Nous suivre Industrie Techno

Du méthanol pour stériliser le matériel hospitalier

Stéphanie Cohen
Tonets Corp et Bio Medica s'associent pour mettre au point un appareil de stérilisation par vapeurs de méthanol.
Tonets Corp. et Bio Medica Co. ont développé un système de stérilisation par gaz pour détruire les bactéries présentes sur les instruments de précision.

Les objets à stériliser sont placés au sein du système dans lequel des vapeurs de méthanol sont injectées. L'activité destructrice des vapeurs de méthanol est accentuée par l'utilisation de catalyseurs. 

L'emploi de méthanol évite l'utilisation d'oxyde d'éthylène, très corrosif pour les instruments plastiques et métalliques. 

La taille de ce système (165x230x255 cm) est adaptée notamment à la stérilisation de lits hospitaliers. 

Ces deux compagnies prévoient de commencer la livraison de ces systèmes dès février 2002 dans les hôpitaux de la région de Tokyo.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Ircam Amplify met en avant les liens entre le son et la santé lors de son forum « Sound Tech for Good »

Ircam Amplify met en avant les liens entre le son et la santé lors de son forum « Sound Tech for Good »

« Sound Tech for Good », la deuxième édition de son forum sur les pouvoirs du son dans l'industrie organisée par[…]

[Covid 19] Comment le prometteur outil de BioNTech et Instadeep mêle modélisation biostructurelle et IA pour repérer les variants à risque

[Covid 19] Comment le prometteur outil de BioNTech et Instadeep mêle modélisation biostructurelle et IA pour repérer les variants à risque

[Cahier Technique] Vers la bio-impression de tissus humains fonctionnels

Avis d'expert

[Cahier Technique] Vers la bio-impression de tissus humains fonctionnels

« Les deeptech vont favoriser l’émergence d’une bioproduction plus réactive et plus flexible », estime Paul Kauffmann, cofondateur de MagIA Diagnostics

« Les deeptech vont favoriser l’émergence d’une bioproduction plus réactive et plus flexible », estime Paul Kauffmann, cofondateur de MagIA Diagnostics

Plus d'articles