Nous suivre Industrie Techno

Écoconception :un sentier bien balisé

CLÉMENT CYGLER redaction@industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

,
Approche globale et multicritère, l'écoconception constitue un axe majeur de prévention et de réduction à la source des impacts environnementaux. Elle est à l'origine d'un changement de comportement profond en entreprise. Sa mise en place est souvent complexe et le chemin pour y parvenir est semé de pièges. Recette pour se l'approprier.

Depuis quelques années, les projets d'écoconception remportent un franc succès. Poussés par leur conviction personnelle, les professionnels se sont engagés dans cette démarche de façon volontaire afin de concevoir des produits plus respectueux de l'environnement. La mise en place d'exigences réglementaires accrues ainsi que l'augmentation des appels d'offres contenant des clauses environnementales contraignent également les entreprises à adopter de plus en plus l'écoconception dans leur politique. Intégrer cette dimension dans la conception de produits peut, à l'inverse de certaines idées reçues, se faire d'une manière assez simple, mais nécessite de respecter certaines étapes indispensables au bon déroulement de cette démarche.

1. Impliquer toute l'entreprise

Selon une étude BVA commandée par l'Ademe, 74 % des entreprises qui pratiquent déjà l'écoconception déclarent que le décideur a joué un rôle prédominant. La première étape consiste donc à sensibiliser en priorité le dirigeant de la société pour qu'il implique complètement son personnel dans la prise en compte de l'environnement dès la conception des produits. « La décision de mettre en place une telle démarche au sein du groupe Legrand a été portée principalement par la direction générale », témoigne Marc Drzewiecki, responsable du marketing des produits et des systèmes d'éclairage de sécurité chez Legrand. Outre un plus grand respect pour l'environnement, l'écoconception peut procurer de nombreux avantages économiques. L'amélioration de la qualité des produits, une meilleure différenciation sur le marché ou une plus grande maîtrise des risques pourraient aussi inciter les dirigeants à s'engager dans cette voie. « L'implication de toute l'entreprise et de ses dirigeants est essentielle car il est important de définir, dès le début, le principal critère environnemental à améliorer ainsi que la future stratégie de communication », poursuit Marie-Élisabeth D'Ornano, responsable de Codde, le pôle d'expertise en écoconception de Bureau Veritas.

2. Choisir une approche transversale

Approche multidimensionnelle, l'écoconception nécessite la réunion de différentes fonctions et compétences de l'entreprise pour trouver le meilleur compromis. « Du service recherche et développement à la logistique, en passant par les achats ou la production, toutes les équipes doivent être engagées dans la démarche d'écoconception. Ces projets sont donc par nature pluridisciplinaires, d'où la notion d'approche transversale », explique Marie-Élisabeth D'Ornano. Dans certains cas, la création d'un département développement durable peut favoriser la collaboration étroite entre différents services. Si l'implication de ces équipes techniques est indispensable, celle, moins évidente, de fonctions, comme le marketing, l'est tout autant. « Le marketing peut même être considéré comme le leader de cette démarche transversale. En prenant en compte certaines études, ce service nous permet de mieux connaître les attentes de nos consommateurs et donc d'adapter notre futur produit en conséquence », ajoute Michel Jacquet, directeur commercial de Sensus France. Même si le produit écoconçu est plus respectueux de l'environnement, l'objectif final reste de le vendre et de satisfaire un besoin.

3. Réaliser une analyse du cycle de vie

Pour réduire l'impact environnemental d'un produit, d'un bien ou d'un service, l'entreprise doit nécessairement connaître un certain nombre de données sur leurs performances environnementales. Outil d'évaluation, l'analyse du cycle de vie (ACV) aide l'industriel à déceler les consommations de matières et d'énergies à l'origine d'impacts environnementaux afin d'envisager de nouvelles pistes de progrès et d'innovation. Depuis la conception jusqu'à la fin de vie d'un produit, l'ACV mesure les quantités de matières, d'énergies et de déchets liés à chaque étape du cycle de vie. Sous une forme simplifiée ou plus complexe, de nombreux logiciels sont disponibles sur Internet : le bilan produit de l'Ademe, le SimaPro d'Evea ou le Team d'Ecobilan... Certains de ces logiciels peuvent être spécifiques à un secteur industriel, comme l'Eime de Bureau Veritas Codde qui est à la pointe de l'électromécanique. « Le logiciel Eime est un outil efficace qui compile un grand nombre de données sur les impacts des composants électriques et électroniques. De plus, cette base de données est régulièrement actualisée par un grand nombre d'industriels et de syndicats professionnels », détaille Marc Drzewiecki. L'Eime possède également une aide à l'écoconception qui fournit aux concepteurs des fonctionnalités facilitant la reconception de produits en fonction de critères environnementaux.

