Nous suivre Industrie Techno

Futuris prone la création d'un Haut Conseil de la Recherche

Industrie et Technologies

Sujets relatifs :

, ,
L'opération Futuris de l'ANRT, qui travaille sur les améliorations à apporter au système de recherche et d'innovation français, avance, à mi parcours, ses premières propositions.

Les travaux de FutuRIS, exercice de prospective né à l'initiative de l'ANRT, en sont a mi parcours. L'opération doit se dérouler sur 2003-2004.

Cela n'a pas empêché M. Jacques Lesourne (président de son comité d’orientation) et quelques autres membres de l'opération (dont un industriel, Pierre Haren, président et fondateur d'Ilog), de présenter le 5 octobre les premiers fruits de leur travail.

Ils ont saisi pour cela l’occasion de la parution du livre «Avenirs de la Recherche et de l’Innovation en France», dirigé par Jacques Lesourne, Alain Bravo ( ex responsable de l'opération) et Denis Randet (délégué général de l'ANRT), et publié par la documentation Française. (voir le livre à www.ladocumentationfrancaise.fr/catalogue/3303331952008/i
ndex.shtml
 )

L'originalité de cette réflexion, qui doit beaucoup en cela aux compétences de Jacques Lesourne, est de considérer le système de recherche et d'innovation dans son ensemble et de proposer des pistes de changement tenant compte de la diversité des acteurs.

Parmi les propositions les plus significatives figure l'idée de la mise en place d'un réel pilotage stratégique de la R&D et de l'innovation pour définir des objectifs et les moyens adaptés.

'La France ne consacre pas à sa recherche des moyens adaptés aux objectifs qu’elle se donne. Des choix sont nécessaires, qui doivent être assumés avec une persévérance dépassant l’horizon habituel des gouvernements' dit Futuris.
Comprendre : on n'a pas le moyens de tout faire. Il faut choisir un nombre limités de grands axes et s'y tenir.

C'est précisément lpour cette raison que Futuris recommande la mise en place d’un Haut Conseil de la Recherche et de l’Innovation.

Il serait chargé 'd’élaborer une vision prospective, de proposer une répartition du budget public de la recherche et de l’innovation entre une dizaine de grands domaines, de stimuler le débat public sur les enjeux scientifiques et technologiques et de superviser l’évaluation des politiques publiques, des agences et des établissements'.

Ce haut conseil serait complété par des agences de programmes. Leur rôle :  'distribuer dans chaque grand domaine le financement public entre des actions de recherche, d’incitation à l’innovation et à sa diffusion, aux acteurs publics etprivés'.

A ce stade de la réflexion Futuris ne précise pas si ces fameuses agences ont vocation à être indépendantes ou non des grands organismes de recherche type CNRS. La question - ardue - reste ouverte.

Parmi les autres proposition figure la clarification des rôles et des responsabilités des acteurs de la recherche publique.

Ici, cinq axes sont privilégiés :
- Des unités de recherche plus autonomes et moins contraintes
- Une gestion des ressources humaines individualisée valorisant toutes les composantes de l’activité du chercheur.
- Une évaluation suivie d’effets, prenant en compte les multiples activités des chercheurs et favorisant la mobilité et la prise de risque,
- Des universités capables de se différencier, proposant une répartition entre l’enseignement de niveau licence et des cycles liés à une activité de recherche, et pouvant être gestionnaires de leurs personnels.
- Les organismes pourraient enfin voir leurs missions et leur périmètre précisés sur proposition du Haut Conseil et devraient mieux dissocier leur éventuelle fonction d’agence de moyens de leurs tâches de gestion de laboratoires et d’infrastructures.

Troisième grand axe : Favoriser les synergies entre les acteurs publics et privés, encourager l’investissement des entreprises dans la R&D

A cette fin, Futuris propose
- Un dispositif souple et juridiquement sûr pour que tous les laboratoires publics puissent passer plus facilement des contrats de recherche avec des acteurs privés.
- Une véritable sensibilisation à l’innovation dans les entreprises pendant la formation doctorale .
- La possibilité pour les entreprises de consacrer une part de leur impôt sur les sociétés au financement de laboratoires de recherche publics.

 Franck Barnu

 Futuris en bref

 L’Opération FutuRIS est une démarche prospective qui mobilise plus de trois cents personnalités des milieux concernés par la recherche et l’innovation sous l’égide de l’Association nationale de la recherche technique.
 La première phase de l’opération, présentée au Printemps 2004, a permis de construire des scénarios d’évolution plausibles du système français de recherche et d’innovation et d’en analyser les forces, les faiblesses, les menaces et les enjeux.

Le comité de pilotage de FutuRIS, présidé par M. Jean François DEHECQ, président de l’ANRT, regroupe 29 membres représentant les pouvoirs publics, la recherche, l'enseignement, les entreprises et la société. Il constitue l'organe de gouvernance de l'opération.

M. Jacques LESOURNE est le président de son comité d’orientation et Thierry WEIL a succédé en mai 2004 à Alain BRAVO comme directeur de l’opération.

 

 Pour en savoir plus
- www.operation-futuris.org


 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Dossiers

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Les composites ne cessent d'innover pour rester compétitifs face aux autres matériaux. L'innovation porte sur les matériaux eux-mêmes, mais aussi sur[…]

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Agenda

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

IT 911 mai 2009

IT 911 mai 2009

Plus d'articles