Nous suivre Industrie Techno

Faille de sécurité Java : le département américain de sécurité conseille de désactiver l'application

Sophie Eustache
Faille de sécurité Java : le département américain de sécurité conseille de désactiver l'application

Oracle peine à combler la faille de sécurité de Java 7, qui permet de s’introduire dans un système et d'exécuter un code. Malgré la mise à jour proposée, le département américain de sécurité a conseillé aux utilisateurs de désactiver Java tant que les failles n’ont pas été réparées. Selon certains experts en sécurité, il faudrait deux ans à Oracle pour résoudre l’ensemble des vulnérabilités.

Alors qu’Oracle vient de mettre à jour un correctif pour pallier la faille de sécurité de Java 7, les experts en sécurité informatique restent sceptiques. La version 11.7, qui répare certaines failles et augmente le niveau de sécurité, - avec un message d’avertissement chaque fois qu’une application Java s’exécute -, n’est pas suffisante, selon Security Explorations. Le chercheur de la société spécialisée en sécurité, Adam Gowdiak, a ainsi déclaré à Reuters : « Je n’ose pas affirmer aux utilisateurs qu’il est sûr d’utiliser Java. »

Oracle a réagi trop tard et à trop petite échelle face à l’ampleur des failles. L’an dernier, l'appliaction d'Oracle a été à la base de 50% des piratages d’ordinateur, contre 3% pour Internet Explorer et Windows, analyse Kaspersky sur 01net.

En attendant le département de sécurité américain (Homeland Security) a conseillé aux utilisateurs de désactiver l’application jusqu’à un meilleur colmatage des failles.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Hydrogène vert, souveraineté du cloud et Lab Robotique, le best of de la semaine

Hydrogène vert, souveraineté du cloud et Lab Robotique, le best of de la semaine

Cette semaine, vous avez été nombreux à vous intéresser à la technologie d’électrolyse alcaline que[…]

« Que Bpifrance choisisse AWS quand le président de la République réclame la souveraineté numérique, ce n'est pas acceptable ! », assène Frans Imbert Vier (Ubcom)

« Que Bpifrance choisisse AWS quand le président de la République réclame la souveraineté numérique, ce n'est pas acceptable ! », assène Frans Imbert Vier (Ubcom)

Michel Morvan, président de Cosmo Tech : l'amoureux de la complexité

Interview

Michel Morvan, président de Cosmo Tech : l'amoureux de la complexité

StopCovid : La France prépare une appli plus performante en cas de deuxième vague

StopCovid : La France prépare une appli plus performante en cas de deuxième vague

Plus d'articles