Nous suivre Industrie Techno

Entreprises, encore un effort !

Franck Barnu

Sujets relatifs :

, ,
L'USAGE PROFESSIONNEL D'INTERNET progresse en France, notamment l'e-commerce. Mais il reste bien du chemin à faire pour rattraper les plus performants.

Le ministère de l'Industrie vient de publier son "Tableau de bord du commerce électronique", qui synthétise plusieurs indicateurs sur le sujet issus de diverses sources. Bilan : à part la très rapide montée en puissance des connexions à haut débit (voir graphique 1), la France continue de se placer en milieu ou en queue de peloton dans à peu près tous les domaines. Bonne nouvelle toutefois avec une progression satisfaisante du B-to-B (e-commerce interentreprises).

Sur le plan professionnel, il est clair que les entreprises - en particulier les PME - ont encore un effort certain à produire. Ainsi, le retard français est évident dans la mise en place de sites Web. Avec 57 % des entreprises disposant d'un site en 2003, la France (et l'Italie) est très largement distancée par l'Allemagne (81 %), le Royaume-Uni (81 %) et la Suède (82 %). Pire ! alors qu'en France le nombre de sites a progressé rapidement en 2001, c'est beaucoup moins vrai depuis. La progression de la présence sur le Web des entreprises françaises s'est nettement ralentie (voir graphique 2).

En outre, la proportion de PME disposant de leur propre site se stabilise à 52 % en France, alors qu'en Allemagne trois PME sur quatre sont sur le Net. C'est également en Allemagne que les sites sont les plus fournis : 25 % proposent plus de vingt pages Web, alors qu'en France un site sur deux est un microsite comportant cinq pages ou moins.

Côté B-to-B, la vente par Internet reste encore limitée à un faible nombre d'entreprises. Mais, divine surprise ! pour la première fois en 2002, la vente par Internet supplante l'échange de données informatisé (EDI) en nombre d'entreprises utilisatrices : 8 % des entreprises industrielles de vingt salariés et plus ont vendu par Internet, alors que seulement 7 % l'ont fait par l'EDI (essentiellement des grandes entreprises, en particulier dans le secteur de l'automobile).

Bref, les ventes par l'EDI ne progressent plus. Quant à celles effectuées par le glorieux ancêtre, le Minitel, elles sont devenues marginales : moins de 1 % des entreprises industrielles...

Accroissement des achats en ligne

En volume, bien sûr, l'EDI reste prépondérant. Toutefois, si l'on excepte le secteur automobile, la part des ventes par l'EDI représente seulement un peu plus de 10 % du chiffre d'affaires de l'industrie, soit seulement quatre fois plus que les ventes par Internet.

Bonne nouvelle en revanche du côté des achats via Internet : ils ont connu une forte accélération en 2003. Cet essor est patent : 45 % des entreprises industrielles de vingt salariés et plus déclarent y recourir en 2002, contre 25 % en 2001 et 15 % en 1999.

Les grandes entreprises ont largement intégré ces nouvelles pratiques : 78 % des entreprises de 500 salariés et plus déclarent acheter en ligne en 2002, contre 50 % en 2001. Les PMI sont plus en retrait : 43 % des PMI de 20 à 249 salariés achètent sur la Toile et 63 % de celles qui emploient entre 250 à 499 salariés. Les achats en ligne des PMI progressent néanmoins très rapidement.

Recul des achats par EDI pour les PMI

Les entreprises les plus enclines à acheter par Internet appartiennent aux secteurs de l'énergie et des biens de consommation, notamment celles du secteur de l'édition, de la pharmacie, ainsi que le secteur de l'automobile. Les achats de produits numériques sont les plus fréquents : 69 % des entreprises ayant acheté par Internet se sont procuré des logiciels ou des produits bureautiques. Les achats de fournitures sont presque aussi répandus (68 %). En revanche, les achats de matières premières ou de matériels spécifiques à la production de l'entreprise sont moins fréquents (55 %).

Au total, les achats par le Web représentaient 4 % de l'ensemble des achats des entreprises industrielles à la fin 2001. Bien sûr, là encore, l'importance en valeur des achats par l'EDI reste prépondérante : plus de 18 % des achats globaux des entreprises industrielles (et même 28 % dans les grandes entreprises de plus de 500 salariés). En revanche, pour les PMI de moins de 250 salariés, les achats par l'EDI ne représentent que 1,3 % des achats globaux.

L'étude complète (82 pages au format pdf) qui traite aussi bien de l'usage domestique que professionnel d'Internet en France est accessible à l'adresse : www.men.minefi.gouv.fr /webmen/pdf/tbce250304.pdf

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0858

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2004 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Dassault Systèmes rapproche l'ingénierie et la production

Dassault Systèmes rapproche l'ingénierie et la production

Le spécialiste du PLM pourra, en entrant dans le capital d'Intercim, gérer en temps réel les échanges entre les deux communautés.Dassault Systèmes,[…]

L'informatique "verte" à l'heure des économies

L'informatique "verte" à l'heure des économies

Le papier électronique prend des couleurs

Le papier électronique prend des couleurs

Quand l'environnement stimule l'innovation

Quand l'environnement stimule l'innovation

Plus d'articles