Nous suivre Industrie Techno

EyeTechCare utilise les ultrasons à l'œil

Industrie et  Technologies

Sujets relatifs :

, ,
La société développe des dispositifs médicaux utilisant les Ultrasons Focalisés de Haute Intensité pour traiter des pathologies oculaires de manière non-invasive.

EyeTechCare en bref :

Date de création : juillet 2008
Fondateurs : Fabrice Romano, Philippe Chapuis et Laurent Farcy
Lieu : Rillieux la Pape (69)
Site : http://www.eyetechcare.com
Renseignements : contact@eyetechcare.com ou +33 (0)4 78 88 09 00


EyeTechCare entend concevoir des dispositifs médicaux innovants pour le traitement non-invasif des pathologies oculaires, en utilisant la technologie ultrasonique HIFU. Celle-ci repose sur les propriétés thérapeutiques des Ultrasons Focalisés de Haute Intensité (HIFU - High Intensity Focused Ultrasound).

Ces propriétés connues depuis les années 50, ont été explorées depuis 1989 par l'unité INSERM 556 de Lyon (avec laquelle un partenariat scientifique existe), dans des applications médicales appliquées à l'urologie, puis à d'autres indications, en particulier pour le traitement de certains cancers.

Il suffit de faire converger le faisceau d'ultrasons (comme le ferait une loupe avec les rayons du soleil) et de le dirigé sur une cible. Les tissus sains traversés sont préservés, et au point focal, là où l'énergie est concentrée, on observe une élévation immédiate et très importante de la température. Ce phénomène engendre quasi instantanément une nécrose de coagulation des cellules contenues dans la région visée et donc leur mort immédiate. Parmi les avantages des HIFU, on peut citer la très grande précision et la rapidité de l'action.

EyeTechCare a débuté par un projet de création d'entreprise, qui a été porté par Fabrice Romano, un Docteur Vétérinaire, spécialisé en ophtalmologie et microchirurgie, qui a travaillé pour de nombreux laboratoires (Domilens, Biomatech Namsa, Sofradim, EDAP-TMS). Un projet qui est resté en incubation auprès de Crealys pendant un an, avant la création de la société, grâce à un premier tour de table souscrit par CEA Valorisation.

Période pendant laquelle Fabrice Romano a été rejoint par ses deux autres cofondateurs, Philippe Chapuis et Laurent Farcy. Le premier est un ingénieur qu'il a connu chez EDAP-TMS où il était directeur industriel, alors que le second, titulaire d'une maîtrise de physiologie et biochimie, et d'un DESS en contrôle qualité pharmaceutique et alimentaire, était chargé des études cliniques chez Sofradim. Ils ont depuis été rejoints par Thomas Charrel, titulaire d'un Master Recherche en Acoustique, spécialisé en traitement du signal et en simulations numériques des modèles de propagation acoustique. Il occupe les fonctions de Doctorant, en charge du suivi technique et du développement des procédés de traitements innovants.

EyeTechCare valide actuellement un premier dispositif médical dans le cadre d'une étude pré-clinique effectuée en collaboration avec l'unité INSERM 556. Les premiers prototypes sont en cours d'évaluation. Une étude clinique chez l'homme, composée d'une étude pilote et d'une étude multicentrique prospective, devrait démarrer début 2009. Les dossiers de marquage CE et d'agrément FDA seront alors déposés et devraient permettre la mise sur le marché du dispositif fin 2010.

Jean-François Prevéraud

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Tests salivaires, batterie de Tesla et réalité virtuelle… le best of de la semaine

Tests salivaires, batterie de Tesla et réalité virtuelle… le best of de la semaine

La haute autorité de la santé (HAS) a statué : les tests salivaires sont à réserver aux malades[…]

A l'université de Liège, « nous allons tester au Covid-19 30 000 étudiants et personnels chaque semaine par RT-PCR salivaire », clame Fabrice Bureau

A l'université de Liège, « nous allons tester au Covid-19 30 000 étudiants et personnels chaque semaine par RT-PCR salivaire », clame Fabrice Bureau

40000 étudiants et enseignants testés 2 fois par semaine sur un campus de l'Illinois : ce dépistage du Covid-19 par tests salivaires dont se prive la France

40000 étudiants et enseignants testés 2 fois par semaine sur un campus de l'Illinois : ce dépistage du Covid-19 par tests salivaires dont se prive la France

Dépister massivement grâce aux tests PCR salivaires : la HAS dit non… pour le moment

Dépister massivement grâce aux tests PCR salivaires : la HAS dit non… pour le moment

Plus d'articles