoir-faire de motoriste électrique à part entière.

Jean-François Prevéraud

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Comment Renault embarque des fils recyclés à bord de sa nouvelle Zoé

Comment Renault embarque des fils recyclés à bord de sa nouvelle Zoé

Pour sa nouvelle Zoé, Renault utilise un tissu produit à partir de matériaux recyclés. Le résultat d'un[…]

Avec le bi-level equalizer, Sandrine Mubenga veut optimiser et recycler les batteries lithium-ion à moindre coût

Avec le bi-level equalizer, Sandrine Mubenga veut optimiser et recycler les batteries lithium-ion à moindre coût

Comment l’usine de Zwickau s’est transformée pour produire l’ID.3, la nouvelle coqueluche électrique de Volkswagen

Comment l’usine de Zwickau s’est transformée pour produire l’ID.3, la nouvelle coqueluche électrique de Volkswagen

Éolien offshore, gaz de synthèse, cyber-sécurité automobile… les meilleures innovations de la semaine

Éolien offshore, gaz de synthèse, cyber-sécurité automobile… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles