Nous suivre Industrie Techno

Du verre au Lexan

Jean-François Preveraud
Du verre au Lexan

Le biologiste Auguste Fernbach

© DR

Le fabricant de verrerie du laboratoire TriForest Labware vient de co-développer avec le fournisseur de matière Sabic un flacon Fernbach réalisé par extrusion-soufflage en Lexan. Moins fragile et moins cher, il présente des qualités optiques et physico-chimiques lui permettant de remplacer ceux en verre dans de nombreuses manipulations.

Si les spécialistes de la brasserie connaissent le biologiste Auguste Fernbach c’est qu’il a organisé dans les années 30 à l'Institut Pasteur la préparation et la fourniture à l'industrie de levures pures de brasserie, de distillerie et de levures de vin, allant même jusqu’à créer une école de brasserie et fonder les Annales de la brasserie et de la distillerie.

Il est aussi connu pour la mise au point en 1910 d’un procédé de fermentation à base de produits amylacées (céréales, pommes de terre) conduisant à la production d'importantes quantités d'acétone et de butanol : c'est la fermentation acétobutylique.



Mais si tous les laborantins le connaissent, c’est surtout pour la verrerie qu’il mit au point pour faciliter ses travaux de recherche et qui porte aujourd’hui son nom : le flacon Fernbach. Il s’agit d’un récipient à très large base plane et col resserré présentant un grand rapport surface/volume. Il favorise la croissance rapide et homogène de l'épaisseur de la couche de micro-organismes en milieu liquide lors de leur culture, en raison d'une meilleure aération. Trois bossages placés dans le fond facilitent une agitation optimale et régulière. Il est généralement réalisé en Pyrex, un verre borosilicaté à très faible coefficient de dilation thermique supportant bien les chocs thermiques.

Du verre au Lexan

Mais pour des raisons de coût de nombreux flacons Fernbach sont aujourd’hui réalisés en matériaux plastiques, généralement moulés par extrusion-soufflage. Le fabricant de matériel de laboratoire TriForest Labware vient d’innover en présentant un flacon Fernbach de 3 litres réalisé cette fois par extrusion-soufflage.

Il utilise pour cela la résine Lexan HP de Saudi Basic Industries Corporation (Sabic), ce qui lui permet d’obtenir des parois plus épaisses et plus uniformes, tout en offrant une meilleure clarté optique. Il est alors possible de faire des mesures d'échantillonnage en temps réel, sans être obligé de faire des prélèvements, semblables à ce qui se fait avec des flacons en verre, mais avec une meilleure durabilité.

En effet, le Lexan HP est moins fragile et résiste mieux à la casse que le verre lors des déplacements des flacons. Outre l’élimination des risques de blessures par les éclats, cela réduit aussi considérablement le risque d'exposition des techniciens de laboratoire à des substances présentant des risques biologiques, potentiellement présentes dans le flacon.

De plus, le Lexan HP supporte la stérilisation en autoclave, ce qui signifie que les flacons ainsi réalisés peuvent être réutilisés réduisant ainsi les coûts. « Sans les propriétés exceptionnelles de la résine Lexan HP, qui sont la clarté optique, la résistance aux chocs et la capacité à être moulée par injection-soufflage, nous n'aurions pas pu fabriquer ce flacon Fernbach de 3 L », admet Syed Rehan, vice-président de TriForest Labware.

Et ça, c’est nouveau !

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.triforest.com & http://www.sabic-ip.com

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Aéronautique : Dassault aviation et le CNRS lancent un laboratoire commun pour la mise au point de matériaux nanostructurés

Aéronautique : Dassault aviation et le CNRS lancent un laboratoire commun pour la mise au point de matériaux nanostructurés

Le CNRS et Dassault aviation ont lancé le 5 juillet un laboratoire commun. Son objectif : mettre au point de nouveaux matériaux[…]

Semi-conducteurs : le LAAS et Riber créent un laboratoire commun pour repousser les limites de l’épitaxie par jet moléculaire

Semi-conducteurs : le LAAS et Riber créent un laboratoire commun pour repousser les limites de l’épitaxie par jet moléculaire

Repsol, Axens et IFPEN améliorent la recyclabilité des déchets plastiques traités par pyrolyse

Repsol, Axens et IFPEN améliorent la recyclabilité des déchets plastiques traités par pyrolyse

Le chimiste allemand Covestro produit un précurseur du polyuréthane à partir de CO2 plutôt que de pétrole

Le chimiste allemand Covestro produit un précurseur du polyuréthane à partir de CO2 plutôt que de pétrole

Plus d'articles