Nous suivre Industrie Techno

Errare tecnologicum est

MURIEL DE VERICOURT
Errare tecnologicum est

CHRISTIAN MOREL

© C. HÉLIE / GALLIMARD ; D.R.

Dans les univers à haut risque technologique, comme les sous-marins nucléaires, les cockpits d'avions ou les blocs opératoires, des processus destinés à assurer la fiabilité ont été adoptés à la suite d'erreurs dramatiques. Ils sont transposables à d'autres secteurs. Intérêt : optimiser le processus de prise de décision.

Contrairement à ce qu'affirme l'adage journalistique, les trains qui arrivent à l'heure sont bel et bien dignes d'attention. C'est à eux, mais aussi aux avions qui ne se crashent pas, aux opérations qui ne se soldent pas par le décès du patient et aux installations nucléaires dans lesquels aucune fuite radioactive ne survient que s'est intéressé Christian Morel.

Dix ans après un premier ouvrage sur les décisions absurdes, le sociologue propose une réflexion sur la fiabilité. En s'appuyant sur les procédures et les attitudes adoptées dans les secteurs à fort risque technologique, il détaille les stratégies qui évitent efficacement les décisions aberrantes.

Loin des généralités creuses en vogue chez certains consultants, l'ancien cadre dirigeant de Renault étaye son propos avec une foule d'exemples, issus de sa propre expérience ou de son enquête fouillée sur les accidents et les procédures de sécurité. On apprend ainsi que Lawrence d'Arabie a été le premier à promouvoir l'effacement de la hiérarchie entre pilotes d'avion devant la compétence. Un principe désormais adopté dans les sous-marins nucléaires ou dans l'aérospatial, entre autres. Ou que le recours à une check-list avant une opération chirurgicale réduit la mortalité de 57 % et les complications post-opératoires de 36 %.

L'auteur ouvre au passage quelques perspectives intéressantes. Sur la tendance à rechercher un coupable, qui conduit trop souvent à camoufler les erreurs, par exemple. Et de suggérer de « remplacer le bouc émissaire par l'information émissaire ». Sur l'écart pouvant exister entre ce qui est déclaré lors d'un processus de mesure de conformité et les pratiques réelles, avec une conséquence : « une organisation peut être certifiée et pourtant non fiable ». Sur l'exercice du pouvoir : « l'absence d'autorité peut être aussi catastrophique que son excès. »

Une plongée dans des secteurs d'activité variés

Tout au plus peut-on regretter quelques redites et quelques simplifications erronées - le fameux battement d'aile d'un papillon au Brésil qui générerait une tornade au Texas, ou le principe de précaution qui serait un principe d'inaction opposé à la démarche scientifique.

Mais l'essentiel n'est pas là. Au final, ce que l'on retiendra surtout, c'est la plongée dans des secteurs d'activité variés. Parfois légèrement anxiogène (on tâchera de ne pas se souvenir, lors d'un prochain voyage aérien, que l'une des pistes d'atterrissage de Roissy est trop courte pour permettre aux avions d'atterrir s'il a neigé. Ni, lors d'un prochain passage sur le billard, que 10 400 cas d'opérations chirurgicales sur un patient qui n'est pas le bon ou sur le mauvais côté du corps sont recensés chaque année dans le monde), mais avant tout passionnante et riche d'enseignements.

LA RECHERCHE D'UN COUPABLE, CONDUIT TROP SOUVENT À CAMOUFLER LES ERREURS.

CHRISTIAN MOREL SOCIOLOGUE

Fort d'une expérience d'une trentaine d'années comme cadre dirigeant au sein de services ressources humaines de grandes entreprises industrielles, notamment le groupe Renault, Christian Morel s'intéresse désormais à la sociologie de la négociation, de la décision et de la communication. Il intervient sur le sujet au sein de nombreuses institutions et sociétés, dont Renault, Peugeot, Bouygues Telecom, EDF, l'École polytechnique, HEC, l'École militaire, Sup-Aéro et l'ENA. Ce deuxième tome des décisions absurdes est son quatrième ouvrage.

LE LIVRE

LES DÉCISIONS ABSURDES II Comment les éviter Christian Morel Éditions Gallimard, 277 pages, 19,50 euros

ET AUSSI

POURQUOI SE TROMPE-T-ON ? Dans un premier ouvrage sur la prise de décision, Christian Morel s'était intéressé aux erreurs « radicales et persistantes » et aux mécanismes conduisant les individus et les organisations à les commettre. Un livre remarqué par la critique. LES DÉCISIONS ABSURDES Sociologie des erreurs radicales et persistantes Christian Morel Gallimard, 2002

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0947

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2012 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

La créativité à la chaîne

La créativité à la chaîne

Pleins phares sur la créativité industrialisée. Pour systématiser la mise sur le marché de biens innovants, les industriels devraient s'inspirer de[…]

Obsolescence : faut-il souhaiter longue vie aux produits ?

Obsolescence : faut-il souhaiter longue vie aux produits ?

Faut-il manipuler le climat ?

Faut-il manipuler le climat ?

L'innovation est un écosystème

L'innovation est un écosystème

Plus d'articles