4. Éviter les transferts de pollution

Afin de diminuer les impacts environnementaux, le concepteur procède, sur l'ensemble du cycle de vie, à des combinaisons de solutions pour trouver le meilleur compromis. Le choix d'un fournisseur plus proche, d'une matière à impact environnemental réduit, d'un emballage plus économe en papier ou encore la réduction du nombre de pièces sont autant de pistes à envisager. Mais, pour mener à bien ce type de démarche, l'entreprise se doit de respecter la vision globale de l'écoconception en prenant en compte les impacts environnementaux générés par le produit sur l'ensemble de son cycle de vie : consommations d'énergie et de matières ; rejets dans l'eau, l'air et les sols ; production de déchets ; transformations des milieux naturels et du cadre de vie, etc. « Cette approche multicritère est très importante car elle limite grandement le risque de transfert de pollution. Dans certains cas, l'amélioration de l'impact d'une étape provoque le déplacement de la pollution ailleurs dans le cycle de vie », insiste Marie-Élisabeth D'Ornano. La difficulté pour les entreprises est d'intégrer tous les impacts environnementaux dans leur démarche, le piège étant de se perdre dans cette masse d'informations. En fonction de leurs désirs ou des attentes de leurs clients, certaines entreprises préfèrent définir un ou deux impacts sur lesquels elles concentreront leur attention. Dans le cas de produits électriques et électroniques, l'efficacité énergétique constitue le principal levier d'action. Il faut donc en premier lieu rechercher des solutions pour diminuer la consommation d'énergie. Pour les blocs d'éclairage de sécurité, Legrand a ainsi introduit, à la place de la version nickel cadmium, une batterie nickel hydrure métallique (NiMh) à faible impact sur l'environnement. Outre une plus grande durabilité, ce type de batterie présente une meilleure efficacité, tout en facilitant le recyclage. « Le critère central de notre projet portait sur la consommation énergétique, mais il a fallu tenir compte des autres impacts pour arriver à une démarche pertinente », précise Marc Drzewiecki. De son côté, Sensus a mis au point des compteurs d'eau écoconçus, fabriqués en matériaux composites. « Ces produits étant deux fois plus légers que les compteurs traditionnels en métal, leur transport a moins d'impact sur l'environnement. Leur fabrication en matériaux composites offre aussi un recyclage aisé par un simple broyage et refonte », se réjouit Michel Jacquet de Sensus.

5. Faire connaître sa démarche

« Lorsqu'une entreprise se lance dans une démarche d'écoconception, la dernière étape consiste à établir un plan de communication pour mettre en valeur son implication environnementale », souligne Marie-Elisabeth D'Ornano. En interne, la communication est essentielle pour fédérer et accompagner l'ensemble des employés dans le processus d'adaptation de ce projet. Au niveau du consommateur, l'entreprise se doit de communiquer afin de promouvoir les efforts réalisés et de développer sa nouvelle image. De plus, cette démarche offre la possibilité de se démarquer de la concurrence sur un critère devenu important dans le choix du client. Pour avoir plus de visibilité et de crédibilité, les produits peuvent être certifiés par un écolabel qui garantit un impact réduit de ces produits sur l'environnement. « L'écolabel français NF Environnement offre aussi la possibilité à l'entreprise de valider sa démarche par un organisme tiers », pointe Marc Drzewiecki.

La réussite d'un projet d'écoconception est également un signe d'encouragement pour l'entreprise afin qu'elle poursuive ses efforts. L'écoconception étant avant tout un processus d'amélioration continue.

GAIN

Dans 90 % des cas, l'écoconception contribue à augmenter les profits de l'entreprise (BVA / Ademe en 2009).

LES CLÉS POUR COMPRENDRE

Écoconception, analyse de cycle de vie, bilan carbone... Les termes sont nombreux à intervenir dans une démarche environnementale. Mais ils ne sont pas à confondre.

