Nous suivre Industrie Techno

Ekinops dope les transmissions optiques

Industrie et  Technologies

Sujets relatifs :

, ,
La start-up propose des équipements d'agrégation de signaux permettant d'accroître à moindre coût le débit de transport de données sur réseaux à fibres optiques.


Ekinops en bref :

Date de création : janvier 2003
Fondateurs : Jean-Luc Pamart et François-Xavier Ollivier
Implantation : Lannion (22)
Levées de fonds : 7 millions d'euros (avril 2003). Une seconde levée de fonds est actuellement en cours.
Investisseurs présents au tour de table : Ventech ; Auriga Partners ; Siparex Ventures et Société Générale Asset Management
Effectif : 34
Chiffre d'affaires : environ 5 millions d'euros (prévisionnel 2007)
Site Web : www.ekinops.net
Mél : contact@ekinops.net
Tél : 02 96 05 00 30

Forts de leur expérience dans la recherche chez Alcatel, François-Xavier Ollivier, actuel directeur technique, et Jean-Luc Pamart, directeur du développement de produits, décident de mettre en pratique leurs compétences en correcteurs d'erreurs appliquées aux réseaux optiques, par la création de la jeune pousse Ekinops à Lannion (22) en 2003. Leur vision est alors simple et claire. La technologie Ethernet à débit de 10 gigabits, présente alors dans les réseaux locaux d'entreprises, va s'imposer partout.

Malgré un contexte tourmenté du secteur des télécommunications à la suite de l'implosion de la bulle Internet, Ekinops parvient à finaliser un premier tour de table de 7 millions d'euros, à constituer ensuite une équipe puis de développer ses premières solutions d'agrégation de signaux, commercialisées dès 2004.

La jeune pousse bretonne vise le marché du multiplexage dense de longueurs d'onde, qui consiste à augmenter le débit de transmission en répartissant les données sur une multitude d'ondes lumineuses simultanées dans la même fibre optique. L'originalité de ses solutions réside dans l'agrégation des signaux optiques, quel que soit le débit (100 Mbit/s, 1 Gbit/s, 10 Gbit/s) et le protocole (Ethernet, Fiber Channel, SDH) sur une seule porteuse optique à 10 Gb/s. Pour cela, elles mettent en œuvre un procédé dérivé de la technologie TDM de multiplexage temporel. Il en résulte une réduction des coûts d'autant plus sensible que les équipements présentent une architecture programmable.

Ridha Loukil

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Pourquoi la 5G est aussi une rupture en matière de cyber-risques ?

Pourquoi la 5G est aussi une rupture en matière de cyber-risques ?

En introduisant de nombreuses fonctionnalités inédites, la 5G n'est pas seulement une évolution de la 4G mais bien une[…]

17/10/2019 | RéseauxAntenne
Pour bien commencer la semaine : les promesses des puces électroniques bio-inspirées

Pour bien commencer la semaine : les promesses des puces électroniques bio-inspirées

"Les industriels doivent tenir compte du risque cyber lorsqu'ils testent la 5G", alerte Téodor Chabin, responsable sécurité d'un groupe français

"Les industriels doivent tenir compte du risque cyber lorsqu'ils testent la 5G", alerte Téodor Chabin, responsable sécurité d'un groupe français

5G : quels sont les 6 projets phares retenus par l’Arcep pour expérimenter la bande 26 GHz ?

5G : quels sont les 6 projets phares retenus par l’Arcep pour expérimenter la bande 26 GHz ?

Plus d'articles