Nous suivre Industrie Techno

Evaluer l'exposition des populations aux polluants

Clément Cygler
Evaluer l'exposition des populations aux polluants

Dans un RER, la concentration en polluants serait plus faible que dans les couloirs des stations. Mais attention, au temps d'exposition !

© DR

Connaître la concentration ainsi que la quantité de polluants inhalés pendant les déplacements urbains. Tel est l’objectif du nouvel instrument développé par l’Ineris.

Dans le cadre du projet Inter’Modal, l’Ineris conçoit un outil d’évaluation de l’exposition des populations aux polluants atmosphériques lors des déplacements intermodaux. Ce dispositif doit permettre de comparer l’exposition à la pollution urbaine en étudiant, sur un même trajet, plusieurs combinaisons de transport différentes comme le vélo, la voiture, le train ou le bus, sans oublier la marche à pied.

Pour mettre au point cet outil, trois paramètres sont pris en compte : la mesure de concentrations de polluants dans l’air respiré ; le temps d’exposition des personnes à ces polluants ; ainsi que le taux d’inhalation des polluants dans l’organisme. Dans un premier temps, cette évaluation sur le terrain a été limitée aux particules en suspension dans l’air ayant un diamètre inférieur à 10 et 2,5 micromètres (PM10 et PM 2,5). Ces données fourniront des renseignements indispensables pour identifier des zones de forte exposition, d’apprécier la concentration de polluants et au final, de proposer une hiérarchisation qualitative des expositions par inhalation pour chacun des modes de déplacements et d’environnements.

Les premières mesures réalisées indiquent, par exemple, que les concentrations moyennes en PM 10 et PM 2,5 sont plus faibles dans les rames du RER que dans les couloirs en stations. Mais, si on tient compte du temps passé dans ces deux environnements, le calcul des quantités inhalées inverse les tendances. D’où, l’importance de bien considérer les trois critères qui sont susceptibles de modifier la hiérarchisation des expositions.

Facilement transportable, l’outil de l’Ineris qui est composé d’une caméra, d’un GPS, d’un smartphone et d’un analyseur en continu, donne, par ailleurs, la possibilité d’évaluer les concentrations simultanément sur deux trajets réalisés en parallèle. Cette synchronisation autorise une interprétation rapide des résultats. 

Clément Cygler

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Big data, Impression 3D, circuit de chaleur.. les innovations qui (re)donnent le sourire

Big data, Impression 3D, circuit de chaleur.. les innovations qui (re)donnent le sourire

Difficile de trouver la motivation en ce début de semaine ? Voici une petite sélection d’innovations qui pourraient vous aider[…]

[Reportage] L’île Saint-Nicolas des Glénan bientôt autonome en énergies renouvelables

[Reportage] L’île Saint-Nicolas des Glénan bientôt autonome en énergies renouvelables

Des additifs qui réduisent le coût des supercondensateurs au lithium

Des additifs qui réduisent le coût des supercondensateurs au lithium

À Dunkerque, Grhyd injecte 20% d’hydrogène dans le réseau de gaz naturel

À Dunkerque, Grhyd injecte 20% d’hydrogène dans le réseau de gaz naturel

Plus d'articles