Nous suivre Industrie Techno

Vidéo

Fais-le toi-même : la nouvelle série documentaire dédiée au mouvement des makers

Fais-le toi-même : la nouvelle série documentaire dédiée au mouvement des makers

© Fais-le toi-même

Disponible sur Arte Creative, la série Fais-le toi-même, propose une immersion dans le monde des makers et de leurs fablabs. Articulée autour de huit épidodes, la websérie raconte l'engagement d'une batterie de protagonistes. Artistes, passionnés de data ou performers, tous ont un point commun : ils bidouillent, sont adeptes du do It yourself et sont animés par la volonté de partager.

« Mouvement maker. La culture de l’invention, du jeu ludique et lucide. On crée parce que l’âme d’enfant subsiste et nous guide. Créer, partager. Eternelle réinvention. Fablab. Plus que de la fabrication, état d’esprit, intention palpable. Changer idées en objets, pixels en réel. Rêve de gamin. Changer le monde en question. Une étincelle qui nous attend ». C’est sur ce flow de paroles, écrites par le rappeur français Rocé, que le spectateur plonge dans « Fais-le toi-même », une nouvelle websérie documentaire consacrée au mouvement des Makers.

Découvrir, fabriquer, enchanter, sampler, transformer, partager, résister, imaginer… La série, réalisée par Adrien Pavillard et disponible sur Arte Creative, s’articule autour de huit épisodes d’environ 7 minutes chacun. Au fil du documentaire, le spectateur découvre et recroise une série de protagonistes : Julien Dorra, Alex Weber, Albertine Meunier ou encore  Benjamin Faylon et Antonin Fourneau. Certains sont artistes, d’autres passionnés de data, ou performers. Tous ont un point commun : ils bidouillent, sont adeptes du do it yourself et sont animés par la volonté de partager. C’est cette façon de travailler qui les réunit au sein d’un même mouvement : celui des makers.

Ouvrir les objets pour comprendre leur fonctionnement

Le premier épisode aborde la nécessité de toucher, d’ouvrir et de démonter les objets pour comprendre le fonctionnement d’un système. L’idée est de mettre à mal un avertissement que les enfants entendent bien trop souvent : «  Ne touche pas, tu vas casser ! ». On y découvre notamment Julien Dorra, à l’origine du Coding Goûter, un rendez-vous où enfants et parents s’amusent à programmer ensemble.

Plus loin, dans le chapitre 3, des artistes détournent des technologies pour en faire des instruments et des outils au service de leurs performances. Alors que le collectif Dataglitch hacke de veilles consoles pour faire de la musique, le beatboxer Ezra a mis au point un gant interactif pour le projet Bionic Orchestra 2.0. La performance invite les spectateurs à s’interroger sur le rapport passionnel qu’entretient l’humain avec la machine.  

Demain, des fablabs associés aux bibliothèques

Les derniers épisodes de la série abordent, eux, des sujets plus engagés. Ici, les hackers et makers dénoncent les abus et révèlent les systèmes par lesquels les géants du web  imposent leur vision du monde à l’aide de créations absurdes ou drôles. C’est le cas, par exemple de Forgot your password, un ouvrage en huit tomes qui regroupent les 4,7 millions de mots de passe piratés sur LinkedIn en 2012. Ou encore d’Angelino, une étonnante boîte musicale connectée à Twitter, mise au point par Albertine Meunier. Dès que le mot ange est publié sur le réseau social, la danseuse se met à tourner sur elle-même.

Outre la domination des Gafa (Google, Apple, Facebook et Amazon), les makers pointent du doigt les absurdités de notre système de production actuel et imaginent des alternatives. Ils savent qu’ils ne feront pas tomber le capitalisme, mais croient à la capacité des fablabs « d’apporter quelque chose de nouveau à l’industrie et aux consommateurs en général ». Pierre Aumont, président de la Fabrique d’objets libres (FOL) imagine, par exemple, le développement de systèmes hybrides, avec des fablabs associés à La Poste, à une MJC ou encore aux bibliothèques. D’après lui, l’industrie devra forcément s’adapter au développement des nouveaux réseaux et au fait que l’usage prend le dessus sur la propriété. 

Découvrez les huit épisodes de la série, ci-dessous : 

Episode 1 : Découvrir

 

 

Episode 2 : Fabriquer

 

 

Episode 3 : Enchanter

 

 

Episode 4 : Sampler

 

 

Episode 5 : Transformer

 

 

Episode 6 : Partager

 

 

Episode 7 : Résister

 

 

Episode 8 : Imaginer

 

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Avec le jumeau numérique de Cosmo Tech, Renault optimise sa production de moteurs

Avec le jumeau numérique de Cosmo Tech, Renault optimise sa production de moteurs

Lors du salon Supply Chain Event, qui se tient les 3 et 4 décembre à Paris, Renault a présenté un retour[…]

Intelligence artificielle : comment Facebook veut doter les robots d’un « sens commun »

Intelligence artificielle : comment Facebook veut doter les robots d’un « sens commun »

Avec sa « Ruche », Thalès apporte de l’agilité au développement des solutions de cyberdéfense

Avec sa « Ruche », Thalès apporte de l’agilité au développement des solutions de cyberdéfense

Bertin Nahum veut conquérir le monde avec ses robots chirurgicaux

Bertin Nahum veut conquérir le monde avec ses robots chirurgicaux

Plus d'articles