Nous suivre Industrie Techno

Eclairage à LED : Attention Danger !

Ridha Loukil

Sujets relatifs :

, ,
Eclairage à LED : Attention Danger !

Même si elles émettent une lumière blanche, les LED utilisées ont une dominante bleue, la longueur d'onde la plus agressive pour la cornée.

© DR

Eblouissement, dégénérescence maculaire, fatigue, brûlures... Les lampes à LED présentent de sérieux risques sanitaires. Aux industriels d’orienter leurs recherches sur la qualité et la sécurité.

Depuis le démarrage du retrait progressif des lampes à incandescence du marché en juin 2009, on parle beaucoup des risques des lampes fluo-compactes sur la santé et l’environnement. Voilà maintenant que les lampes à LED sont à leur tour prises dans le tourbillon des critiques. A la différence près que leurs effets sur la santé ne font pas l’objet de polémique. Ils sont mis en évidence par un rapport d’expertise officiel de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses).

A l’heure où la vieille lampe à incandescence est bannie du marché, les lampes à LED sont présentées comme la technologie d’éclairage du futur. Elles offrent trois gros avantages sur les lampes fluocompactes, actuellement principale alternative à la lampe à filament : un rendement lumineux 2 à 3 fois plus élevé à terme ; une durée de vie 5 à 10 fois plus longue et l’absence de mercure.

Attention les yeux !

Mais elles présentent deux inconvénients majeurs susceptibles d’affecter la santé. Le premier découle du mode d’obtention des LED blanches. Aujourd’hui, il n’existe pas de LED émettant directement dans le blanc. La lumière blanche est généralement obtenue à partir de LED bleues revêtues d’un phosphore jaune qui convertit les rayons bleus en blancs. Résultat : la lumière émise par les sources à LED contient une composante bleue dangereuse pour les yeux et la peau, notamment chez les enfants. Ceci peut favoriser la dégénérescence maculaire, abimer la rétine et provoquer un dérèglement de l’horloge biologique.

L’autre écueil est lié à la forte luminance. En effet, les sources LED se caractérisent par un éclairage très directif où la lumière est jusqu’à 1 000 fois plus concentrée que dans les systèmes d’éclairage classiques. D’où des risques d’éblouissement, d’inconfort visuel, de fatigue, voire de brûlures.

Le risque le plus élevé en matière d'éclairage

Selon les normes en vigueur relatives à la sécurité photobiologique, les systèmes émettant de la lumière sont classés en quatre classes de risque de 0 à 3. L’expertise de l’Anses, avec des mesures et analyses effectuées par le CSTB (Centre scientifique et technique du bâtiment), l’INRS (Institut national de recherche sur le sécurité) et le LNE (Laboratoire national d’essai), les lampes à LED se classent dans la catégorie 2, alors que les systèmes d’éclairages traditionnels figurent dans les catégories 0 ou 1. Elles présentent donc le niveau de risque le plus élevé en matière d'éclairage.

C’est pourquoi l’Anses recommande d’en restreindre la commercialisation pour le grand public et invite les professionnels exposés (installateurs, techniciens de maintenance…) à s’entourer de toutes les précautions pour en limiter les risques. Elle invite les pouvoirs publics à faire évoluer la réglementation pour tenir compte de la réalité du problème, car les normes actuelles semblent inadaptées. Elle incite enfin les industriels à orienter leurs recherches dans des objectifs de qualité et de sécurité selon trois axes ;

 
  • développer de nouveaux matériaux émissifs et des luminophores offrant une lumière blanche de meilleure qualité, avec un rendement lumineux aussi élevé que possible ;
  • revoir la conception des luminaires, afin de réduire la luminance par le biais des solutions optiques ;
  • approfondir les mécanismes de dégradation des couches de phosphore des LED à l’origine de l’augmentation dans le temps de la quantité de lumière bleue émise.
 
Ridha Loukil

Pour accéder au rapport d’expertise de l’Anses, cliquez ici

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Un hydrogel pour réparer le cerveau après un AVC

Un hydrogel pour réparer le cerveau après un AVC

Un hydrogel biocompatible, capable de combler les lésions du cerveau à la suite d’un accident vasculaire[…]

Avion supersonique, apnée du sommeil, CES 2019… les innovations qui (re)donnent le sourire

Avion supersonique, apnée du sommeil, CES 2019… les innovations qui (re)donnent le sourire

Les Prix Inria 2018 récompensent les sciences du numérique

Les Prix Inria 2018 récompensent les sciences du numérique

Trophées des ingénieurs, éolien offshore, prothèse robotisée … les meilleures innovations de la semaine

Trophées des ingénieurs, éolien offshore, prothèse robotisée … les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles