Nous suivre Industrie Techno

EPR de Flamanville : l'IRSN demande des contrôles renforcés pour le couvercle de cuve

EPR de Flamanville : l'IRSN demande des contrôles renforcés pour le couvercle de cuve

Le couvercle de cuve de l'EPR de Flamanville en train d'être posé

C’est bientôt l’heure de vérité pour EDF et Areva. L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) devrait délivrer d’ici quelques jours ses conclusions sur l’aptitude au service de la cuve et de son couvercle. Et pourrait demander à ce que ce dernier soit rapidement remplacé.

31 membres du groupe permanent d’experts (industriels, associations…)  pour les équipements sous pression nucléaires ont travaillé lundi 26 juin et mardi 27 juin à partir d’un long rapport (193 pages) de l’IRSN et de la Direction des équipements sous pression nucléaire de l’ASN. L’objectif : statuer sur l’aptitude au service des éléments sur lesquels on a découvert des anomalies de concentration en carbone : soit le fond de cuve et le couvercle de la cuve. Ces trop fortes concentrations (0,3 % au lieu de 0,22 %), sont potentiellement dommageables pour la résistance à la pression et aux chocs thermiques. Aussi d’importants travaux depuis que ces anomalies ont été découvertes en 2014 sur des pièces témoins pour prouver que la cuve et le couvercle de cuve déjà installés sur l’EPR de Flamanville soient aptes au service.

L'utilisation longue du couvercle actuel ne saurait être envisagé sans les contrôles nécessaires

Le rapport de l’IRSN conclut a une aptitude au service de la cuve mais préconise que le couvercle soit changé au bout de quelques années de fonctionnement. "L'utilisation du couvercle actuel de la cuve de l'EPR ne saurait être envisagée au-delà de quelques années de fonctionnement sans que les contrôles nécessaires au renforcement du deuxième niveau de défense en profondeur n'aient été mis en oeuvre", est-il précisé dans ce document.

Or ni Areva ni EDF n’ont pu apporter d’éléments techniques sur la faisabilité des contrôles. Le rapport de l’IRSN leur reproche précisément d’être trop succincts sur ce point. EDF, en revanche, s’est engagé à analyser fin 2025 les conclusions des études de faisabilité technique de nouveaux procédés de contrôle. S’il n’y parvient pas, il remplacera le couvercle, à l’occasion du premier rechargement d’uranium, en 2021, ou lors de la première visite décennale en 2028.

Toujours dans le rapport, Areva NP estime que le délai nécessaire pour remplacer le couvercle de la cuve du réacteur EPR de Flamanville est inférieur à 80 mois. Un nouvel équipement "pourrait donc être disponible avant fin 2024 si son approvisionnement était engagé en 2017". EDF a déjà commandé un autre couvercle à Areva il y a quelques mois. Si le changement de cette pièce reste très coûteux, c’est une opération qui a déjà eu lieu plusieurs fois sur les réacteurs du parc existant.

S’appuyant sur les avis conjoints de l’IRSN et des experts indépendants, L’ASN statuera définitivement sur la mise en service ou non de la cuve début juillet, puis décidera ensuite après l’été si Flamanville peut démarrer en 2018.

 

 

 

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Avion supersonique, plateforme dédiée à l'IA, drone hybride... les meilleures innovations de la semaine

Avion supersonique, plateforme dédiée à l'IA, drone hybride... les meilleures innovations de la semaine

Quelles sont les innovations qui vous ont le plus marqués au cours des sept derniers jours ? Cette semaine, vous avez apprécié[…]

Thales réalisera FLEX, le satellite qui observe la photosynthèse

Thales réalisera FLEX, le satellite qui observe la photosynthèse

En Chine, une ligne ultra-haute tension en courant continu traverse le pays

En Chine, une ligne ultra-haute tension en courant continu traverse le pays

[Meilleures technos de l'année] L'hydrogène a le vent en poupe

[Meilleures technos de l'année] L'hydrogène a le vent en poupe

Plus d'articles