Nous suivre Industrie Techno

Explosions à Tianjin : place à la crainte d’une pollution toxique

Juliette Raynal
Explosions à Tianjin : place à la crainte d’une pollution toxique

Selon les médias locaux, les déflagrations, qui ont fait au moins 50 morts et plus de 700 blessés, seraient parties d’un entrepôt détenu par la société Ruihai International Logistics.

© Twitter Matt Simon

48 heures après les gigantesques explosions qui sont survenues à Tianjin, quatrième ville de Chine, les inquiétudes grandissent autour d'une possible pollution toxique. Aucune information n'a été confirmée par les autorités, mais certains médias chinois assurent que 700 tonnes de cyanure de sodium se trouvaient sur le site lors de la catastrophe. Des traces de diisocyanate de toluène et de carbure de calcium auraient également été constatées dans l'air. 

Alors que les causes des gigantesques explosions survenues mercredi 12 août à Tianjin, ville portuaire de plus de 14 millions d’habitants située à 140 km de Pékin, demeurent officiellement indéterminées, l’inquiétude grandit quant aux risques de pollution toxique provoqués par la catastrophe industrielle.

Selon les médias locaux, les déflagrations, qui ont fait au moins 50 morts et plus de 700 blessés, seraient parties d’un entrepôt détenu par la société Ruihai International Logistics. Fondée en 2011, cette entreprise est spécialisée dans le stockage et le transport de produits chimiques dangereux précise nos confrères de L’Express. Si le site Internet de la société n’est désormais plus accessible, des internautes chinois ont eu le temps de réaliser une capture d’écran et de publier sur les réseaux sociaux la liste des produits dangereux qui pouvaient se trouver dans les entrepôts de Ruihai International lors des explosions. Cette liste a été traduite par la rédaction du HuffingtonPost. On y retrouve, entre autres, de l’argon, de l’acétate d’éthyle, du carbure de calcium, du nitrate de potassium, du nitrate de sodium ou encore du cyanure de sodium et du diisocyanate de toluène.

700 tonnes de cyanure de sodium sur le site industriel ?

La presse chinoise assure par ailleurs qu’au moins 700 tonnes de cyanure de sodium étaient entreposées sur le site industriel. Des doses importantes de cette même substance auraient été retrouvées dans les eaux usées des environs. D’après une fiche toxicologique rédigée par l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS), « les cyanures de sodium et de potassium ne sont pas inflammables. Ils ne sont pas combustibles. Toutefois, en présence d’acides et de produits à réaction acide, ils s’hydrolysent en libérant du cyanure d’hydrogène, gaz très inflammable et toxique. » Le cyanure de sodium serait par ailleurs très toxique par inhalation, par contact avec la peau et par ingestion. Outre les dangers pour l’homme (coma convulsif dans le cas d’une réaction foudroyante, pertes de connaissance, sensations vertigineuses) il pourrait entraîner des effets néfastes à long terme pour l’environnement aquatique.

L’ONG Greenpeace aurait également constaté la présence dans l’air de particules de cyanure de sodium, mais aussi de diisocyanate de toluène et de carbure de calcium, rapporte un article du Monde.fr. Selon l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris), le diisocyanate de toluène, couramment dénommé TDI,  est le plus toxique des diisocyanates en raison de son importante volatilité. D’après un rapport de l’institut, « il peut pénétrer dans les voies respiratoires sous forme de vapeurs ou d’aérosols ». Selon les concentrations, il peut provoquer un effet irritant des muqueuses respiratoires et le développement d’une hypersensibilité d’origine immunologique. « Un œdème pulmonaire lésionnel peut apparaître dans les cas les plus graves », précise le rapport. Pour sa part, au contact de l’eau, le carbure de calcium peut créer de l’acétylène, un gaz hautement explosif.

De son côté, la mairie de Tianjin a reconnu que des composants chimiques toxiques et nocifs avaient été détectés dans l’air avant de préciser que les niveaux observés n’étaient pas excessivement au-dessus de la normale. Les autorités ont dépêché sur place une équipe de plus de 200 militaires spécialistes des risques nucléaires, bactériologiques et chimiques, selon les informations de l’agence de presse officielle Chine nouvelle. Le gouvernement chinois a, par ailleurs, annoncé une campagne nationale d’inspection de ses produits chimiques dangereux et de ses explosifs, souligne le Monde.fr. 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Chez Hydro, un tri fin pour un aluminium bas carbone

Chez Hydro, un tri fin pour un aluminium bas carbone

Dans son centre de Dormagen (Allemagne), Hydro trie des déchets en aluminium consommé pour les réutiliser. Grâce à[…]

Mini-moteurs ioniques, piles à hydrogène, Global Industrie… les meilleures innovations de la semaine

Mini-moteurs ioniques, piles à hydrogène, Global Industrie… les meilleures innovations de la semaine

Michelin et Faurecia s’associent autour de la mobilité hydrogène

Michelin et Faurecia s’associent autour de la mobilité hydrogène

Photovoltaïque concentré, capsule SpaceX, Global Industrie… les innovations qui (re)donnent le sourire

Photovoltaïque concentré, capsule SpaceX, Global Industrie… les innovations qui (re)donnent le sourire

Plus d'articles