Nous suivre Industrie Techno

En 2015, l'impression 3D sera l'outil incontournable de la personnalisation

Mis à jour le 05/01/2015 à 07h27

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

En 2015, l'impression 3D sera l'outil incontournable de la personnalisation

Quels seront les leviers d'innovation à ne pas manquer en 2015? La rédaction d'Industrie & Technologies en a sélectionné quinze, à découvrir jour après jour sur notre site. Aujourd'hui, l'incontournable impression 3D. De plus en plus rapides, précises, rapides et multimatériaux, les imprimantes 3D permettent de concrétiser une idée de pièce ou de produit fini. Mais aussi de réaliser pièces creuses et petites séries.

Prochaine révolution industrielle selon Barack Obama, l'imprimante 3D devient incontournable dans le processus de conception industriel, et s'utilise désormais en production. En France, 7 à 10 % des industriels l'utilisent — avec leur propre matériel, ou en passant par un des 400 prestataires d'impression 3D. Notamment pour tester rapidement un prototype en situation réelle et à moindres frais. D'ici 2030, le chiffre d'affaires mondial du secteur devrait quadrupler, selon une étude du cabinet de conseil stratégique Olivier Wyman. Dont les trois quarts en application industrielle. Pourtant, ce procédé "couche par couche" existe depuis… 30 ans. Cinq raisons pour s'y lancer aujourd'hui, selon Patrick Berdillon, expert en innovation industrielle du cabinet Dune :

  1. Les imprimantes 3D gagnent en rapidité. Elles étaient 20 à 40 fois plus lentes que l'usinage, elles ne sont désormais "que" 5 à 7 fois plus lentes. Acceptables pour lancer la production de petites et moyennes séries.
     
  2. Les pièces créées sont plus solides. Celles en plastique ABS par exemple offrent 83 % de la résistance mécanique des pièces injectées. Idéal pour des pièces d'électroménager ou des accessoires de mode, comme pour les pièces de rechange.
     
  3. La précision s'affine. En cinq ans, la résolution des "couches" est passée de 0,4 mm à 0,1 mm. On peut désormais fabriquer des moules destinées à la chaîne de production. Pour les applications biomédicales, il faudra néanmoins attendre une résolution de 0,01 mm.
     
  4. C’est la seule technique qui permet de fabriquer des pièces en creux. Du pain béni (et léger) pour l'aéronautique et, dans le futur, pour les prothèses médicales.
     
  5. Les imprimantes 3D peuvent désormais utiliser une grande panoplie de matériaux. Depuis les plus connus, les plastiques ABS "Legos", aux métaux, et même aux produits alimentaires. Nouveau décor en chocolat, nouvelle forme de pâtes : aussitôt imaginé, aussitôt fait. Un rêve pour le marketing agroalimentaire.

En savoir plus : annuaire et actu des imprimantes 3D sur 3Dnatives.

Raquel Hadida

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

"L’aéronautique est le premier de cordée dans la fabrication additive", pointe le directeur France d'EOS

Interview

"L’aéronautique est le premier de cordée dans la fabrication additive", pointe le directeur France d'EOS

L'impression 3D gagne du terrain dans l'industrie. Mais son intégration est inégale entre les différents secteurs.[…]

Drone anti-incendie, cybersécurité, nanosatellites… les meilleures innovations de la semaine

Drone anti-incendie, cybersécurité, nanosatellites… les meilleures innovations de la semaine

Avion hybride, nanosatellites, impression 3D... les innovations qui (re)donnent le sourire

Avion hybride, nanosatellites, impression 3D... les innovations qui (re)donnent le sourire

Aubert & Duval parie sur le couplage de la forge et de la fabrication additive pour gagner en compétitivité

Aubert & Duval parie sur le couplage de la forge et de la fabrication additive pour gagner en compétitivité

Plus d'articles