Nous suivre Industrie Techno

Engie lance un hackathon pour inventer le smart building de demain

Engie lance un hackathon pour inventer le smart building de demain

© Capture d'écran

Le hackathon se déroulera du 6 au 8 novembre prochain à Nancy. Il vise à faire émerger des applications et des objets connectés pour permettre un ajustement en temps réel des consommations en fonction des besoins. Autre objectif : développer de nouveaux outils pour sensibiliser davantage les citoyens et les industriels à la transition énergétique. 

Après les drones, les smart buildings ! Quelques mois après avoir organisé la manifestation Hack the drone, Engie (ex-GDF Suez) remet le couvert et donne le coup d’envoi d’un appel à participants pour l’organisation d’un hackathon sur la transition énergétique.

Co-organisé avec le Grand Nancy, le concours se déroulera du 6 au 8 novembre prochain au Paddock, lieu phare de la Frenchtech en Lorraine. Objectif de ce marathon technologique : faire émerger, le temps d’un week-end, des applications mobiles ou web et des objets connectés pour créer une ville sobre en énergie.

Dans cette optique, développeurs, ingénieurs, designers et tous porteurs d’idées pourront manipuler une série de jeux de données sur le climat et la consommation énergétique, « dont certains seront mis à disposition de manière inédite » assure l’énergéticien. « Nous allons ouvrir pas mal de données de consommation des bâtiments publics et de certains acteurs industriels avec, entre autres, des informations sur les émissions de CO2. Toutes ces données seront bien sûr anonymisées » précise Fanny Maestracci, chef de projet digital chez Engie. L’objectif étant d’obtenir un aperçu de la consommation énergétique de la communauté d’agglomération quartier par quartier. Outre les jeux de données, les participants pourront s’appuyer sur une série d’API (Playbasis, Instantatlas, Polymaps, Dygraphs, InetSoft) et sur différents outils propres au monde des Makers : modules Arduino, Raspberry Pi, etc.  

En amont du concours, Engie organisera un atelier, le 22 octobre prochain, pour proposer aux participants plusieurs pistes de réflexion articulées autour de deux grands axes : l’action et la sensibilisation. « Pour le premier axe, l’idée est de faire émerger des innovations technologiques autour du bâtiment et des équipements publics » détaille Fanny Maestracci. Il est question ici de nouvelles technologies du bâtiment connecté et de pilotage automatisé afin d’aligner en temps réel les consommations d’énergie avec les besoins pour réaliser des économies. Le second axe consiste quant à lui à développer des outils pour sensibiliser et impliquer davantage les citoyens et les industriels dans la transition énergétique. « Ici, on imagine par exemple s’appuyer sur la gamification et la data visualisation » précise Fanny Maestracci.

A la fin de ces « 48 h de coding durable » le gagnant du concours remportera une enveloppe de 5 000 euros et trois mois d’incubation pour poursuivre le développement de son projet « Le programme d’accompagnement n’a pas encore été défini. La formule sera adaptée selon l’équipe gagnante et son idée » explique Fanny  Maestracci, qui espère que l’événement rassemblera un centaine de participants. 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Avec le jumeau numérique de Cosmo Tech, Renault optimise sa production de moteurs

Avec le jumeau numérique de Cosmo Tech, Renault optimise sa production de moteurs

Lors du salon Supply Chain Event, qui se tient les 3 et 4 décembre à Paris, Renault a présenté un retour[…]

Intelligence artificielle : comment Facebook veut doter les robots d’un « sens commun »

Intelligence artificielle : comment Facebook veut doter les robots d’un « sens commun »

Avec sa « Ruche », Thalès apporte de l’agilité au développement des solutions de cyberdéfense

Avec sa « Ruche », Thalès apporte de l’agilité au développement des solutions de cyberdéfense

Bertin Nahum veut conquérir le monde avec ses robots chirurgicaux

Bertin Nahum veut conquérir le monde avec ses robots chirurgicaux

Plus d'articles