Nous suivre Industrie Techno

abonné

Enzymes, levures et bactéries à l'assaut de la biomasse

Séverine Fontaine
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Enzymes, levures et bactéries à l'assaut de la biomasse

© Deinove

Les recherches sur les plastiques biosourcés, issus des raffineries de deuxième génération, portent sur le traitement de la biomasse grâce au concours d'organismes vivants. Au programme : le coût et l'efficacité des enzymes, ainsi que la fermentation des pentoses.

S'affranchir des hydrocarbures pour produire des polymères à partir de bois, de bagasse de canne ou de déchets verts : c'est désormais la tâche d'enzymes et de micro-organismes introduits dans les raffineries de seconde génération. Après une étape préalable - impliquant un procédé physico-chimique qui permet de déstructurer la lignocellulose en différents composants (cellulose, hémicellulose et lignine) - ces facilitateurs d'hydrolyse et de fermentation entrent en scène.

Par exemple, des cellulases. Actives sur les celluloses, ces enzymes vont hydrolyser la biomasse, c'est-à-dire transformer l'hémicellulose et la cellulose en sucres utilisables par les micro-organismes fermentaires pour fabriquer les intermédiaires tels l'éthanol, l'acide lactique ou encore l'acide succinique. Lesquels entrent dans la composition finale, entre autres, des plastiques biosourcés. « Au niveau des enzymes, il s'agissait d'améliorer l'efficacité des cellulases dont on dispose pour l'hydrolyse initiale de la biomasse et la mise à disposition de sucres fermentescibles », explique Michael O'Donohue, directeur de cherche à l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) et au Laboratoire d'ingénierie des systèmes biologiques et des procédés (LISBP).

Des enzymes obtenues par manipulation génétique

Du côté des micro-organismes, « des[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0970

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2014 d'Industries & Technologies

Nous vous recommandons

Avec COSMIC, Atos veut détecter les matériaux dangereux dans les conteneurs

Avec COSMIC, Atos veut détecter les matériaux dangereux dans les conteneurs

Le géant français du numérique s’associe au projet européen de recherche COSMIC, qui vise à détecter[…]

17/07/2019 | Transport
La médaille d'or du CNRS récompense Thomas Ebbesen pour ses travaux en nanosciences

La médaille d'or du CNRS récompense Thomas Ebbesen pour ses travaux en nanosciences

Mines ParisTech et GRTgaz s’associent pour améliorer la tenue à l’hydrogène du réseau de gaz

Mines ParisTech et GRTgaz s’associent pour améliorer la tenue à l’hydrogène du réseau de gaz

Un lubrifiant à base d'eau pour des roulements plus efficaces

Un lubrifiant à base d'eau pour des roulements plus efficaces

Plus d'articles