Nous suivre Industrie Techno

Fukushima : la robotique à la rescousse du Japon

Fukushima : la robotique à la rescousse du Japon

Les robots pourront-ils pénétrer dans les ruines ?

© TEPCO/AFP/Getty Images

Depuis quelques jours, la situation au Japon ne cesse de se dégrader et a même été qualifiée de "très grave" par l’AIEA. Hélicoptères, canons à eau, salariés héroïques… Tous les moyens sont désormais mis en œuvre pour tenter de refroidir au maximum les réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi et ainsi empêcher un scénario à la Tchernobyl. Dernière solution envisagée, faire appel à des robots, aptes à agir directement à l’intérieur des réacteurs.

Emis par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), un appel a été lancé aux pays disposant de robots et de véhicules sans pilote, afin de venir le plus rapidement en aide à l’archipel japonais. Développées dès le début des années 80, ces technologies évitent la mise en danger des personnes chargées d’intervenir en milieu hostile.

En cas d’incident nucléaire, les radiations dégagées sont en effet très dangereuses, voire potentiellement mortelles, pour le personnel en place. Téléopérés, ces robots, composés de deux corps articulés l’un par rapport à l’autre, sont capables de monter et descendre des escaliers ainsi que de franchir des obstacles hauts de plusieurs dizaines de centimètres. Grâce à un outil situé en leur extrémité, ces machines peuvent ouvrir ou fermer des portes, actionner des vannes pour libérer la pression et même saisir des objets pouvant peser plusieurs kilos, afin de les ramener à l’extérieur de la centrale. Par ailleurs, pour résister aux radiations destructrices, ces robots sont équipés d’une électronique durcie qui doit résister à des taux 100 fois supérieurs aux limites acceptées par l’électronique classique. 


                                           

                                        Remplacer l'homme 
                                dans les endroits dangereux


A la différence des robots traditionnels reliés à leurs opérateurs par un cordon ombilical, ces équipements communiquent les images et données collectées par transmissions hertziennes. Pour éviter que l’énergie dégagée par la transmission soit supérieure au seuil autorisé au sein des centrales nucléaires, des solutions ont été développées par des sociétés comme Cybernétix ou le GIE Intra, créé par EDF, le CEA et Areva. Ce type de robots dispose de bornes émettrices/réceptrices qu’il dépose sur son chemin dès que la transmission s’affaiblit. Le message passe ainsi de relais en relais sans perturber le fonctionnement de la centrale.

Les Etats-Unis ont, eux, envoyé sur place un avion sans pilote de l’armée américaine, chargé de survoler le site nucléaire. Dans quelques heures, les photos prises par le drone apporteront peut-être des informations essentielles pour comprendre ce qui se passe à l’intérieur des bâtiments abritant les réacteurs.

En attendant l’arrivée de ces aides technologiques, le Japon et l’exploitant Tepco continuent leurs efforts pour enrayer cette catastrophe. Selon les autorités japonaises, une ligne électrique neuve pourrait être bientôt mise en place. Véritable espoir, cette alimentation électrique permettrait de redémarrer une partie des pompes du système de refroidissement.

Clément Cygler 

Pour en savoir plus : http://www.cnrs.fr 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Des cellules solaires plus efficaces grâce aux nanomatériaux

Des cellules solaires plus efficaces grâce aux nanomatériaux

Une famille de nanomatériaux capable de produire, après auto-assemblage, une énergie photovoltaïque avec une grande[…]

Maisons à énergie positive, mémoire des smartphones, internet quantique… les innovations qui (re)donnent le sourire

Maisons à énergie positive, mémoire des smartphones, internet quantique… les innovations qui (re)donnent le sourire

Des bateaux autonomes pour prédire la météo

Des bateaux autonomes pour prédire la météo

Gestion de l’eau : focus sur l'innovation

Gestion de l’eau : focus sur l'innovation

Plus d'articles