Nous suivre Industrie Techno

Eurovision, lunettes Jet Vs Google Glass, Maths et électrochocs...TECHNOBUZZ

Philippe Passebon
Eurovision, lunettes Jet Vs Google Glass, Maths et électrochocs...TECHNOBUZZ

Les Jet de Recon Instruments

Pour briller en mathématiques, offrez-vous le courant électrique ! Des chercheurs de l'Université d'Harvard ont montré que quelques faibles décharges sur l'hémispère droit du cerveau pendant la résolution d'un exercice pouvaient accroître les capacités de calcul. Tous à vos électrodes : vous avez 4 heures.

Les électrochocs donnent la bosse des maths

Finies les gélules pour augmenter sa mémoire, les amphétamines pour la concentration ou encore les stéroïdes pour réviser toute la nuit ! A quelques semaines du baccalauréat, offrez-vous plutôt quelques chocs électriques pour améliorer vos performances en mathématiques. Des chercheurs de l’université d’Harvard viennent de montrer qu’un faible courant électrique envoyé au cerveau permettait d’améliorer les compétences en mathématiques lors de la résolution d’un problème, relate Futura-Sciences. Les recherches portant sur cette technique ne sont pas nouvelles. En 2010, la même équipe montrait qu’un courant de faible intensité permettait de mieux retenir une série de chiffres. Cette fois-ci, l’étude s’est porté sur 25 volontaires dont 13 recevaient un courant électrique durant des sessions mathématiques et 12 des décharges placébo. Résultat : le premier groupe se montrait meilleur pour retenir les équations qu’ils avaient vues et voyait sa capacité de calcul améliorée de l’ordre de 30 à 40 % par rapport au deuxième groupe. Le courant électrique entraînerait une plus grande excitabilité des neurones, expliquent les auteurs de l’étude. Alors, êtes-vous prêts à passer à l’électricité pour devenir une lumière !?

Microsoft s'appuie sur le Big Data pour prédire les résultats de l’Eurovision

La 58e édition du concours de l’Eurovision s’achevait samedi sur la victoire d’Emmelie De Forest pour le Danemark. Mais l’artiste n’est pas la seule à avoir gagné, explique Génération Nouvelles Technologies. La veille du concours, Microsoft Research publiait le tableau final des résultats avant même qu’il ne se tienne et annonçait le succès du Danemark ! Le devin de l’histoire est un algorithme de prédiction, sorte de nouveau moteur rassemblant une quantité massive de données, qui a permis de sortir des prévisions très proches de la réalité. Le programme annonçait ainsi le Danemark premier, suivi de la Norvège, de l’Ukraine et de l’Azerbaïdjan. Finalement c’est l’Azerbaïdjan qui a fini deuxième suivi de l’Ukraine et de la Norvège. L’algorithme conçu par David Rothschild s’appuie sur les données issues des réseaux sociaux pour ses prédictions : nombre de citations, articles, sondages, avis, vidéos, partages, mise en valeur de chacun des candidats, tendances diverses, auquel il ajoute des variables liées au contexte économique, politique et social. Au même titre que Paul le Poulpe, le programme de prévisions de Microsoft réussit son coup en annonçant un jour avant le vainqueur de l'Eurovision. Les expériences utilisant l'immense base de données que forme le web se mulitplient, notamment avec les données transigeant sur les réseaux sociaux. Il y a quelques semaines, on apprenait ainsi que des chercheurs de Microsoft et de l'Institut israëlien de technologie Technion mettaient au point un logiciel pour prédire les catastrophes en analysant passé et présent.
 

Le lycéen qui améliore la Google Car

Il a 19 ans et vient tout simplement de bluffer les ingénieurs de la Google Car. Celle-ci intègre en effet pour se diriger des radars 3D haute résolution, qui coûtent près de 75 000 dollars. Le jeune roumain Ionut Budisteanu a conçu un système composé d’un radar de faible résolution associé à une webcam dotée d’une intelligence artificielle, explique le site Gizmodo. Le radar reconnaît les objets massifs tels que les maisons ou les voitures, tandis que la webcam reconnaît les marquages au sol ou les bordures. Un programme informatique peut ensuite conduire la voiture à partir de ces informations. Résultat : son système revient à … 4000 dollars, soit une économie de près de 71 000 dollars pour Google. L’ingéniosité du Roumain s’est vue récompensée d’un award et de quelque 75 000 dollars. Un début de carrière prometteur…

 

Offrez-lui des nano-fleurs !

Prenez un peu d’eau, des sels de baryum et du silicate de sodium. Mélangez, isolez et voilà vos « nanofleurs » minérales qui poussent toutes seules. Ce pourrait-être la prochaine recette en vogue pour scientifiques à l’âme horticultrice. Une solution composée de ces trois composés chimiques déposés sur une plaque métallique dans un bécher fermé par un couvercle se développe en effet en différentes structures que Wim Noorduin s’est amusé à faire ressembler à des fleurs, relate le site maxisciences. Il faut toutefois avoir un minimum de connaissances scienfiques pour réussir votre création, le développement du composé minéral dépendant du contrôle fin de paramètres tels que la température, le pH ou encore la teneur en dioxyde de carbone. Le chercheur de l’Université de Harvard a travaillé durant des années pour trouver les protocoles adaptés à différentes compositions. Les travaux laissent entrevoir des applications dans l’optique et l’ingénierie. Heureusement, car quoique d’une certaine esthétique, les nanofleurs restent par ailleurs d'un intérêt limité, à moins de les accompagner d’un microscope à effet tunnel. Reste une question : à quand les nanobonbons? Parce que les fleurs, ça est périssable...


Les JET VS les Google Glass

Si les Google Glass monopolisent l’attention, elles ne devraient bientôt plus être les seules sur le marché. Les concurrents existent et ils s’appellent entre autres Olympus ou Recon Instruments.  Le premier ne fabrique ni tablettes, ni smartphones, ce qui peut sembler curieux alors qu’il vient de déposer un brevet de lunettes connectées. Sa spécialité, ce sont les appareils photos numériques, explique le site fredzone. On pourrait y coupler les lunettes qui pourraient servir de viseurs électroniques ou de support d’affichage pour certains réglages. Recon Jet a aussi dévoilé des lunettes connectées. Mais au contraire des Google Glass, les Jet font dans le tape à l’œil et ressemblent plus à des masques de snowboard qu’à des lunettes classiques. Elles devraient être commercialisées durant l’été.  A découvrir en vidéo :

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

CES 2019 : Les technos du véhicule autonome et connecté

CES 2019 : Les technos du véhicule autonome et connecté

Le véhicule autonome et connecté est cette année bien présent au Consumer Electronic Show (CES) qui se déroule du 8[…]

Technos à suivre en 2019, drone poisson volant, Lidar … les meilleures innovations de la semaine

Technos à suivre en 2019, drone poisson volant, Lidar … les meilleures innovations de la semaine

Une plateforme pour booster les capacités européennes en intelligence artificielle

Une plateforme pour booster les capacités européennes en intelligence artificielle

CES 2019 : 5 technos pour l’industrie

Conférences

CES 2019 : 5 technos pour l’industrie

Plus d'articles