Nous suivre Industrie Techno

Enobraq accélère ses travaux sur l'utilisation du CO2 dans la fermentation industrielle

Enobraq accélère ses travaux sur l'utilisation du CO2 dans la fermentation industrielle

© Enobraq

La société toulousaine Enobraq, accompagnée depuis sa création par le démonstrateur pré-industriel TWB (Toulouse White Biotechnology), vient de lever 2 millions d'euros pour accélérer ses programmes de R&D sur l'utilisation de CO2 dans les process de fermentation industrielle.

La société de biotechnologies Enobraq travaille sur la mise au point de nouveaux process de fermentation industrielle basés sur l'utilisation du CO2. « Grâce à notre technologie qui conjugue une modification des micro-organismes industriels et de la capture de CO2, nous comptons notamment améliorer le rendement de certaines molécules d'intérêt de l'ordre de 20% », précise Christophe Dardel, directeur général d'Enobraq. Les premières cibles ont été identifiées pour des applications en nutrition, en cosmétique, mais aussi dans le domaine de la transformation plastique, avec en perspective de premiers revenus d'ici 2020.

La jeune société développe également un procédé de production d’acide lactique qui pourrait contribuer à diminuer la dépendance aux produits fossiles comme le pétrole. Un savoir-faire qui lui a ouvert les portes d'un grand projet de recherche européen, qui mobilise une douzaine de partenaires industriels et d'universités de plusieurs pays d'Europe, sous la conduite de Vito, un institut de recherche technologique flamand. Enobraq s’intéresse aussi, à plus long terme, à l’optimisation de la photosynthèse à travers un procédé démontrant une amélioration significative de l’enzyme permettant la fixation de CO2.

Accompagnée par le démonstrateur pré-industriel TWB

Des travaux encouragés par ses actionnaires historiques, Sofinnova Partners, Auriga Partners, Irdinov et SuperNovaInvest, qui après une première levée de fonds de 2,9 millions d'euros, réalisée en 2016, viennent de réitérer leur confiance à la start-up en participant à un nouveau tour de table pour 2 millions d'euros supplémentaires. Une opération qui s'accompagne en outre de l'entrée à son capital de l'Inra (via Inra Transfert), du CNRS (via CNRS Innovation) et l'Insa.

Issue initialement d'un projet de recherche conduit au sein du LISBP (Laboratoire d'Ingénierie des Systèmes Biologiques et des Procédés) de Toulouse, Enobraq est la première start-up à bénéficier, depuis sa création en novembre 2015, de l'accompagnement du démonstrateur pré-industriel TWB (Toulouse White Biotechnology). La société, qui emploie une quinzaine de salariés, est hébergée au sein même des laboratoires de TWB, à Ramonville-Saint-Agne, dans l'agglomération toulousaine.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Une hétérostructure semi-conductrice pour améliorer les piles à combustible en céramique

Une hétérostructure semi-conductrice pour améliorer les piles à combustible en céramique

Des chercheurs affiliés à plusieurs universités et instituts chinois ont trouvé un moyen pour diminuer la[…]

Comment McPhy veut industrialiser l’électrolyse alcaline pour produire de l'hydrogène décarboné à coût réduit

Comment McPhy veut industrialiser l’électrolyse alcaline pour produire de l'hydrogène décarboné à coût réduit

Modélisation moléculaire et code ultra rapide : Qubit pharmaceuticals met la physique quantique au service des labos pharma

Modélisation moléculaire et code ultra rapide : Qubit pharmaceuticals met la physique quantique au service des labos pharma

Pour bien commencer la semaine, la recette de Norsk e-fuel pour décarboner l’aviation

Pour bien commencer la semaine, la recette de Norsk e-fuel pour décarboner l’aviation

Plus d'articles