Nous suivre Industrie Techno

GE vise les 100 000 pièces imprimées en 3D

GE vise les 100 000 pièces imprimées en 3D

Le réacteur a été conçu par une équipe mixte composée d’ingénieurs, de techniciens et d’opérateurs machine au sein de l’Additive Development Center.

© General Electric

L’équipementier américain General Electric a investi 44 millions d’euros dans un centre de production dédié à l’impression 3D. C’est dans ce centre que seront produits les injecteurs de carburant du moteur LEAP. En mai dernier, le géant américain annonçait avoir imprimé en 3D un turboréacteur. 

L’impression 3D séduit de plus en plus les grands comptes de l’industrie. General Electric illustre cet engouement. En mai dernier, l’industriel a présenté un mini-réacteur entièrement imprimé en 3D. Certes, il ne sera pas commercialisé. Toutefois, ce turboréacteur, fabriqué par le procédé de Direct laser metal melting, fait office de fenêtre sur les ambitions de GE en termes de fabrication additive. Au côté de la Snecma, GE mène le projet LEAP pour lequel une usine dédiée à l’impression 3D a été inaugurée à Auburn en Alabama cette année. Pour soutenir le développement du nouveau centre de production, GE a investi 44 millions d’euros.

C’est dans cette usine que seront produits les injecteurs de carburant, emblématiques du projet LEAP. Il suffira d’une seule opération pour fabriquer ces injecteurs, contre 18 dans un procédé classique. Ces pièces imprimées en 3D auront une durée de vie cinq fois supérieure à celles fabriquées sur une ligne classique. Et le LEAP ne devrait pas être le seul moteur à bénéficier de pièces imprimées en 3D, l’équipementier compte aussi équiper les moteurs GE9X.

Pour produire des pièces par impression 3D, General Electric a travaillé plusieurs années et étudié les données de production, des machines et des procédés de fabrication ; et continue à mener des recherches dans un laboratoire dédié aux nouvelles technologies de fabrication additive, l'Additive Development Center. Le groupe prévoit de produire 100 000 pièces par impression 3D d’ici 2020 et emploie 600 ingénieurs sur 21 sites dédiés à la fabrication additive dans le monde.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles