Nous suivre Industrie Techno

Diesel Gate : pas de triche mais des émissions polluantes trop fortes

Diesel Gate : pas de triche mais des émissions polluantes trop fortes

Le dispositif de mesure embarqué utilisé par l'Utac, une première mondiale !

© JF Prevéraud

Suite aux rumeurs, infondées semble-t-il, de tricherie possible de Renault lors de l’homologation des émissions de ses moteurs diesels, les pouvoirs publics ont dévoilés les premiers résultats de la campagne de mesures aléatoires lancée sur un échantillon représentatif du parc français.

Suite à l’annonce de perquisitions de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) la semaine dernière sur plusieurs sites de Renault (Technocentre de Guyancourt, centre technique de Lardy…), le Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie a publié un communiqué faisant le point sur la campagne de mesures aléatoires lancée à grand renfort médiatique en octobre dernier, sur un échantillon représentatif du parc français.

Sur l’échantillon de 100 véhicules prévus, seulement 22 ont vu leurs contrôles des émissions de polluants atmosphériques et de CO2 réalisés en conditions routières réalistes, suivant un cahier des charges aujourd’hui homologué. Les marques déjà contrôlées sont Renault, Peugeot, Citroën, Volkswagen, Mercedes, Ford, Opel, Toyota et BMW. Les investigations vont se poursuivre jusqu’à atteindre les 100 véhicules prévus en incluant aussi des véhicules des marques Nissan, Volvo, Suzuki et Fiat.

Concernant les premiers résultats, les tests confirment bien l’existence de logiciels de fraude sur les deux véhicules Volkswagen testés. Ils établissent aussi l’absence de logiciels de fraude, tels que celui de Volkswagen, sur les véhicules testés des autres marques.

Pas de logiciels de fraude mais des émissions trop élevées

Ces tests montrent par contre des dépassements importants des normes, pour les émissions de CO2 et d’oxydes d’azote, sur des modèles concernant plusieurs constructeurs étrangers et un constructeur français, Renault. Dans certains cas les valeurs d’émissions mesurées atteindraient jusqu’à 3 à 5 fois celles annoncés par les constructeurs. Les constructeurs concernés se sont dit prêts à apporter tous les éclaircissements nécessaires aux enquêteurs, qu’ils vont rencontrer la semaine prochaine.

Notons que selon des informations de France Inter, qui cite une source proche du dossier, « les émissions polluantes des moteurs diesel Renault sont bien supérieures à celles d'un constructeur comme Peugeot ». Il semble que Renault en soit bien conscient car en décembre dernier, le constructeur au losange a annoncé un plan de 50 millions d'euros pour diminuer l'écart entre les conditions d'homologation et la situation réelle des émissions polluantes de ses voitures.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.developpement-durable.gouv.fr

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Notre activité de collecteurs de courant pour batteries double son chiffre d'affaires chaque année », se félicite Thierry Dagron, d'Armor

« Notre activité de collecteurs de courant pour batteries double son chiffre d'affaires chaque année », se félicite Thierry Dagron, d'Armor

Entrée sur le marché des batteries il y a cinq ans avec des collecteurs de courant revêtus de carbone, l'entreprise[…]

Derrière le rachat des taxis Slota, Hype ambitionne de construire un écosystème pour la mobilité hydrogène

Derrière le rachat des taxis Slota, Hype ambitionne de construire un écosystème pour la mobilité hydrogène

Des cellules solaires pérovskites sans plomb et efficaces

Fil d'Intelligence Technologique

Des cellules solaires pérovskites sans plomb et efficaces

Charge des batteries li-ion, seconde dose et méthanation par induction… le best-of techno de la semaine

Charge des batteries li-ion, seconde dose et méthanation par induction… le best-of techno de la semaine

Plus d'articles