Nous suivre Industrie Techno

La semaine de Jean-François Prevéraud

Estech met le numérique au service du design

Industrie et  Technologies
En sept années, un petit groupe de designers a réussi à créer une société qui est devenue l'un des leaders français du design, au service notamment de l'automobile. Une aventure en grande partie basée sur la mise en place une chaîne de développement numér


J'ai eu l'occasion voici quelques semaines d'aller visiter une société dont le concept car présenté au Mondial de l'Automobile a fait l'unanimité, tant par la nouveauté de son approche de l'automobile que par l'idée qui a présidé à sa création. Ce concept car c'est la GT Citroën, qui a été développée par le département style Citroën en partenariat avec la société Polyphony Digital, afin de figurer au cÅ“ur de la nouvelle version du jeu Gran Turismo. Mais au-delà d'un modèle virtuel, c'est aussi une sportive d'exception bien réelle de 600 ch dont le développement a été confié à Estech.



GT Citroën en cours de montage chez Estech


Cette société est née en juillet 2001 du regroupement de quatre designers. Elle compte aujourd'hui 140 salariés répartis sur quatre sites. Elle dispose d'un bureau à Hong Kong et va même bientôt ouvrir une antenne en Inde. « Seul on n'est pas grand chose, on a pas de vision globale et l'on ne se voit confier que de petits projets, c'est pourquoi nous nous sommes regroupés pour créer Estech, afin d'élargir notre spectre d'activités et de proposer un processus global à nos clients », explique Hervé Roman, aujourd'hui directeur général de la société.

Le métier d'Estech, c'est le design. Plus précisément l'utilisation d'une chaîne d'outils numériques intégrée et cohérente, lui permettant de mener des projets globaux à la fois en design, en modelage numérique classe A, en infographie et en réalisation de prototypes à l'échelle un.

Estech travaille dans le domaine automobile pour des constructeurs (PSA Peugeot Citroën, Renault, Toyota ou Venturi), ainsi que pour des équipementiers (Faurecia, Plastic Omnium, Valeo, Visteon, etc.). Cela représente les deux tiers de son activité, mais elle Å“uvre aussi plus généralement dans le domaine des transports pour des sociétés telles Alstom, Durisotti ou Kelt Marine, dans le matériel agricole et la manutention pour Class, Manitou ou Renault Agriculture, ainsi que dans les biens de consommation pour Brandt, Décathlon, Dior, EDF, General Electric, Louis Vuiton, Packard Bell, Sagem, Shark, etc.



Vue hyper-réaliste d'un projet de vidéo projecteur développé par Estech



Un premier showcar

Afin de montrer l'ensemble de ses savoir-faire, Estech a participé cette année pour la première fois au Mondial de l'Automobile en présentant son propre showcar à l'échelle un. T04, c'était son nom de code lorsque j'ai vu le début de sa fabrication, est devenu Crysalys.





Crysalys au Mondial de l'Automobile 2008


C'est un véhicule original qui se veut polyvalent grâce à des modules correspondant à différents usages professionnels ou personnels. Il est aussi totalement responsable vis-à-vis de l'environnement. Pour cela, il utilise entre autre l'énergie électrique générée par des panneaux photovoltaïques intégrés dans le verre de son toit. Crysalys a été un véritable projet d'entreprise pour Estech, qui a représenté un investissement lourd, puisqu'il a nécessité 10 années/hommes de travail.

Une chaîne numérique intégrée

Pour assurer ces prestations complètes, Estech a mis en place un ensemble de moyens informatiques formant une véritable chaîne d'outils numériques intégrée et cohérente. Celle-ci repose en grande partie sur la palette des logiciels d'Autodesk. « Lorsque l'un de mes premiers clients m'a demandé de l'aide pour une nouvelle planche de bord, j'ai décidé d'essayer AliasStudio ... et j'y suis rester fidèle », se rappelle Hervé Roman.

