Nous suivre Industrie Techno

General Motors mise sur le moteur propre

Franck Barnu

Sujets relatifs :

, ,
Associé à Bosch et Stanford, GM lance un important programme de R&D sur la technologie HCCI.

General Motors, l'équipementier Bosch et l'université de Stanford viennent d'annoncer un programme de trois ans doté de 2,5 millions de dollars pour développer des moteurs à explosion plus efficaces, moins chers, moins polluants. Leur choix : la technologie HCCI (Homogeneous Charge Compression Ignition) - moteur à mélange homogène. De quoi booster cette technologie qui, aujourd'hui, n'est pas envisagée avant au moins 2010.

Le HCCI présente l'avantage de réconcilier tout le monde, les tenants du Diesel - que l'on trouve en Europe - et les irréductibles accros de l'essence que sont les États-Unis. HCCI utilise, en effet, l'essence comme carburant mais fonctionne de la même façon qu'un moteur Diesel. Aucune bougie.

C'est la seule compression d'un mélange air essence - avec une proportion d'air bien plus importante que dans un moteur classique - qui provoque l'explosion.

Selon Gary Smyth, directeur du Powertrain Systems Research Lab de General Motors, grâce à cette technologie, « les moteurs à essence pourraient atteindre un rendement de l'ordre de 80 % de celui des moteurs Diesel pour 50 % de leur prix ».

Des émissions de NOx quasiment nulles

Autre avantage de l'HCCI, la combustion s'effectuant à une température très inférieure à celle des moteurs Diesel, les émissions de polluants sont très faibles et cela d'autant plus que le rapport air/essence est très élevé. En particulier, les émissions de NOx sont quasiment nulles, de même que, contrairement au Diesel, celles de particules. Avec un tel moteur, GM envisage ainsi de satisfaire les très sévères exigences américaines en termes de pollution avec un simple catalyseur trois voies, d'où une économie non négligeable.

Reste la difficulté de la mise au point du moteur. Il exige un système de commande extrêmement précis, en particulier pour contrôler, à quelques degrés près, la température dans le cylindre. C'est précisément sur ce point que vont porter les efforts de R&D du trio Bosch, GM, Stanford : le développement de capteurs, d'actuateurs et d'un système de contrôle commande robuste et à faible coût, propres à transformer un produit de laboratoire prometteur en réalité commerciale.

Les trois partenaires ne sont pas des nouveaux venus sur le sujet. Le Bosch Research and Technology Center (Palo Alto, Californie) a déjà travaillé sur les systèmes de commande de moteurs HCCI avec l'université de Stanford. Quant à GM, ses équipes de R&D, en lien avec des universités et des équipementiers, ont mis au point leur concept de moteur HCCI et défini son architecture de base.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0871

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2005 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Des puces 200 fois plus rapides

Des puces 200 fois plus rapides

Grâce à ses recherches sur le graphène, le MIT promet des circuits intégrés tournant jusqu'à 1 000 GHz, contre 5 GHz aujourd'hui.Les chercheurs du MIT[…]

01/04/2009 | ÉLECTRONIQUER & D
Des métaux nobles issus du traitement des hydrocarbures

Des métaux nobles issus du traitement des hydrocarbures

Téléphoner sans parler

Téléphoner sans parler

ÉNERGIE

ÉNERGIE

Plus d'articles