Nous suivre Industrie Techno

Energies renouvelables : Nemo exploitera l'énergie thermique des mers d'ici quatre ans

Philippe Passebon
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Energies renouvelables : Nemo exploitera l'énergie thermique des mers d'ici quatre ans

Nemo exploitera l'énergie thermique marine au large de la Martinique.

Le projet de centrale flottante thermique Nemo, pour "New Energy for Martinique and Overseas", a été désigné le 8 juillet lauréat du programme NER 300 par la Commission européenne. Le projet est conduit par DCNS et Akuo Energy et sera selon eux opérationnel dans quatre ans. Il s’agira de la première centrale thermique à échelle industrielle.

Après un audit de douze mois conduit par la Banque européenne d’investissement, le projet de centrale flottante ETM Nemo (New Energy for Martinique and Overseas) vient d’être désigné lauréat du programme NER 300 par la Commission européenne. Cela faisait plusieurs années que DCNS et Akuo Energy travaillaient avec la Région Martinique pour définir les possibilités et conditions de mise en place d’une centrale pilote Energie thermique des mers (ETM) pouvant alimenter 35 000 foyers. La plate-forme flottante ancrée en mer va maintenant devenir réalité. Elle exploitera la différence de température entre l’eau chaude de surface et l’eau froide des profondeurs pour produire de l’électricité, avec une capacité totale de puissance de 16 MW.  L’énergie thermique des mers présente l’intérêt d’être abondante, prévisible et disponible 24 heures sur 24 toute l’année en zone intertropicale. Dans cette zone, en effet, l’eau de surface atteint des températures supérieures à 24°C tandis que 1 000 mètres plus bas, elle reste uniformément à 4°C. Ce différentiel d’au moins 20°C est nécessaire pour envisager d’exploiter l’énergie thermique des mers avec un rendement acceptable.

Pour cela, la DCNS s’appuie sur le principe du cycle thermodynamique de Rankine. Le fluide caloporteur circulant dans cette boucle n’est plus de l’eau mais un autre fluide – le fluide de travail - dont le point de condensation approche 4°C, généralement de l’ammoniac NH3. Nous n’avons toutefois pas réussi à savoir de manière certaine quel était le liquide utilisé dans ce projet. L’eau chaude de surface pompée transmet ses calories au fluide de travail dans l’évaporateur. La vapeur du fluide caloporteur ainsi produite actionne ensuite une turbine, puis se condense dans le condenseur à double paroi en transmettant ses calories à l’eau froide pompée en profondeur.

Principe d'exploitation de l'énergie thermique des mers :


 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Des cellules solaires plus efficaces grâce aux nanomatériaux

Des cellules solaires plus efficaces grâce aux nanomatériaux

Une famille de nanomatériaux capable de produire, après auto-assemblage, une énergie photovoltaïque avec une grande[…]

Maisons à énergie positive, mémoire des smartphones, internet quantique… les innovations qui (re)donnent le sourire

Maisons à énergie positive, mémoire des smartphones, internet quantique… les innovations qui (re)donnent le sourire

Des bateaux autonomes pour prédire la météo

Des bateaux autonomes pour prédire la météo

Gestion de l’eau : focus sur l'innovation

Gestion de l’eau : focus sur l'innovation

Plus d'articles