ÉCOCONCEPTION

L'écoconception est une démarche de conception visant à minimiser les impacts environnementaux d'un produit ou service, tout au long de son cycle de vie : matières premières, production, distribution, utilisation et recyclage.

CYCLE DE VIE

L'analyse du cycle de vie est un outil d'aide à la décision qui consiste à évaluer tous les impacts environnementaux potentiels d'un produit, d'un service ou d'un procédé sur l'ensemble de son cycle de vie.

BILAN CARBONE

Le Bilan Carbone est une méthode de comptabilisation des émissions directes ou indirectes de gaz à effet de serre d'une activité ou d'un site, en tenant compte de l'énergie primaire et finale utilisée.

Le premier micro-ordinateur français écoconçu

RÉDUCTION du nombre de pièces électroniques et des câbles à seulement quatre éléments : une carte mère, un écran LCD, une alimentation commune et un disque dur. RECHERCHE de filières d'approvisionnement les plus proches essentiellement en France. MISE EN PLACE d'une coque en aluminium qui dissipe mieux la chaleur que la coque en plastique. SUPPRESSION du ventilateur et des retardateurs de flamme. CHOIX de composants robustes pour offrir une durée de vie de 6 ans au minimum, contre environ 3 ans pour un PC traditionnel. Créé début 2010, Meta-IT se présente comme le premier fabricant français d'informatique responsable. Après avoir travaillé sur des ordinateurs énergivores et beaucoup trop complexes pour un usage courant, les fondateurs ont eu l'idée de mettre au point un produit écoconçu. Plusieurs expérimentations et essais ont été nécessaires pour arriver à l'Alt, un micro-ordinateur répondant aux besoins bureautiques. Le choix des composants ainsi que la réduction du nombre de pièces ont abouti à un matériel ayant une durée de vie plus longue et surtout plus économe en énergie. L'Alt consomme ainsi seulement 25 W d'électricité, contre plus de 100 W pour les micro-ordinateurs traditionnels.

LES AIDES DE L'ADEME

Première structure de soutien, l'Ademe participe financièrement à la mise en oeuvre de démarches d'écoconception. Elle propose ainsi une « aide à la décision » qui s'articule autour de trois axes, le prédiagnostic pour initier un projet, le diagnostic pour améliorer la performance environnementale d'un produit et l'étude de projet pour accompagner l'entreprise dans sa stratégie globale d'amélioration. Avec un plafond maximal de 50 000 euros, la subvention s'élève à 50 % pour les groupes, 60 % pour les PME et 70 % pour les TPE.

« Commencer par des actions simples »

ANDRÉ MALSCH PRÉSIDENT DU CLUB CRÉER, CLUSTER DÉDIÉ À L'ÉCOCONCEPTION ET AU RECYCLAGE

« Les projets d'écoconception sont en général perçus comme compliqués à mettre en place. Pourtant, la mise en oeuvre de simples actions telles que la réduction du nombre de pièces ou le raccourcissement des filières de production peut porter cette démarche. Une modification du comportement de l'entreprise ainsi que l'instauration d'une réelle communication entre les différents services sont des éléments clés pour aboutir à un véritable produit écoconçu. Afin d'accompagner leurs actions, les professionnels ont désormais accès à de nombreux outils comme l'analyse de cycle de vie pour définir les impacts environnementaux ou des logiciels d'écoconception. Mais, même si les logiciels d'aide à la conception fournissent des pistes de réflexion, l'entreprise devra quand même prêter attention aux paramètres sélectionnés ainsi qu'à l'analyse des résultats, réalisée par une personne compétente. »

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0938

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2011 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Faites de l'or avec les données

Faites de l'or avec les données

La démarche d'open data, qui consiste à rendre accessibles des données variées, a été initiée par les administrations. Elle représente une opportunité[…]

01/11/2012 | EXPÉRIENCES
ISO 50 001 : pilotez vos performances énergétiques

ISO 50 001 : pilotez vos performances énergétiques

Comment protéger son réseau informatique

Comment protéger son réseau informatique

SPÉCIAL BUREAU D'ÉTUDES

SPÉCIAL BUREAU D'ÉTUDES

Plus d'articles