Nous suivre Industrie Techno

Envor Technologie réinvente la protection des données

Envor Technologie réinvente la protection des données

Pourquoi elle ? La solution d’Envor Technologie permet de diminuer significativement l’espace nécessaire pour la protection des données contre les défaillances. 

Date de naissance : Novembre 2014

Lieu de naissance : Neuville-sur-Oise (95)

Fondateur : Alan Julé

Secteur d’activité : Informatique 

« Si on veut sécuriser un stockage, on doit créer de la donnée supplémentaire. Pour cela, on utilise des codes correcteurs d’erreurs », explique Alan Julé, fondateur de la start-up Envor Technologie, spécialisée dans le stockage et la protection des données contre les défaillances.

Actuellement, une des approches utilisées pour la protection de données contre les défaillances est la duplication. « Cette approche est intéressante, mais le coût de stockage devient très élevé. Et, à l’échelle d’un Data Center, cela peut prendre des proportions énormes », note l’entrepreneur. Une autre approche consiste à réaliser des calculs à partir d’un pool de disques durs. Pour protéger les données d’une seule défaillance, cela implique un disque dur supplémentaire. Et, des opérations d’addition et de soustraction suffisent pour récupérer la donnée. En revanche, pour protéger les données de deux défaillances ou plus, des codes correcteurs d’erreurs appelés Reed-Solomon sont utilisés. « L’inconvénient avec ces codes, c’est qu’ils reposent sur des calculs mathématiques assez lourds. Ainsi, lorsqu’il y a des défaillances, le temps pour reconstruire la donnée est long et cela peut donc présenter une vraie limite pour des services où le temps de réponse exigé doit être court », explique Alan Julé. 

Au lieu d’utiliser des codes Reed-Solomon, la start-up s’appuie sur les codes low density parity check (LDPC), qui sont beaucoup moins complexes. Auparavant, ces codes étaient considérés comme inutilisables pour cette application à cause de leur dimension probabiliste. Les équipes d’Envor Technologie se sont donc attelées à ajouter des règles supplémentaires. Résultat, la protection de 10 disques de données contre deux défaillances simultanées peut se réaliser avec seulement deux disques de protection, au lieu de 20 pour la duplication. « Et, nous obtenons un temps de réponse sept fois plus rapide qu’avec le code correcteur Reed-Solomon », ajoute Alan Julé. Pour l’heure, la solution n’est qu’à l’état de prototype mais un premier produit devrait être disponible dès le mois de juillet prochain. 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Covid 19] Comment le prometteur outil de BioNTech et Instadeep mêle modélisation biostructurelle et IA pour repérer les variants à risque

[Covid 19] Comment le prometteur outil de BioNTech et Instadeep mêle modélisation biostructurelle et IA pour repérer les variants à risque

Le système d’alerte permettant de détecter au plus tôt les variants à haut risque du SARS-CoV-2[…]

Crise de croissance dans la cybercriminalité : le Panocrim 2022 du Clusif pointe un effet inattendu de l'intensification des attaques

Crise de croissance dans la cybercriminalité : le Panocrim 2022 du Clusif pointe un effet inattendu de l'intensification des attaques

Un écran OLED entièrement fabriqué par impression 3D

Un écran OLED entièrement fabriqué par impression 3D

La photonique sur silicium gagne en fonctionnalité

Fil d'Intelligence Technologique

La photonique sur silicium gagne en fonctionnalité

Plus d'articles