Nous suivre Industrie Techno

Vidéo

Exomars, un satellite et un véhicule pour tout nous dire de la vie sur Mars

Exomars, un satellite et un véhicule pour tout nous dire de la vie sur Mars

Le premier volet opérationnel de la mission Exomars a débuté ce matin à 10h31 depuis le Kazakhstan. Il consistait en un lancement, celui de la fusée russe proton, qui embarquait avec elle un satellite destiné à tourner en orbite martienne et un module de démonstration. Porté par l’Europe de l’espace, Exomars comprendra un deuxième volet en mai 2018, quand sera lancé un véhicule roulant chargé d’atterrir sur Mars. 

Lancement réussi pour la fusée russe Proton, embarquant avec elle le satellite de la mission Exomars ! Effectué à partir du pas de tir de Baïkonour (Kazakhstan), cette première étape ne sera cependant réellement réussie que lorsque le satellite Trace Gas Orbiter (TGO) tournera effctivement autour de Mars, à partir du 19 octobre prochain, lorsqu'e il arrivera à destination. Ce satellite étudiera l’atmosphère de Mars ainsi que son évolution, d’où le nom d’Exomars, exo, pour exobiologie, la science qui recherche les traces de formes de vie extraterrestre. Il servira d’autre part de relais de télécommunications vers la Terre pour les missions en opération à sa surface. Le satellite étudiera avec ses instruments russes et européens les gaz présents à l’état de traces dans l’atmosphère martienne tels que le méthane ou d’autres hydrocarbures.

Pour préparer la suite de la mission, la fusée Proton emportait également avec elle un module de démonstration de descente et d’atterrissage. Ce module sera largué à 121 km d’altitude. Nommé Schiaparelli en l’honneur de l’astronome italien, il sera équipé de capteurs qui mesureront les performances pendant la descente et lors de l’atterrissage. Pour freiner la descente, un parachute supersonique de 12 mètres de diamètre s’ouvrira totalement en moins d’une seconde à 11 km d’altitude, explique cet article de l’Usine Nouvelle consacré à Exomars. A 2 km d’altitude, neuf rétrofusées s’activeront  pour freiner définitivement le véhicule. L’expérience tirée de cette descente permettra de préparer l’envoi d’une vraie plate-forme et d’un véhicule en 2018.

En 2018, une plate-forme et un véhicule pour faire des images et des forages

En mai 2018, le deuxième volet de l’opération verra en effet l’atterrissage sur Mars d’une plate-forme russe et d’un véhicule européen. La plate-forme prendra des mesures de l’environnement pendant une année martienne, soit 687 jours terrestres, tandis que le véhicule sera davantage dédié à l’étude du sol et du sous-sol. Il sera notamment équipé d’un instrument pour forer jusqu’à 2 mètres de profondeur. L’idée ? Aller chercher dans le sol des échantillons préservés des rayonnements et oxydants qui détruisent la matière organique. Outre que Curiosity était un programme de la NASA, Exomars se différencie de son prédécesseur en ce qu’il cherche des indices chimiques d’une biologie martienne. Tandis que Curiosity s’est principalement concentré sur les recherches de condiction d’habitabilité de Mars dans le passé, températures et traces d’eau liquide comprises.

130 industriels impliqués dans le consortium

Au total, 130 industriels sont impliqués dans le consortium européen établi à l’occasion d’Exomars, explique l’Usine Nouvelle.  Parmi les français, Airbus Defense and Space ou Thales Alenia Space font bien sûr parti des acteurs importants de la mission, le second étant même le maître d’œuvre du programme. Du côté des partenaires académiques, le CNES et les laboratoires français sont en charge de deux instruments du véhicule européen : MicrOmega, un spectromètre capable de faire des images dans le visible et l’infrarouge pour les études minéralogiques des échantillons prélevés ; et WISDOM, un radar pour étudier le proche sous-sol afin d’en caractériser la structure.

En vidéo : le décollage d’Exomars, postée par le CNES

Et les explications des étapes d’Exomars

 

 

 

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Cyberattaque Triton, puce quantique Sycamore et Starship… les meilleures innovations de la semaine

Cyberattaque Triton, puce quantique Sycamore et Starship… les meilleures innovations de la semaine

Quels sont les sujets qui vous ont le plus marqués au cours des sept derniers jours ? Vous avez beaucoup réagi, sur les réseaux[…]

SpaceX dévoile le prototype de Starship, sa fusée habitable

SpaceX dévoile le prototype de Starship, sa fusée habitable

SeaBubbles, suprématie quantique, usine connectée... les meilleures innovations de la semaine

SeaBubbles, suprématie quantique, usine connectée... les meilleures innovations de la semaine

Une usine de panneaux solaires vitrine de l'industrie 4.0 chez Thales Alenia Space

Une usine de panneaux solaires vitrine de l'industrie 4.0 chez Thales Alenia Space

Plus d'articles