Nous suivre Industrie Techno

Disques durs : alliance de R&D au sommet

Ridha Loukil
Disques durs : alliance de R&D au sommet

Disque dur de 2,5 pouces de Toshiba. Sa densité de stockage pourrait atteindre 50 Tbit par pouce carré avec les futures technologies d'enregistrement.

Hitachi , Seagate et Western Digital créent un groupe conjoint de recherche pour établir la prochaine génération technologique de disques durs.

Les trois plus grands fabricants de disques durs dans le monde SeagateHitachi GST et Western Digital ont décidé d’harmoniser leurs efforts de R&D en mettant sur pieds un groupe destiné à mener des recherches communes et à définir une feuille de route de développement des futurs disques durs.

Cette alliance est censée mettre fin à un débat qui anime le secteur au sujet de la prochaine génération technologique appelée à succéder à la technologie actuelle d’enregistrement magnétique perpendiculaire pour poursuivre la course à la densité.

Deux voies technologiques se dessinent pour le futur. L’une réside dans l’enregistrement magnétique assisté thermiquement. L’idée est de faciliter l’inscription de bits magnétiques plus petits et de les figer en chauffant les points à écrire à l’aide d’un faisceau laser. Elle est privillégiée par les américains Seagate et Western Digital. L’autre voie consiste à utiliser un disque à structure en motifs nanométriques. Créés par photolithogravure, des points réguliers servent à loger des bits d’information et à les isoler sur le plan magnétique, afin d’assurer la stabilité de l'enregistrement et d’éviter les erreurs de lecture. Cette voie est explorée plutôt par les Japonais Hitachi GST et Toshiba.

Les trois entreprises à l’origine de cette initiative affirment avoir déjà affecté plusieurs millions de dollars au groupe de recherche qu’ils viennent de créer. Ils appellent les autres acteurs du marché, Samsung, Toshiba et TDK, à les rejoindre. Ils espèrent aussi associer les fabricants de puces électroniques de contrôle de disques durs comme Texas Instruments ou LSI.

L’heure n’est plus à la compétition technologique mais à la coopération afin de déterminer laquelle des deux pistes en recherche doit être développée en premier. L'enjeu est de réduire les risques financiers car l'investissement dans les prochaines usines de disques durs atteint le milliard de dollars.

Les deux technologies sur la table promettent une densité de stockage de 50 Tbit par pouce carré, alors que la technologie actuelle d’enregistrement perpendiculaire offre le potentiel d’atteindre 1 à 2 Tbit par pouce carré (les produits actuels se limitent à une densité de l’ordre de 500 Gbit par pouce carré).

 
Ridha Loukil

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Collaboration start-up-grand groupe pour l'industrie 4.0 : tracer son chemin entre le sur-mesure et le générique

Collaboration start-up-grand groupe pour l'industrie 4.0 : tracer son chemin entre le sur-mesure et le générique

Arts et Métiers Accélération a organisé, mardi 6 juillet à Station F à Paris, un événement[…]

[Video] Grâce à la simulation, Facebook apprend aux robots à s’adapter à différents terrains

[Video] Grâce à la simulation, Facebook apprend aux robots à s’adapter à différents terrains

Comment le consortium « le Kollectiv » veut mettre l’exploitation des données au cœur du NewSpace

Comment le consortium « le Kollectiv » veut mettre l’exploitation des données au cœur du NewSpace

Cybersécurité dans le secteur de l'énergie : des infrastructures critiques à protéger

Avis d'expert

Cybersécurité dans le secteur de l'énergie : des infrastructures critiques à protéger

Plus d'articles