Nous suivre Industrie Techno

Essais concluants pour l’hydrolienne de DCNS

Essais concluants pour l’hydrolienne de DCNS

Le relevage de l'hydrolienne l'Arcouest à l'aide de la barge Triskell

© DCNS

Quatre mois d’essais à 40 mètres de profondeur ont permis de valider le démonstrateur de 16 mètres de diamètre. Une étape importante qui va servir à optimiser la conception des hydroliennes de 2 MW qui devraient être implantées dans plusieurs fermes dès 2015. 

DCNS et de sa filiale OpenHydro viennent de mettre fin à la période d’essais de l’hydrolienne L’Arcouest qu’ils avaient immergée au large de Paimpol-Bréhat (Côtes d’Armor). Ces essais concluants de quatre mois en conditions réelles au fond de la mer ont démontré les performances de l’hydrolienne en termes de rendement et de fonctionnement, validant le principe du prototype de 16 mètres de diamètre, étape indispensable avant le développement de fermes pilotes.

L’hydrolienne avait été immergée à une quarantaine de mètres de profondeur en décembre dernier. Pendant quatre mois, les ingénieurs ont étudié son comportement. L’hydrolienne a fait l’objet de nombreuses mesures, électriques et mécaniques. Au total, la turbine a tourné 1 500 heures en continu, contre 500 heures initialement prévues.

Les équipes de DCNS vont désormais analyser toutes les données recueillies pendant ces quatre mois de tests. L’hydrolienne L’Arcouest va être réacheminée à bord de la barge Triskell jusqu’au port de Brest, où chacun de ses composants va être minutieusement inspecté. Ce retour d’expérience précieux va permettre aux équipes de DCNS et OpenHydro de finaliser la conception de l’hydrolienne de deuxième génération, d’une puissance de 2 MW. Cette turbine équipera la ferme pilote qu’OpenHydro va déployer dès 2015 en Baie de Fundy, au Canada. Elle devrait également être utilisée pour équiper, d’ici 2016, la ferme pilote du Raz Blanchard, au large de Cherbourg.

Triskell : une barge de dépose unique au monde

Cette campagne d’essais a aussi été l’occasion de valider en vraie grandeur le système d’installation des hydroliennes, jusqu’à 50 mètres de profondeur, qui fonctionne en toute sécurité, avec une rapidité et une précision optimales. L’hydrolienne est transportée sur son site d’expérimentation à bord de la barge Triskell tirée par un remorqueur. Une fois stabilisée, la barge assure le tractage de la turbine au fond de l’eau grâce à des moteurs hydrauliques et à un système innovant de treuils et de câblage.

Ce système unique au monde permet d’installer l’hydrolienne au fond de l’eau avec une précision de plus ou moins cinq mètres, sans aucun travail de génie civil sur les fonds marins. L’hydrolienne repose en effet au fond de la mer par simple gravité. Lorsque la barge est pré-positionnée, il faut moins d’une heure aux équipes pour assurer l’immersion ou le relevage de la turbine.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.dcnsgroup.com

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles