Nous suivre Industrie Techno

Frédéric Carencotte Directeur industriel Rhodia terres rares

Propos recueillis par Hugo Leroux

Sujets relatifs :

Frédéric Carencotte 
Directeur industriel Rhodia terres rares

Frédéric Carencotte

© D.R.

Devenir la référence dans le recyclage des terres rares

IT : Aujourd'hui, la plupart des produits électroniques contiennent des terres rares. Or la Chine en assure 95 % de la production. En tant que spécialiste du raffinage de ces matériaux, comment vivez-vous cette dépendance ?

Frédéric Carencotte : Il est impératif d'optimiser notre utilisation de ces matières premières. Nous avons donc revu nos procédés à plusieurs niveaux. D'abord, nous utilisons moins de matière dans nos formulations. Nous avons ainsi réduit de 30 % la quantité de terbium nécessaire aux lampes fluorescentes. Ensuite, nous récupérons nos chutes de production et celles de nos clients, comme les boues issues du polissage des écrans plats, un procédé consommateur de lanthane et de cerium. Surtout, nous voulons devenir la référence européenne dans le recyclage des terres rares issues des produits en fin de vie. À commencer par les lampes à économie d'énergie et les batteries NiMH.

IT : Comment opérez-vous ce recyclage ?

En France, l'écoorganisme Recylum organise la collecte et le recyclage composants des lampes fluorescentes, ne trouvait aucun débouché pour les poudres à base de terres rares. Nous les acheminons maintenant sur notre usine de La Rochelle. Elles y sont concentrées puis purifiées : chaque terre rare est successivement soustraite au mélange par un solvant adapté. Grâce à ce procédé, nous deviendrons dès avril 2012 le premier site industriel à retraiter toute poudre issue de lampe fluorescente. Sur le même principe, nous allons recycler les concentrés de terres rares issues des batteries nickel-métal-hydrure (NiMH), utilisées dans les véhicules hybrides. Dernier projet pour 2012 : un partenariat avec des collecteurs d'aimants. À moyen terme, le recyclage pourrait ainsi représenter entre 5 et 50 % de notre approvisionnement, selon les espèces de terres rares.

IT : Pourquoi ne pas s'attaquer aux écrans plats LCD et à d'autres produits gourmands en terres rares ?

Les procédés pour séparer efficacement les terres rares ne sont pas toujours au point. Dans les pots catalytiques, leur extraction n'est pas compatible avec celle des platinoïdes, autres métaux précieux. Quant aux tubes luminescents des écrans plats, ils sont trop miniaturisés. Dans ces cas-là, il faudrait plutôt développer l'écoconception en concertation avec les fabricants : faciliter le recyclage du produit en fin de vie en modifiant sa fabrication dès le départ. C'est un sujet dont on discute beaucoup avec certains clients, même si rien de concret n'a abouti jusque-là.

RHODIA (GROUPE SOLVAY)

Chiffre d'affaires 2010 : 5,23 milliards d'euros Nombre d'employés : 14 000 personnes RHODIA TERRES RARES 20 % des parts de marchés au niveau mondial. Nombre d'usines : 6 dont le site de La Rochelle, pionnier historique du raffinage des oxydes de terres rares bruts

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0938

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2011 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

RGPD : les technos pour respecter la réglementation

RGPD : les technos pour respecter la réglementation

C'est un tournant majeur pour bon nombre d'entreprises ayant des activités numériques. Plus aucune fuite de données[…]

CYBERSECURITE : LE SECTEUR ÉNERGÉTIQUE SOUS TENSION

CYBERSECURITE : LE SECTEUR ÉNERGÉTIQUE SOUS TENSION

Enedis se mobilise après le passage d'Irma

Enedis se mobilise après le passage d'Irma

Le quantique entre dans l'ère industrielle

Le quantique entre dans l'ère industrielle

Plus d'articles