Nous suivre Industrie Techno

Gabriel Voisin, Journal d'un iconoclaste

Jean-François Preveraud

Sujets relatifs :

, ,
Gabriel Voisin, Journal d'un iconoclaste

© DR

Pionnier de l’aviation avant de devenir créateur d’automobiles novatrices, Gabriel Voisin ne peut se résumer à cette carrière d’inventeur, car pour comprendre son œuvre il faut aussi connaître sa personnalité. C’est ce que Serge Bellu essaie de nous faire découvrir dans la biographie de cet homme qui fut l’une des personnalités les plus riches de l’histoire industrielle du xxe siècle. Qu’il s’agisse d’avions ou d’automobiles, ses création se veulent à la fois non-conformistes, voire provocatrices, au mieux de la technologie disponible et esthétiques. A tel point que son ami, l’écrivain Paul Morand n’a pas hésité à le comparer à Léonard de Vinci !

Mais le personnage est aussi un esprit libre et frondeur, contestataire, séducteur et libertin. Des facettes qui font de lui un acteur turbulent de son époque, qu’il a marquée par sa flamboyance, mais qui auront aussi un impact important sur sa production.

Fils d’ingénieur, architecte de formation, Gabriel Voisin et son frère Charles ont dès leur adolescence fabriqué des cerfs-volants, des planeurs et des quadricycles à moteurs. Des travaux qui leur permirent dès 1905 de travailler avec Louis Blériot, puis de fonder en 1907 la société des Frères Voisin, fabricant d’appareils d’aviation, qui travailla avec Henry Farman. Durant la Grande Guerre cette société ne produira pas moins de 18 modèles d’avions militaires. Mais dès 1916, Gabriel Voisin a des visées sur le monde de l’automobile qu’il imagine se développer rapidement une fois la Paix revenue. Il engage alors un jeune ingénieur, André Lefebvre, le futur père de la Traction avant chez Citroën, et le mis à la tête de son laboratoire. De cette association naquirent des voitures de compétition souvent victorieuses telle la C6 ‘‘Laboratoire’’ qui marqua les esprits en 1923.

Mais c’est avec les voitures de haut gamme à caractère sportif, s’inscrivant parfaitement dans le style Arts Déco, que Gabriel Voisin connut la réussite industrielle. Gabriel Voisin travailla alors avec Le Corbuzier dont il partage les idées afin de mieux intégrer automobile et architecture, ainsi qu’avec les plus grands carrossiers de l’époque pour créer des véhicules qui sont considérés aujourd’hui comme des œuvres d’art. Affaiblie par la Grande Crise de 1929, la société misa sur l’aérodynamisme pour redémarrer au début des années 30. Le summum fut l’Aérodyne, un véhicule fuselé proposant dès 1934 un toit en verre panoramique coulissant motorisé et une suspension réglable depuis le tableau de bord. Des innovations que l’on retrouve aussi au niveau de la mécanique avec un moteur sans soupape et une boîte de vitesses Cotal électromagnétique avec commande au volant.

L’inventeur veut aller plus loin et imagine en 1934 une voiture dont les 4 roues sont aux sommets d’un losange. C’est le début d’une phase de recherches pures qui conduisit Gabriel Voisin à vendre son activité industrielle pour se focaliser sur son seul bureau d’études, la Compagnie d’Aéromécanique où naîtront encore d’innombrables idées radicales jusqu’au dernier souffle de l’iconoclaste en 1973.

Grand adepte de la mobilité, Gabriel Voisin y étudia nombre de cycle-cars allant jusqu’à développer des moteurs à faible consommation, voire à vapeur avec un bicylindre de 500 cm3. Mais il y étudie aussi un moteur en étoile de 42 cylindres ! Après-guerre, il collabora avec Gnome & Rhône à la mise au point d’une gamme de motos légères, ainsi qu’à diverses études pour le compte de l’armée. Il présenta en 1950 le Biscooter, une voiture minimaliste pouvant emmener 2 passagers à 80 km/h à l’aide d’un bicylindre deux temps de 125 cm3, qui trouva son marché en Espagne.

On trouve parmi les nombreux projets qui ont jalonné la fin de vie de Gabriel Voisin des voitures à portes coulissantes, une voiture pour les pays en voie de développement étudiée pour l’Inde en 1961, une Formule 1 avec aileron arrière mobile en 1962. Des projets qui sont toujours d’actualité 50 ans après.

Bref, un livre qui relate à la fois la vie et l’œuvre d’un esprit éclairé et visionnaire, qui a laissé une empreinte indélébile dans le monde des transports du xxe siècle.


A propos du livre

Titre : Gabriel Voisin, Journal d'un iconoclaste

Auteur : BELLU Serge
Editeur : ETAI
Pages  207
Prix : 75 €
ISBN : 978-2-7268-9726-3

Disponible en ligne sur le site : http://www.editions-etai.fr

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

A Lyon, la navette autonome de Navya circule sur route ouverte

A Lyon, la navette autonome de Navya circule sur route ouverte

Depuis le début du mois de mars, une navette autonome effectue un parcours de 2,4 km entre la gare ZI Meyzieu et la zone d'activité[…]

Toyota et le MIT prédisent la durée de vie des batteries

Toyota et le MIT prédisent la durée de vie des batteries

Mini-moteurs ioniques, piles à hydrogène, Global Industrie… les meilleures innovations de la semaine

Mini-moteurs ioniques, piles à hydrogène, Global Industrie… les meilleures innovations de la semaine

L'âge d'or du Lidar

L'âge d'or du Lidar

Plus d'articles