Nous suivre Industrie Techno

Flen-Securit se chauffe au solaire

- Sonia Pignet
Flen-Securit se chauffe au solaire

© D.R.

- Cette PME ventile et chauffe son atelier grâce à une toiture solaire. Elle est la première en France à expérimenter la technologie SolarWall.

A Gravelines, non loin de Dunkerque, dans le Nord, Flen-Securit, petite entreprise de 19 personnes, a misé sur le solaire pour aérer et chauffer son atelier de fabrication de menuiserie PVC. C'est Batiparos, le distributeur français de la technologie canadienne SolarWall, qui a mené le projet en 2006.

« Je déménageais mes ateliers quand un consultant m'a alerté sur ma consommation de gaz et m'a proposé cette solution », raconte Nicolas Lescroart, le directeur de Flen-Securit. Ses bâtiments remplissent à l'époque tous les critères pour mettre en place cette technologie. Ils disposent d'une aération par aspiration de l'air extérieur, ils sont chauffés (le travail du PVC s'effectuant entre 13 et 15 °C) et... ce chauffage est très gourmand en énergie. Une aubaine pour Jean-Paul Moulart, technico-commercial de Batiparos, qui a ainsi réalisé sa première installation.

La moitié du toit du bâtiment exposée au sud, soit 465 mètres carrés, est recouverte par un capteur solaire SolarWall. Il s'agit d'une simple plaque ondulée en aluminium percée de petits trous, installée au-dessus de la toiture en tôle existante. L'espace entre les deux parois crée une cavité d'air de 8 centimètres de large.

Le système devrait fournir 160 MWh par an

Quatre ventilateurs au sommet du toit aspirent l'air extérieur, qui ne peut passer qu'à travers les petites ouvertures du capteur (pour un débit d'air maximum total de 16 000 m3/h). La vitesse d'aspiration varie de 0,015 à 0,05 m/s. Plus elle est lente, plus l'air aspiré a le temps d'être chauffé. Un capteur de température permet de réguler ce paramètre.

« On chauffe l'air d'une dizaine de degrés, en moyenne », indique Jean-Paul Moulart. L'air chaud est ensuite distribué dans le bâtiment via un système classique CVC (chauffage, ventilation, climatisation). La paroi SolarWall réduit aussi considérablement les déperditions thermiques. La chaleur qui s'échappe par le toit est retenue dans la cavité d'air entre le bardage et le toit, et retourne dans le bâtiment avec l'air neuf.

L'été, pour ne pas surchauffer le bâtiment en l'aérant, un système by-pass aspire l'air directement à l'extérieur. Le surplus de chaleur est expulsé, créant un courant d'air qui rafraîchit la paroi du bâtiment.

Grâce à ce système, la PME n'a installé que trois aérothermes au lieu de quatre dans son atelier, et a réduit leur puissance de fonctionnement. Opérationnelle depuis octobre 2006, il est cependant difficile d'évaluer précisément l'impact de cette installation car les deux derniers hivers ont été assez doux. Nicolas Lescroart constate tout de même qu'il a consommé 7 tonnes de gaz en 2005, contre respectivement 1 tonne et 3 tonnes pour les années 2006 et 2007.

Dans des conditions idéales d'ensoleillement, l'énergie attendue est de 160 MWh par an selon les calculs de Batiparos. « Cela représente environ 64 tonnes d'émissions de CO2 en moins pour Flen-Securit », indique Jean-Paul Moulart.

C'est pourtant l'aspect économique plus qu'écologique qui a convaincu cette PME d'investir dans le solaire thermique. À titre expérimental, l'Ademe a financé 40 % du projet. L'installation de la toiture a coûté à elle seule près de 55 000 euros, auxquels s'ajoutent l'achat des aérothermes et des systèmes CVC. Grâce aux économies de gaz que cela devrait engendrer, la société espère un retour sur investissement d'ici à cinq ans.

EN BREFLE PROBLÈME

Réduire la consommation énergétique utilisée pour ventiler et chauffer l'atelier.

LA SOLUTION

Utiliser un capteur solaire qui chauffe l'air neuf et limite les déperditions thermiques.

LE CAPTEUR S'ADAPTE À L'ARCHITECTURE

- Fabriqué par Novelis en Allemagne, le capteur solaire SolarWall est un simple bardage en aluminium recyclé, perforé, et posé comme une double peau sur les parties bien exposées au soleil du bâtiment, façades ou toiture. Chez Flen-Securit, cette plaque ondulée est noire, pour un rendement optimal. Mais il existe une quinzaine de teintes différentes afin de s'adapter à chaque bâtiment. Seul bémol : une toiture en tuiles n'est pas un bon candidat au SolarWall car l'étanchéité de la cavité d'air serait difficile à obtenir.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0898

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2008 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Des cellules solaires plus efficaces grâce aux nanomatériaux

Des cellules solaires plus efficaces grâce aux nanomatériaux

Une famille de nanomatériaux capable de produire, après auto-assemblage, une énergie photovoltaïque avec une grande[…]

Maisons à énergie positive, mémoire des smartphones, internet quantique… les innovations qui (re)donnent le sourire

Maisons à énergie positive, mémoire des smartphones, internet quantique… les innovations qui (re)donnent le sourire

Des bateaux autonomes pour prédire la météo

Des bateaux autonomes pour prédire la météo

Gestion de l’eau : focus sur l'innovation

Gestion de l’eau : focus sur l'innovation

Plus d'articles