Nous suivre Industrie Techno

Du CO2 pour imprégner des plastiques

Muriel de Véricourt
Du CO2 pour imprégner des plastiques

Cette hélice vire du blanc au jaune en 5 minutes, après avoir été placée dans une enceinte contenant du CO2 pigmentée à 90°C sous 200 bars.

© Fraunhofer UMSICHT

Une technique d’imprégnation de plastiques à l’aide de CO2 supercritique a été mise au point par des chercheurs de l’Institut Fraunhofer d’Oberhausen.

Le dioxyde de carbone joue les chevaux de Troie. Les chercheurs de l’Institut Fraunhofer pour les technologies de l’environnement, de la sécurité et de l’énergie à Oberhausen ont eu l’idée d’utiliser la forme supercritique du CO2, obtenue par une montée en pression et en température, pour introduire des pigments ou des additifs, par exemple des nanoparticules dotées de propriétés antibactériennes, dans des plastiques.

L’équipe allemande a placé un plastique dans une enceinte contenant également du dioxyde de carbone et un pigment, avant d’augmenter la pression et la température. Le dioxyde de carbone atteint alors l’état supercritique, lui permettant de diffuser dans le plastique. Le pigment, qui se dissous dans le CO2 lors de la montée en pression, reste ainsi dans le plastique même lorsque, lors du retour à l’air libre, le gaz s’échappe.

Ce procédé, qui ne requiert que quelques minutes, est applicable avec du nylon, du polycarbonate ou du polypropylène, entre autres. Il est d’autant plus prometteur que le CO2 est peu onéreux, soulignent les chercheurs. Cette technique permettrait en outre de contourner certains obstacles liés aux autres techniques d’imprégnation, par exemple l’impossibilité d’introduire des substances thermosensibles (comme les retardateurs de flamme) par injection plastique.

Muriel de Vericourt

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Chez Hydro, un tri fin pour un aluminium bas carbone

Chez Hydro, un tri fin pour un aluminium bas carbone

Dans son centre de Dormagen (Allemagne), Hydro trie des déchets en aluminium consommé pour les réutiliser. Grâce à[…]

Mobilité hydrogène, mini-usine médicale, composites thermoplastiques… les innovations qui (re)donnent le sourire

Mobilité hydrogène, mini-usine médicale, composites thermoplastiques… les innovations qui (re)donnent le sourire

Hexcel et Arkema ouvrent un laboratoire commun pour les composites thermoplastiques

Hexcel et Arkema ouvrent un laboratoire commun pour les composites thermoplastiques

Des nanoparticules rendent possible la soudure d’un alliage d’aluminium

Des nanoparticules rendent possible la soudure d’un alliage d’aluminium

Plus d'articles