Nous suivre Industrie Techno

Flying Whales : un dirigeable pour transporter les charges lourdes

Flying Whales : un dirigeable pour transporter les charges lourdes

La maquette de 1 mètre de long a subi des essais dans la soufflerie lilloise de l'Onera.

© Flying Whales

Le ballon dirigeable LCA60T de Flying Whales a terminé fin janvier 2019 sa première campagne d’essais dans la soufflerie lilloise de l’Office national d’études et de recherches aérospatiales (Onera). Après un mois de mesures sur une maquette 1/150ème, les données récoltées permettront de construire un modèle aérodynamique complet. Attendue pour 2022, la première machine à l’échelle 1 devrait servir au transport de charges lourdes, notamment pour le compte de l’Office national des forêts.

LCA60T - pour « Large capacity airship 60 tons » - sera le nom du futur dirigeable rigide pour le transport de charges lourdes imaginé par Flying Whales. Le 30 janvier 2019, l’entreprise française créée en 2012 a annoncé la fin d’une première campagne d’essais. Pendant environ un mois, une maquette à l’échelle 1/150ème de l’appareil a subi des tests en conditions statiques et dynamiques dans la soufflerie lilloise de l’Office national d’études et de recherches aérospatiales (Onera). Forces et pressions appliquées sur l’enveloppe de vol ont été mesurées dans l’optique de construire un modèle aérodynamique. « Nous devrions avoir un premier modèle fin février qui nous permettra de regarder les performances en croisière, affirme Guillaume Martinat, responsable des études aérodynamiques chez Flying Whales. Un modèle plus complet sera établi en avril. »

A terme, le modèle alimentera un simulateur pour faire des études de performance. Mais à l’heure actuelle, les données récoltées en ce début d’année permettent déjà d’avoir une bonne compréhension du comportement de l’air autour de la machine dans différentes conditions. Quelques corrections devront néanmoins être appliquées, souligne M. Martinat : « Compte tenu de l’échelle de la maquette qui fait 1 mètre de long et malgré une vitesse d’écoulement dans la soufflerie plus rapide que la vitesse de croisière de la machine en conditions réelles, il existe un facteur d’échelle très important qui doit être corrigé par le calcul avant d’avoir un modèle aérodynamique complet. »

Des troncs d’arbres parmi les nuages

Capable de transporter jusqu’à 60 tonnes, le LCA60T mesurera 40 mètres de hauteur et 154 mètres de long. Le tout rempli d’un gaz porteur inerte : l’hélium. Pour la propulsion, du kérosène aéronautique classique sera embarqué et transformé en énergie électrique distribuée à des propulseurs autour de l’appareil.

Initialement, le projet a été lancé pour aller chercher du bois dans les forêts et l’emmener là où il sera exploité. Les scieries par exemple. « C’est un besoin clairement identifié et exprimé par l’office national des forêts (ONF) », indique Romain Schalck, qui énumère plusieurs freins actuels au transport de bois en France métropolitaine : l’accès compliqué à la ressource forestière dû à la topographie, le coût des infrastructures et celui du maintien en état des routes empruntées par les camions grumiers. Mais Flying Whales envisage d’autres utilisations potentielles : le transport de pales ou de mâts d’éoliennes, ou encore de pylônes haute tension.

Objectif 2022

Un premier dirigeable à l’échelle 1 est prévu pour 2022 à l’issue d’un projet de 4 ans qui réunit plusieurs partenaires sous la coordination de Flying Whales : Epsilon Composite pour la structure, l’Onera pour la conception générale, l’aérodynamique, la dynamique du vol et la protection des conditions environnementales, Reel pour le levage de charges, Safran Aerosystems pour l’enveloppe, le système de protection souple et la porte cargo, et enfin Tecalemit pour le ballastage. « La première machine ne sera pas qu’un prototype dédié aux tests, assure M. Schalck. Elle sera opérationnelle. Et la production en série sera lancée dans le même temps. » Objectif : 150 appareils sur 10 ans.

Quant à la maquette, elle reprendra du service au printemps pour une deuxième campagne de tests. Seront étudiés des aspects de dynamique plus complexes comme la résistance à des rafales de vent.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le LiFi haut débit s’installe dans un avion

Fil d'Intelligence Technologique

Le LiFi haut débit s’installe dans un avion

La société Oledcomm a annoncé le 30 octobre qu’un A321 a effectué un vol entre Paris et Toulouse[…]

Les PME et TPI de la supply chain, encore parents pauvres de la cybersécurité

Les PME et TPI de la supply chain, encore parents pauvres de la cybersécurité

Des robots pour l'A320 : Airbus pousse l'automatisation à Hambourg

Des robots pour l'A320 : Airbus pousse l'automatisation à Hambourg

Le projet Euroglider de planeur à motorisation électrique valide son concept en vol

Le projet Euroglider de planeur à motorisation électrique valide son concept en vol

Plus d'articles