Nous suivre Industrie Techno

Formation des ingénieurs : la CDEFI réagit au rapport de l’AERES

Jean-François Preveraud

Sujets relatifs :

, ,
Formation des ingénieurs : la CDEFI réagit au rapport de l’AERES

Des directeurs inquiets quant à l'évaluation des formations aux métiers d'ingénieur.

© DR

Suite à la publication par l’Agence d'Evaluation de la Recherche et de l'Enseignement Supérieur sur l’évaluation des formations aux métiers d’ingénieur, la Conférence des Directeurs des Ecoles Françaises d’Ingénieurs se montre très critique.

Voici les termes de la réaction de la Conférence des Directeurs des Ecoles Françaises d’Ingénieurs, suite à la parution du rapport sur l’évaluation des formations aux métiers d’ingénieur, par la voix de son président Paul Jacquet, qui évoque les difficultés et inquiétudes soulevées par ce rapport.

La Conférence des Directeurs des Ecoles Françaises d’Ingénieurs (CDEFI) a pris connaissance de la publication par l’Agence d'Evaluation de la Recherche et de l'Enseignement Supérieur (AERES) d’une étude sur les formations universitaires au métier d’ingénieur.

Sur la forme, la CDEFI conteste le rôle que s’attribue l’AERES dans la rédaction d’une étude de cette nature. Elle rappelle que l’AERES est une agence d’évaluation selon les termes de la Loi et qu’à ce titre elle a vocation à évaluer les formations universitaires existantes. En aucun cas, il ne lui appartient à ce jour d’élaborer le cahier des charges de formations à venir. Ce rôle appartient, en France, à l’Etat. Pour ce qui concerne les écoles d’ingénieurs, La Conférence rappelle qu’il n’existe en France qu’une seule sorte de formations d’ingénieurs définie par la Loi depuis 1934 et soumises à l’évaluation d’une instance légale : la Commission des Titres d’Ingénieurs (CTI). Aussi, si la CDEFI ne conteste pas l’autorité de l’AERES dans l’évaluation de la Recherche, elle ne lui reconnait aucune prérogative dans le processus d’habilitation des formations d’ingénieurs. Celle-ci ne peut être conduite légalement que par la CTI, laquelle, depuis 77 ans, à su faire la preuve de la qualité de son travail.

Par ailleurs, la CDEFI constate la fragilité de la légitimité du groupe réputé avoir contribué à la rédaction de l’étude. Elle remarque notamment que deux des personnes citées ont déjà publié un communiqué indiquant ne pas avoir été associées à ce travail et ne pas en partager les conclusions. Elle souligne également l’absence notoire de représentants du monde économique, alors-même que cette étude prétend s’intéresser au métier d’ingénieur. De ce fait l’une des caractéristiques majeures de la formation française d’ingénieur est négligée. En outre, la CDEFI rappelle à la Présidence de l’AERES que la Loi LRU prévoit l’existence de deux conférences consultatives pour l’Enseignement supérieur et la Recherche en France : la Conférence des Présidents d’Université et elle-même. Elle s’étonne que sur un sujet intéressant directement les formations d’ingénieurs, elle n’ait été pour le moins tenue informée de la démarche, au mieux consultée sur son opportunité.

D’autre part, la CDEFI regrette que l’AERES cautionne une étude qui repose sur un argumentaire fragile et auquel la réalité donne tort. La Conférence rappelle ainsi que l’attractivité des écoles françaises n’a jamais été aussi grande, les effectifs ayant progressé de 41 % sur les 20 dernières années. Avec une insertion professionnelle en temps de crise de plus de 75 % à deux mois, il ne semble pas non plus que l’on puisse contester l’adéquation des formations d’ingénieurs aux besoins professionnels. En outre, alors que le document indique que le modèle des formations d’ingénieurs françaises est ‘‘populaire en France mais pas toujours compris à l’étranger’’, la CDEFI rappelle que les demandes d’implantation de formations françaises d’ingénieurs dans des pays tiers se multiplient chaque année et que les standards auxquels renvoient les écoles sont partagés par la plupart des établissements étrangers (gouvernance ouverte sur l’extérieur, sélection à l’entrée…).

Enfin, sur le cas particulier des formations au métier d’ingénieurs au sein des universités. La proposition de création d’un ‘‘modèle 4’’ est sans fondement du point de vue du diplôme d’ingénieurs. La CDEFI souligne sur ce point qu’il existe en France aujourd’hui 50 écoles d’ingénieurs internes aux universités. Elle rappelle que ces écoles, composantes d’universités, sont particulièrement dynamiques et contribuent largement à l’attractivité de leur établissement de tutelle. Aujourd’hui, il n’y a guère d’universités à composante scientifique qui n’ait sa propre école interne. Et ces écoles diplôment près d’un ingénieur sur 5. Elles ont une mission d’ascension sociale incontestable avec un taux de boursiers dépassant pour la plupart le seuil symbolique des 30 %. C’est pourquoi la CDEFI s’inquiète de cette prise de position de l’AERES et déplore l’introduction d’une concurrence inutile entre les formations au sein d’une même université alors que nous sommes confrontés à des impératifs de lisibilité de notre offre de formation.

L’ensemble de cette position fait l’objet d’un courrier adressé par le Président de la CDEFI au Président de l’AERES. Le Bureau de la Conférence rencontrera, par ailleurs, dans les prochains jours la Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche pour notamment traiter de cette question avec elle.

Pour en savoir plus : http://www.cdefi.fr & http://www.aeres-evaluation.fr 
 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Ecoles d'ingénieurs : 20e classement annuel

Dossiers

Ecoles d'ingénieurs : 20e classement annuel

Comme chaque année, nous publions notre classement exclusif des écoles d’ingénieurs, qui reflète l'implication[…]

26/02/2016 | Start-upFormation
Palmarès exclusif : les dix écoles d’ingénieurs championnes de l’innovation

Palmarès exclusif : les dix écoles d’ingénieurs championnes de l’innovation

La réalité virtuelle entre dans les lycées techniques

La réalité virtuelle entre dans les lycées techniques

Modélisation de la conception innovante

Modélisation de la conception innovante

Plus d'articles