Nous suivre Industrie Techno

Financements publics de l’hydrogène vert : des guichets à tous les niveaux de maturité

Aline Nippert
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Financements publics de l’hydrogène vert : des guichets à tous les niveaux de maturité

Bpifrance a investi en fonds propres dans le champion français McPhy Energy (désormais coté en bourse) dès 2012 via le Fonds Ecotechnologies.

© McPhy

Une table ronde sur les financements de l’hydrogène vert a été organisée, mardi 25 mai, par le Pôle Véhicule du Futur. Parmi les invités, des représentants de Bpifrance, EIT Innoenergy et de la Banque des Territoires, qui ont pu clarifier leur rôle en tant qu'investisseurs dans des solutions hydrogène.

Sept milliards d’euros pour le plan hydrogène français d’ici 2030, des feuilles de route à 100 millions d’euros pour plusieurs régions françaises, construction d’un projet important d’intérêt européen commun (IPCEI) sur l’hydrogène – à l’instar de celui sur les batteries – auquel la France contribuera à hauteur de 1,5 milliard d’euros... Europe, Etats, régions : qui finance quoi ?

Pour y voir plus clair, des représentants de Bpifrance, de EIT Innoenergy et de la Banque des Territoires se sont exprimés, mardi 25 mai, dans le cadre d’un webinar organisé par le Pôle Véhicule du Futur (pôle de compétitivité des régions Bourgogne-Franche-Comté et Grand Est), en vue du lancement de l’événement Hydrogen Business For Climate.

Les deeptech soutenues par la France et l’Europe

Les porteurs de projets en rupture peinent parfois à trouver le soutien financier nécessaire auprès d’investisseurs privés. Le public tient un rôle clef pour porter des technologies particulièrement innovantes hors des laboratoires.

A l’échelle nationale, la banque publique d’investissement française a lancé, dès 2019, son Plan Deeptech, doté d’un budget de 2,5 milliards d’euros sur 5 ans. « Investir dans les deeptech fait partie de nos priorités, a appuyé Benoit Calatayud, responsable transition énergétique chez Bpifrance. En particulier s’il s’agit d’innovations qui contribuent à lutter contre le réchauffement climatique. »

Pour faire émerger des innovations de rupture, Bpifrance a notamment mis en place le « concours d’innovation i-Lab », uniquement destiné aux startups créées il y a moins de deux ans. Jusqu’à 60 % des dépenses éligibles (dans la limite de 600 000 euros) peuvent ainsi être subventionnées par Bpifrance. « Pour faire émerger un futur champion, l’accompagnement de Bpifrance se décline via un continuum de financements, adapté à chaque stade de développement et à toutes les tailles de l’entreprise », a toutefois tenu à souligner M. Calatayud.

Au niveau européen, le Conseil européen de l’innovation, dispositif de financement instauré dans le nouveau programme-cadre européen de la recherche et de l’innovation (Horizon Europe), a vocation à devenir un guichet privilégié pour les porteurs de projet d’innovation de rupture, à haut risque, et qui peinent à lever des fonds.

Toutefois, dans la cadre de ce webinar, c’est le rôle de l'Institut européen d'innovation et de technologie (EIT Innoenergy) qui a été mis en avant pour accompagner la montée en maturité des deeptech. Quinze startups européennes ont déjà reçu un soutien de cette institution européenne, à l’instar de la française Sylfen, qui développe des « solutions intégrées de stockage d’énergie à destination des bâtiments et éco-quartiers ». « Nous investissons dans des deeptech qui ont, selon nous, le potentiel de devenir des licornes », a précisé Karine Vernier, directrice de EIT Innoenergy France.

Les territoires accélèrent « le milieu de chaîne »

Lorsqu’une technologie a fait ses preuves et qu’un projet émerge, c’est au tour de la Banque des Territoires (groupe Caisse des dépôts et consignations) d’entrer en scène. « Nous ne finançons par la R&D, mais nous sommes présents assez tôt dans la phase de déploiement », a indiqué Gautier Chatelus, directeur adjoint du département « infrastructures et mobilité » de la Banque des Territoires. Particulièrement engagé sur la mobilité hydrogène, la Banque des Territoires compte notamment parmi les « primo-investisseurs » de la Zero Emission Valley (ZEV) de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

« Nous pouvons proposer des prêts de très long terme aux collectivités par exemple, a illustré Gautier Chatelus. Mais nous pouvons également investir directement dans les murs de la société, dans l’immobilier. » Ce fut notamment le cas pour la PME française Safra, à Albi : la Banque des Territoires apporte 40 % (en fonds propres et quasi-fonds propres) des 8 milliards d’euros nécessaire à l’agrandissement de son usine de bus à hydrogène. Autre service proposé par la Banque des Territoires : l’accompagnement au montage financier d’un projet.

L’Union européenne investit dans les projets de grande envergure

Au-delà des projets très innovants, le déploiement de la filière hydrogène passe également par la production à échelle industrielle de technologies matures. « EIT Innoenergy intervient également sur le volet financement des projets de grandes envergures, comme nous l’avons fait avec Northvolt et Verkor dans le domaine de la batterie », a déclaré Mme Vernier.

Dans le secteur de l’hydrogène, le projet phare soutenu par EIT Innoennergy s’appelle H2 Green Steel : il vise une production annuelle de 5 millions de tonnes d’acier d’ici 2030 via l’utilisation d’hydrogène décarboné et mobilise 2,5 milliards d’euros d’investissement. Les projets sont sélectionnés par le biais du centre européen pour l’hydrogène vert (EGHAC).

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Portrait] Julien Blanchard, l'entrepreneur qui veut décarboner l’industrie du ciment

[Portrait] Julien Blanchard, l'entrepreneur qui veut décarboner l’industrie du ciment

Moderniser l’industrie des matériaux de construction pour la rendre plus verte, tel est le credo de Julien Blanchard, cofondateur et PDG[…]

Plastic Omnium s’embarque avec Alstom dans l’hydrogène ferroviaire

Plastic Omnium s’embarque avec Alstom dans l’hydrogène ferroviaire

Efficacité énergétique : trois innovations de procédés industriels présentés lors du colloque d'Allice

Efficacité énergétique : trois innovations de procédés industriels présentés lors du colloque d'Allice

Les technologies derrière les dix candidats pré-sélectionnés pour le futur parc éolien en mer flottant de Bretagne

Les technologies derrière les dix candidats pré-sélectionnés pour le futur parc éolien en mer flottant de Bretagne

Plus d'articles