Nous suivre Industrie Techno

IT, L'enquête continue

E.ON dresse un premier bilan du compteur communicant en Suède

E.ON dresse un premier bilan du compteur communicant en Suède

Le compteur français Linky est en phase pilote

© DR

Alors que la France expérimente son compteur communicant, la Suède en a déjà installés 8 millions. Une partie a été déployée par le fournisseur et distributeur d'électricité E.ON. Industrie &Technologies est allé sur place pour faire le bilan de son déploiement. Retour d'expérience.

La France doit-elle déployer des compteurs électriques communicants sur tout son territoire ? Alors qu'ERDF expérimente son système Linky, à Lyon et en Touraine, d'autres pays ont franchi le pas. C'est le cas de la Suède. Industrie & Technologies s'est rendu sur place. Le fournisseur et distributeur d'électricité E.ON nous a reçu à Malmö. L'occasion de partager son expérience sur le déploiement d'un million de compteurs communicants.

Couvrir 100 % des clients

"Ce n'est pas compliqué de mettre en place des compteurs. Mais il y a des enjeux de logistique, de télécommunications...", juge Thomas Pehrsson, responsable projet d'E.ON. Sur les 8 millions de compteurs communicants qu'a installés la Suède, 1 million l'a été par E.ON dans les zones où il assure la distribution électrique. "Notre défi est de couvrir l'intégralité des clients, là où la téléphonie mobile peut se contenter d'un taux de couverture de 90 %", poursuit Thomas Pehrsson.

A en croire E.ON, les difficultés de déploiement du compteur communicant sont surtout d'ordre pratique. "90 % des installations se déroulent sans problème", évalue-t-il. Pour le reste, "nous avons eu des difficultés pour atteindre physiquement les locaux, notamment dans les maisons secondaires. Ou alors, la place manquait dans le tableau électrique pour installer le nouveau compteur. Ou encore, le client refusait l'installation".

Quatre sous-projets

S'il produit et distribue l'électricité, E.ON est aussi fournisseur de gaz et de chaleur. Dès le départ, il a donc inclu toutes ces options dans son compteur. Pour en déployer un million, il a procédé en 4 sous-projets. Ils diffèrent par le milieu géographique (densité de population) et la technologie de communication utilisée :
 

  • La première zone marie milieu rural, banlieue et petite ville. Les compteurs y couplent l'électricité et le gaz. La communication est assurée par liaison GPRS (téléphonie mobile) pour 90 % d'entre eux et radio pour le reste ;
     
  • La deuxième est urbaine, elle associe électricité, gaz et chaleur. La communication est réalisée par courant porteur en ligne (CPL).
     
  • La troisième est aussi urbaine et utilise le CPL. Mais exit le gaz, elle se limite à l'électricité et à la chaleur ; 
     
  • La quatrième enfin est rurale (électricité et gaz). GPRS et CPL y sont utilisés.

 

Pour l'instant, le relevé (à distance) des compteurs est mensuel, le 1er du mois. Mais pour 100 euros/an, le consommateur peut avoir accès à un relevé plus fréquent par Internet. La Suède débat aujourd'hui sur le passage, par la loi, à un relevé horaire. "C'est techniquement possible", assure Thomas Pehrsson. Mais les consommateurs sont-ils prêts à payer le surcoût engendré ?

Thomas Blosseville

Pour aller plus loin : plongez vous dans les coulisses du déploiement du compteur communicant français dans notre numéro de janvier 2011.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le biorecyclage enzymatique prend de la bouteille

Le biorecyclage enzymatique prend de la bouteille

Après avoir démontré sa capacité à dépolymériser tous les types de plastiques en[…]

Chez Hydro, un tri fin pour un aluminium bas carbone

Chez Hydro, un tri fin pour un aluminium bas carbone

Mini-moteurs ioniques, piles à hydrogène, Global Industrie… les meilleures innovations de la semaine

Mini-moteurs ioniques, piles à hydrogène, Global Industrie… les meilleures innovations de la semaine

Michelin et Faurecia s’associent autour de la mobilité hydrogène

Michelin et Faurecia s’associent autour de la mobilité hydrogène

Plus d'articles