Nous suivre Industrie Techno

abonné

En image

Former un robot sans passer par la programmation, c'est possible !

Former un robot sans passer par la programmation, c'est possible !

Pour apprendre à une machine à exécuter une action, le clavier n’est pas le seul moyen de communication… ni le plus intuitif ! Les roboticiens misent sur les progrès de la formation par imitation, une approche plus accessible aux non-spécialistes.

La réduction des coûts des robots a permis à de plus en plus de petites entreprises de s’équiper. Mais elles ne possèdent pas toujours les compétences en interne pour les reprogrammer informatiquement au gré des ajustements de la production. D’où l’intérêt de technologies alternatives, reposant sur la connaissance du geste que la machine devra effectuer. « On constate un engouement des industriels pour l’apprentissage par imitation », confirme Sylvain Calinon, responsable du groupe robotique au sein de l’Institut de recherche suisse Idiap, spécialisé dans l’interaction homme-machine. La méthode existe depuis plusieurs décennies. Mais les savoir-faire acquis de cette manière par les robots ne cessent de se complexifier. Autrefois tout juste capables de répliquer une série de positions successives, ils peuvent aujourd’hui doser leur effort.

« On a vu apparaître dans l’industrie des robots que l’on peut manipuler à la main. Cette technologie, consistant à montrer un geste au robot de manière kinesthésique, est apparue il y a environ cinq ans. Techniquement, le robot est contrôlé en force, alors qu’il n’était auparavant contrôlé qu’en position », précise Sylvain Calinon. Dans le premier cas, tout se passe comme si le formateur manipulait un pantin. Le geste est fluide. Dans le second cas, le robot maintient sa position comme s’il contractait ses muscles… empêchant ainsi une perception fine. Le robot Baxter, lancé par Rethink Robotics en 2012, peut, grâce à sa plate-forme de programmation Intera, être formé à sa tâche par une simple démonstration du mouvement, en déplaçant son bras.

Ces progrès ciblent tout particulièrement les PME. « Les grands acteurs de l’automobile ont très[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°1007

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2018 d'Industries & Technologies

Nous vous recommandons

Des chercheurs américains font avancer les procédés d’impression par photopolymérisation

Des chercheurs américains font avancer les procédés d’impression par photopolymérisation

Depuis quelques années, les tentatives d’optimisation des techniques d’impression 3D par photopolymérisation se sont[…]

Avion supersonique, apnée du sommeil, CES 2019… les innovations qui (re)donnent le sourire

Avion supersonique, apnée du sommeil, CES 2019… les innovations qui (re)donnent le sourire

Le Naviator, un drone mi-oiseau mi-poisson

Le Naviator, un drone mi-oiseau mi-poisson

[Meilleures technos de l'année] L'envol des drones bio-inspirés

[Meilleures technos de l'année] L'envol des drones bio-inspirés

Plus d'articles