Nous suivre Industrie Techno

General Motors pré-industrialise une Opel Zafira à l'hydrogène

Industrie et Technologies
Si ce n'est les éprouvants essais longue durée en condition réelle, le véhicule prototype de GM pourrait dès aujourd'hui se trouver chez votre concessionnaire. Les gains en poids, fiabilité, compacité sont patents. Reste

General Motors est bel et bien en train de s'arroger parmi tous les constructeurs le leadership en matière de propulsion à l'hydrogène. Aux premières semaines de l'année 2003, le constructeur américain va lancer la plus vaste campagne d'essais jamais menée sur un véhicule à hydrogène. Cela se passera à Tokyo et à Berlin et la vedette en sera le prototype Hydrogène3.

La presse s'est beaucoup polarisée sur le concept-car 'Hy-wire' du constructeur, qui promeut une redéfinition complète du véhicule autour de cette nouvelle énergie motrice, redéfinition géométrique mais aussi fonctionnelle par l'usage systématique des commandes tout électriques (direction, freinage, etc). C'est oublier que le prototype Hydrogen3 est quant à lui quasiment pré-industriel.

Basé sur le monospace Opel Zafira, ce prototype a permis de tester le système de propulsion, conçu comme un module compact. Si compact qu'il pourrait dés aujourd'hui être monté sur des lignes d'assemblage existantes. De fait, le véhicule 5 places ne voit nullement son habitacle rogné par un encombrant dispositif de laboratoire !

Reste cependant à valider la pile à combustible et ses composants sur des essais durs et de longue durée. Les équipes Hydrogène du groupe se partagent entre Mayence-Kastel (Allemagne : aspects système et intégration), Torrance (Californie : composants de propulsion), Rochester (New-York) et Warren (Michigan). Elles constituent la division GM Fuel Cell Activities (GM FCA) qui compte 500 employés.

Déterminés, mais prudents. Les ingénieurs de GM ne nient pas le lourd handicap que constitue le prix de la pile. Même en se basant sur une production annuelle de 100 000 unités, le groupe motopropulseur serait encore 10 fois plus cher qu'un banal moteur à explosion... Surcoût en partie justifié par la jeunesse de la technologie. Mais aussi par des raisons intrinsèques : présence de métaux précieux dans la pile elle-même, et luxe de précaution entourant le réservoir d'hydrogène haute pression - ou réfrigéré -, certainement en fibre de carbone.

Pour autant, entre la première génération de prototype et cette troisième mouture, les progrès ont été décisifs. En matière de poids, déjà. Et là, on est déjà très proche de l'objectif de 1 590 kg annoncé pour un véhicule commercialisable. Compacité ensuite du bloc énergie, qui est aujourd'hui réduit à un volume de 75 x 70 x 35 centimètres et à un poids de 300 kg. Ce bloc comprend, hormis la pile elle-même, le compresseur d'air et des organes annexes. C'est ce bloc qui pourrait tout bêtement remplacer le moteur lors du montage en usine.

Un exemple frappant où les efforts ont payé, la batterie intermédiaire entre la pile et le moteur électrique. Cette dernière, comme sur la majorité des prototypes actuellement en circulation, a pour but d'encaisser les à-coups de demande en énergie. Aujourd'hui, la pile elle-même sait dynamiquement gérer ces pics. Résultat : un gain de poids de quelque 100 kg !

GM Fuel Cell Activities a opté pour un moteur asynchrone à courant triphasé de 60 kW/82 ch. Quant à la pile, elle est constituée de 200 cellules montées en série. Elle 'brûle' de l'hydrogène pur.

Le constructeur ne s'est toujours pas fait de religion, en revanche, quant au mode de stockage. Une première option prévoit une réfrigération de l'hydrogène liquide à -253 °C. Elle permettrait une autonomie de 400 km. La seconde option - peut-être plus réaliste - conserve le gaz sous pression à 700 bars, mais n'offrirait pas plus de 270 km de route. Les performance du véhicule sont honorables : une vitesse de pointe de 160 km/h et un passage de 0 à 100 km/h en 16 secondes.

Thierry Mahé

Pour en savoir plus :
GM Fuel Cell Activities (http://www.gm.com/company/gmability/environment/products/fuel_cells/) entretient des partenariats proches avec les entreprises suivantes :
- General Hydrogen (http://www.generalhydrogen.com/): infrastructure d'approvisionnement en hydrogène
- Giner Electrochemical Systems (http://www.ginerinc.com/) électrolyseurs à membranes haute pression
- Hydrogenics Corporation (http://www.hydrogenics.com/) dispositifs d'essai des piles à hydrogène
- Quantum Fuel Systems Technologies Worldwide (http://www.qtww.com/) réservoirs d'hydrogène haute pression
Voir aussi :
H²CarsBiz : Un site indépendant - très riche, très complet et doublé d'une lettre électronique - spécialisé dans les véhicules à hydrogène à http://www.h2cars.biz/

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Pour bien commencer la semaine : l’Occitanie accélère sur la mobilité lourde à hydrogène

Pour bien commencer la semaine : l’Occitanie accélère sur la mobilité lourde à hydrogène

Difficile de trouver la motivation en ce début de semaine ? Voici une petite sélection d’innovations qui pourraient vous aider[…]

Projet Hyport, bus et train : l'Occitanie accélère sur la mobilité lourde à hydrogène

Projet Hyport, bus et train : l'Occitanie accélère sur la mobilité lourde à hydrogène

Selon l'AIE, l’éolien en mer pourrait alimenter la planète en électricité

Selon l'AIE, l’éolien en mer pourrait alimenter la planète en électricité

Exclusif

Plus d'articles