Nous suivre Industrie Techno

EPR : les difficultés s'accumulent à Flamanville

EPR : les difficultés s'accumulent à Flamanville

La construction du réacteur EPR de Flamanville accuse cinq ans de retard

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a estimé que le dossier de demande de mise en service du réacteur EPR de Flamanville n'est pas encore prêt. Une nouvelle difficulté pour le réacteur français qui doit enfin voir sa mise en fonctionnement en 2017, dix ans après le début du chantier, dont cinq de retard.

Le dossier de mise en service du réacteur EPR de Flamanville « doit être complété » par EDF. La demande – en 113 pages -  de l’Autorité de sureté nucléaire, rendue publique le 23 juin au soir, fait suite à la demande d’autorisation de mise en service du réacteur EPR en construction à Flamanville, déposée par EDF le 19 mars. Ce document de 40 000 pages compte un rapport de sureté, des règles générales d’exploitation, une étude sur la gestion des déchets de l’installation, un plan d’urgence interne, un plan de démantèlement et une mise à jour de l’étude d’impact.

Aux défauts s'ajoutent les personnels mécontents

L’avis de l'institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) allait dans le sens de la réponse précautionneuse finalement formulée par l’Agence de Sureté Nucléaire (ASN). Ils demandent par exemple des justificatifs supplémentaires sur  la qualification  de la sureté de l’enceinte de confinement... Comme quoi un dossier de 40 000 pages ne suffit pas toujours ! L'EPR de Flamanville est décidément dans une période difficile. Sur le chantier français, les difficultés se sont accumulées depuis plusieurs mois. Des défauts ont ainsi été constatés sur l'acier de la cuve de l'EPR fabriquée par Areva, ainsi que sur des soupapes. Le 19 juin 2015, de nouveaux défauts de soudure ont été détectés sur le circuit primaire. Trois des vingt-quatre soudures doivent être réparées, sans pour autant qu’elles ne ralentissent le chantier, selon EDF. Malgré ces différents obstacles, l'énergéticien ne remet pas en cause le démarrage du réacteur prévu pour 2017, pour ne tourner à plein régime qu’en 2018, soit plus de dix ans après le début de la construction, dont cinq de retard.

Ces cinq ans de retard sont mal perçus par le personnel de la future centrale, dont une partie a annoncé aujourd'hui sa décision de se mettre en grêve. Car pour eux, tant que le réacteur n'est pas mis en service, ils ne touchent pas de primes d'exploitation. Ces personnels ont été recrutés pour s'occuper du fonctionnement du réacteur nucléaire de troisième génération, un réacteur dont la mise en service était initialement prévue en 2012.

Le projet d’EPR Britannique attaqué par l’Autriche.

Outre les problèmes liés à la construction de l’EPR à Flamanville, EDF doit maintenant faire face à une autre mauvaise nouvelle. L’Autriche portera plainte le 29 juin devant les autorités européennes pour contester le subventionnement du projet de centrale nucléaire dotée de deux réacteurs de type EPR à Hinckley Point, au Royaume-Uni. Fortement opposée au nucléaire, le pays s’insurge contre le prix garanti obtenu sur 35 ans par l’électricien français. L’Union Européenne juge pourtant conforme au droit européen ces subventions, aussi le gouvernement britannique  rasssure-t-il sur la pérennité du projet, qui n’est pas remis en cause, et attend la décision finale d’investissement d’EDF pour fin 2015

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

En Europe, le captage de CO2 pour décarboner l’industrie

En Europe, le captage de CO2 pour décarboner l’industrie

Lors d’une table ronde organisée par l’IFP Energies nouvelles (IFPEN) le 15 novembre, l'institut de recherche et de formation,[…]

Pour bien commencer la semaine : Zoom sur le « slicing », atout de la 5G mis en avant par Nokia

Pour bien commencer la semaine : Zoom sur le « slicing », atout de la 5G mis en avant par Nokia

Egaliseur hybride, constellation Starlink, mobilité hydrogène... les meilleures innovations de la semaine

Egaliseur hybride, constellation Starlink, mobilité hydrogène... les meilleures innovations de la semaine

Engie et Air Liquide s’allient dans le projet HyGreen Provence pour de l'hydrogène vert

Engie et Air Liquide s’allient dans le projet HyGreen Provence pour de l'hydrogène vert

Plus d'articles