Nous suivre Industrie Techno

FIC 2017 : ACYMA, une plateforme nationale contre la malveillance en ligne

FIC 2017 : ACYMA, une plateforme nationale contre la malveillance en ligne

© Industrie & Technologies

Un nouveau dispositif national d’assistance aux actes de malveillance vient d’être lancé lors du Forum international de cybersécurité de Lille. Baptisé Acyma, cet outil conseille en particulier les petites structures et le grand public. 

Pour conseiller les particuliers et petites structures en cas de cyberattaque, un dispositif national d’assistance a été mis en place. Ce dernier a été présenté lors d’une conférence tenue par Guillaume Poupard (ANSSI), Thierry Delville (délégué ministériel aux industries de sécurité et à la lutte contre les cybermenaces) et Axelle Lemaire au Forum international de cybersécurité de Lille. « L’enjeu pour les pouvoirs publics est de protéger les individus et faire de la prévention », a commenté Axelle Lemaire. « Il fallait donc s’outiller pour accompagner les individus connectés qui partagent leurs données et utilisent des services en ligne sans avoir intégré la sécurité informatique dans leur usage quotidien. »

Acyma a pour objectif la mise en relation des victimes avec des prestataires de proximité pour les assister techniquement, la mise en place de campagnes de prévention et la sensibilisation à la sécurité du numérique. « Acyma est un dispositif d’assistance pour les petites structures, qui parfois mettent la clé sous la porte à cause de cyberattaques ».

De la mise en relation

Pour le moment, le groupement d’intérêt public (GIP) – incubé dans un premier temps à l’ANSSI– va permettre de créer un observatoire de la cybercriminalité en France. « Nous allons avoir une partie de prévention pour porter un message auprès du grand public et une partie « réaction » pour permettre aux individus de trouver de l’aide en ligne pour diagnostiquer ce dont ils sont victimes. Et in fine, trouver de l’aide concrète à proximité avec des prestataires informatiques. » En ce qui concerne ces prestataires, il ne sera pas question de qualification des professionnels, mais d’une simple mise en relation. Le prestataire signera une chartre d’engagement, mais sera qualifié par le biais des retours clients. Une sorte « d’auto-régulation » a précisé Guillaume Poupard.

Le groupement va lancer sa plateforme Internet d’ici 2 mois, avec une phase pilote dans la région des Hauts-de-France. 

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Innover contre le virus] Le supercalcul à l’assaut du Covid-19

[Innover contre le virus] Le supercalcul à l’assaut du Covid-19

Pendant l'été, Industrie & Technologies revient sur plusieurs mois de mobilisation des industriels et des chercheurs pour faire[…]

Hydrogène vert, souveraineté du cloud et Lab Robotique, le best of de la semaine

Hydrogène vert, souveraineté du cloud et Lab Robotique, le best of de la semaine

« Que Bpifrance choisisse AWS quand le président de la République réclame la souveraineté numérique, ce n'est pas acceptable ! », assène Frans Imbert Vier (Ubcom)

« Que Bpifrance choisisse AWS quand le président de la République réclame la souveraineté numérique, ce n'est pas acceptable ! », assène Frans Imbert Vier (Ubcom)

Michel Morvan, président de Cosmo Tech : l'amoureux de la complexité

Interview

Michel Morvan, président de Cosmo Tech : l'amoureux de la complexité

Plus d'articles