Nous suivre Industrie Techno

abonné

Des circuits bio-inspirés grâce à la face cachée des transistors

Des circuits bio-inspirés grâce à la face cachée des transistors

À Lille, des chercheurs utilisent des transistors de manière atypique pour créer des circuits inspirés du cerveau. À la clé, une faible consommation énergétique et une industrialisation rapide.

Forme, amplitude, fréquence… Les impulsions électriques sur l’écran de l’oscilloscope pourraient être celles d’un neurone du cerveau. Mais ce sont des neurones artificiels qui les émettent. Des composants dédiés à des circuits électroniques neuromorphiques. Aucune puce n’est testée, en ce jour de septembre, dans la salle de mesures de l’Institut d’électronique, de microélectronique et de nanotechnologie (IEMN), à Villeneuve-d’Ascq (Nord). C’est une vidéo d’une précédente campagne de mesures qu’utilise l’ancien directeur de l’institut, Alain Cappy, pour montrer comment les équipes caractérisent les circuits qu’elles conçoivent. « Nous les excitons et observons leur réponse. »

Ces expériences s’inscrivent dans le cadre de recherches sur les architectures bio-inspirées lancées en 2015 par l’IEMN, le Centre de recherche en informatique, signal et automatique de Lille (Cristal) et l’Institut de recherche sur les composants logiciels et matériels pour l’information et la communication avancée (Ircica). Ce dernier est structuré en hôtel à projets afin de favoriser l’interdisciplinarité. Ici, c’est la biologie et l’électronique qui se marient grâce à l’utilisation de transistors classiques à des niveaux de tension dits sous le seuil. Généralement située autour de 300 millivolts (mV), la tension de seuil est celle qu’il faut appliquer sur la grille d’un transistor pour qu’il devienne passant. En dessous, le courant est bloqué. Ou presque. En réalité, des courants de fuite de l’ordre du pico-ampère subsistent. Ce sont ces courants, considérés habituellement comme des défauts, que les équipes de l’Ircica ont décidé d’exploiter et de réguler en ajustant la tension en dessous de 300 mV.

Répondre aux besoins immédiats

Ces courants sous le seuil sont[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°1025

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2019 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

"Il faut se lancer dans l'innovation parcimonieuse", lance Alain Cappy, ancien directeur de l'IEMN et de l'Ircica

Interview

"Il faut se lancer dans l'innovation parcimonieuse", lance Alain Cappy, ancien directeur de l'IEMN et de l'Ircica

Alors que la loi de Moore ne permet plus de gagner en performances à énergie constante, l'explosion de l'industrie du[…]

Grâce au neuromorphique, la rétine artificielle de Prophesee réinvente la vision

Grâce au neuromorphique, la rétine artificielle de Prophesee réinvente la vision

Le neuromorphique place les mémoires plus près du coeur

Analyse

Le neuromorphique place les mémoires plus près du coeur

Au bout de la logique neuromorphique

Au bout de la logique neuromorphique

Plus d'articles