Nous suivre Industrie Techno

EmTech France : les start-up dans le viseur du MIT sont...

EmTech France : les start-up dans le viseur du MIT sont...

© EmTech France

La première édition française de la conférence EmTech, organisée par la MIT Technology Review, ouvrira ses portes dès demain à Toulouse. La manifestation sera notamment marquée par un concours de start-up. Découvrez dès aujourd’hui les cinq premières jeunes pousses en lice. Nous vous dévoilerons demain les cinq autres finalistes. 

Intelligence artificielle, nanorobots, biotechnologies, impression 3D, smart city… La MIT Technology Review organise pour la première fois en France la conférence EmTech dédiée aux technologies émergentes. La manifestation se déroulera à Toulouse le 15 et 16 décembre prochains. Les deux journées de conférences seront rythmées par des tables rondes, des démonstrations et une compétition de start-up.

10 jeunes pousses ont ainsi été sélectionnées pour participer au concours Venture Point, soutenu par la FrenchTech. A l’issue d’une session de Pitchs, un jury d’experts de l’industrie et d’investisseurs sélectionnera la "Best Tech Startup" de l’année. L’équipe gagnante pourra alors assister à la conférence EmTech 2016 qui se déroulera sur le campus du MIT à Cambridge (USA)Voici un aperçu de cinq start-up finalistes.

Glowee éclaire avec des micro-organismes marins

Co-fondée par Sandra Rey, Glowee est à l'origine d'autocollants bioluminescents qui se collent sur les vitrines des magasins. Développés au sein de l'Open Lab du Centre de recherche interdisciplinaire (CRI), ces adhésifs innovants sont fabriqués à partir de micro-organismes marins. Dans les détails, la start-up modifie l’ADN de cellule de calamar et emprisonne cette soupe lumineuse de cellules dans des plastiques souples. Ils permettent à la fois de réduire la facture d'électricité, de diminuer la pollution lumineuse et de redonner une visibilité aux marques la nuit. La start-up a récemment été récompensée par le Genopole d’Evry (Essonne).

Secludit scrute les vulnérabilités des infrastructures Cloud

Sécuriser le Cloud. C’est le challenge que s’est fixée la start-up SecludIT, fondée en 2011 par Sergio Loureiro et Frédéric Donnat. Basée à Sophia Antipolis, l’entreprise a développé le logiciel Elastic Detector qui permet d’analyser en continu les vulnérabilités des infrastructures. La solution permet aussi d’effectuer des tests approfondis sur des serveurs clonés en temps réel sans impacter ceux en production. SecludIT a notamment noué des partenariats avec Amazon Web Services, HP ou encore VMware et Eucalyptus. Elue start-up de l’année par le jury d’IBM SmartCamp, elle a également finalisé une levée de fonds de 740 000 euros, fin 2014.

uPmem accélère les calculs du Big Data

La start-up grenobloise uPmema a conçu un processeur spécifique qui peut être directement intégré dans la mémoire vive, de type DRAM (DynamicRandom Access Memory) d’un serveur. « Au total, nous pouvons intégrer 4 000 processeurs dans un serveur », explique Gilles Hamou, dirigeant de la jeune entreprise née en janvier 2015, après trois années de R&D. Conçus pour réaliser des calculs simples sur de grandes bases de données, ces processeurs ne possèdent pas la polyvalence d’un processeur principal, mais génèrent une nette accélération des calculs. Une simulation réalisée avec l’Inria a prouvé que le facteur d’accélération s’élevait à 30 par rapport à un serveur non équipé. La technologie vise des applications d’analyse, de gestion de bases de données ou encore de pattern matching. La jeune pousse, qui compte sept collaborateurs, prévoit un premier prototype de puce fin 2017.

Digitsole connecte les chaussures des coureurs

Basée à Annecy, l’entreprise Digitsole a mis au point une semelle connectée et chauffante baptisée Warm Series. Cette semelle intelligente est capable de mesurer la distance parcourue, les calories brûlées mais aussi de chauffer le pied du coureur grâce à une technologie fournie par Zohr Tech. Rechargeable, la semelle aurait une autonomie de 6 h en continu en utilisation. Après une campagne de financement participatif menée sur la plate-forme Kickstarter, la start-up a récolté 2,5 millions d’euros. Sa semelle est commercialisée depuis le mois d’octobre dans 21 pays européens.

Famoco s’impose dans les technos sans contact

Fondée en 2010 par Nicolas Berbigier et Lionel Baraban, la start-up Famoco s’est spécialisée dans les terminaux NFC. L’entreprise a mis au point un lecteur universel de cartes sans contact, équipé d’un module 3D. Il permet de gérer des transactions, de recharger des cartes prépayées ou de transport, ou encore de gérer des flux d’achats et de ventes lors de manifestations. 10 000 unités ont été vendues en 2014. En juillet dernier, l’entreprise a levé 4 millions d’euros. 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Circuit de chaleur, 3IA Grenoble, Ghryd ... les meilleures innovations de la semaine

Circuit de chaleur, 3IA Grenoble, Ghryd ... les meilleures innovations de la semaine

Quelles sont les innovations qui vous ont le plus marqués au cours des sept derniers jours ? Cette semaine, vous avez apprécié[…]

Académiques et industriels lancent à Grenoble l’institut 3IA dédié à l’intelligence artificielle

Académiques et industriels lancent à Grenoble l’institut 3IA dédié à l’intelligence artificielle

Jeux vidéo : Facebook crée un avatar à votre image

Focus

Jeux vidéo : Facebook crée un avatar à votre image

Quantique, IA et exascale... La simulation repousse ses frontières

Quantique, IA et exascale... La simulation repousse ses frontières

Plus d'articles