Nous suivre Industrie Techno

Fonderie : BMW coule ses moteurs dans des liants inorganiques

Thibaut De Jaegher

Sujets relatifs :

, ,
Fonderie : BMW coule ses moteurs dans des liants inorganiques

Dès 2010, la fonderie du constructeur bavarois, basée à Landshut, utilisera des liants inorganiques pour réaliser ses moulages en alliages légers. A la clé, une réduction des résidus de combustion de l'ordre de 98 %, une productivité en hausse de 10 % et des coûts de maintenance divisés par deux.

La fonderie d'alliages légers, dédiée aux pièces moteurs du groupe BMW, va adopter une nouvelle méthode de production plus écologique. En utilisant des liants inorganiques à base d'eau-silicates alcalins solubles (un mélange d'eau et de sable à base de silice) pour ses moules en sable, à la place des liants organiques traditionnels, l'usine devrait en effet réduire ses résidus de combustion de 98 %. Lorsque l'on sait que le site consomme quelques 120 tonnes de sable par jour (recyclé à 90 %) pour couler ses éléments de moteur, l'économie est loin d'être négligeable.

Gains sur toute la ligne

Cette solution technologique a été entièrement développée sur le site de Landshut, y compris le logiciel de simulation numérique qui a permis de la mettre au point. Le nouveau procédé, qui devrait être adopté dans d'autres fonderies du groupe, permettra de réaliser des gains à tous les niveaux. Le refroidissement étant plus rapide l'énergie consommée s'en trouve réduite. La productivité grimpe, elle, de 10 %. Quand aux coûts de maintenance, ils seraient divisés par deux.

La fonderie de Landshut fait travailler environ 1 300 salariés. Elle produit aujourd'hui environ 1,8 millions de pièces moulées en aluminium et magnésium par an, pour un poids total de 45 000 tonnes. La gamme de produits comprend des composants de moteurs, tels que des culasses et des carters, éléments structuraux et les pièces de châssis.

Thibaut De Jaegher

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

 « Le risque de décrochage de la France sur les technologies d’impression 3D est réel », alerte Christophe Eschenbrenner, Président de France Additive

« Le risque de décrochage de la France sur les technologies d’impression 3D est réel », alerte Christophe Eschenbrenner, Président de France Additive

Organisées par l’association France Additive qui rassemble 130 acteurs français de l'impression 3D, les Assises[…]

Robotique : L’Europe accélère ses investissements dans la recherche selon un rapport de l’IFR

Robotique : L’Europe accélère ses investissements dans la recherche selon un rapport de l’IFR

Au laboratoire souterrain de l'Andra, l'étude des galeries se modernise grâce au robot Spot de Boston Dynamics

Au laboratoire souterrain de l'Andra, l'étude des galeries se modernise grâce au robot Spot de Boston Dynamics

[Diaporama] Au cœur de 3DCeram, la pépite limougeaude de l’impression 3D céramique

[Diaporama] Au cœur de 3DCeram, la pépite limougeaude de l’impression 3D céramique

Plus d'articles