Aujourd'hui Estech utilise plus d'une vingtaine de licences d'AliasStudio pour créer et affiner des surfaces de classe A, ainsi que pour réaliser les travaux de plan de forme qui assurent la synthèse entre le design et les contraintes de l'ingénierie. Ces licences sont complétées par des licences de Maya et 3DS Max permettant de créer, d'animer et de calculer des images hyper-réalistes destinées à promouvoir les projets étudiés, tant en interne qu'auprès de ses clients. Enfin le logiciel Showcase est utilisé, lors des revues de projet, pour manipuler et animer en temps réel à l'écran les produits conçus.

« Nous voulons que nos designers puissent exprimer librement leurs idées créatrices et ils aiment bien le faire en 2D. Mais nous souhaitons qu'ils le fassent de manière numérique, de manière à rester dans une chaîne intégrée et cohérente qui évite les interprétations des intentions des designers par les modeleurs numériques travaillant en 3D », explique Baptiste Hannebicque, l'un des quatre cofondateurs, aujourd'hui responsable de l'activité design d'Estech. C'est pourquoi les designers d'Estech sont aussi de grands utilisateurs de logiciels comme Photoshop et Illustrator d'Adobe. D'ailleurs Estech va même au-delà des outils dans sa démarche d'intégration, car nombre de ses salariés ont une double compétence, comme par exemple designer et modeleur ou modeleur et infographiste.

Estech dispose aussi de quelques autres logiciels pour répondre aux attentes de ses donneurs d'ordres, tels Icem, Catia V5 et Pro/Engineer, à la fois pour assurer l'interfaçage avec ses clients et pour concevoir les parties mécaniques des produits qu'elle développe. La FAO est quant à elle traitée à l'aide de MasterCAM.

Des moyens techniques lourds

Au-delà des outils informatiques et afin d'offrir à ses clients une gamme complète de prestations, Estech s'est équipée depuis deux ans de deux fraiseuses à commande numérique 5 axes (Job 32 et CMS Poséidon) lui permettant d'usiner des modèles de véhicules à l'échelle un. « Nous pouvons ainsi réaliser plus de 70 % de nos usinages en interne. Cela nous donne une grande autonomie et nous permet par exemple d'anticiper certains usinages, alors que les formes sont encore en phase de validation finale, afin de réduire les délais globaux. De plus, nos clients n'ont qu'un seul interlocuteur et il est toujours possible pour les responsables du projet de venir valider certains points lors de l'usinage. Ils n'ont qu'un étage à descendre », explique Hervé Roman.





L'usinage de la peau de Crysalys sur une fraiseuse 5 axes


La société s'est aussi équipée de locaux disposant de box avec marbre et de plateaux de travail sécurisés permettant de travailler simultanément, mais en toute confidentialité, pour des donneurs d'ordres concurrents. C'est ainsi que j'ai pu voir le début de la fabrication de Crysalys, alors que Citroën GT est restée un vrai mystère pour moi, bien qu'elle soit en cours de réalisation dans le box voisin.

Un développement international

Estech n'entend pas s'arrêter en si bon chemin. « Nous avons une réelle volonté de nous développer à l'international. Nous avons déjà des équipes projets qui accompagnent nos donneurs d'ordres dans leur déploiement à l'étranger, comme par exemple au Brésil, mais nous avons aussi ouvert récemment un bureau à Hong Kong pour les accompagner en Asie. Et nous sommes sur un projet en Inde avec le groupe PalmForce, qui devrait voir le jour début 2009, à la fois pour y aider un constructeur automobile local et y supporter l'implantation du campus de l'Institut Supérieur de Design à Pune, notamment pour la filière numérique », conclut Hervé Roman.

A la semaine prochaine

Pour en savoir plus : http://www.estech-design.com

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies et l'Usine Nouvelle, suit depuis plus de 27 ans l'informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM...). Il a été à l'origine de la lettre bimensuelle Systèmes d'Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire, dont il est maintenant le rédacteur en chef.



Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles